Autoproclamée banque en ligne la moins chère du marché, Boursorama Banque est pourtant marquée de près par Fortuneo, qui revendique aussi ce titre. Peut-on encore les départager ?

Comment convaincre un consommateur de quitter sa banque de toujours ? A cette question, les banques en ligne ont apporté plusieurs réponses : des produits d'épargne mieux rémunérés, des heures d'ouverture élargies le soir et le week-end, plus récemment des crédits conso à taux préférentiels... Mais une promesse semble fonctionner un peu mieux que les autres : celle de faire des économies substantielles sur sa facture de frais bancaires.

Le prix reste en effet l'argument massue des banques en ligne, le statut de banque la moins chère un graal. Dans le domaine, une enseigne est historiquement très agressive : Boursorama Banque. Dès la page d'accueil de son site vitrine, elle affiche la couleur : « La banque la moins chère... et pour la 14e année consécutive » (1). De fait, la filiale de la Société Générale est, de très loin, la marque la plus florissante du secteur, avec plus de 3,5 millions de clients en France, soit cinq fois plus, au moins, que tous ses concurrents. L'affaire semble donc entendue.

Pourtant, une autre banque en ligne n'a pas renoncé à contester la domination de Boursorama, au moins du point de vue tarifaire. Son nom : Fortuneo. Ces dernières années, la filiale du Crédit Mutuel Arkéa a systématiquement répliqué aux baisses de sa concurrente. A tel point que le comparateur tarifaire de MoneyVox ne parvient pas à les départager, que ce soit sur un profil de consommation standard, premium ou jeune.

Notre classement des banques les moins chères

Des nuances sur les cartes bancaires

Existe-t-il encore des différences entre les politiques tarifaires des deux concurrentes sur les opérations du quotidien ? Nous avons creusé dans leurs dernières brochures, datées du 31 mars 2022, pour tenter d'en trouver. Ce n'est vraiment pas évident. Tenue de compte, paiements et retraits par carte en euros, chèques de banque, envoi du chéquier, virements, prélèvements, accès aux conseillers : tout est gratuit, ou presque, chez l'une comme chez l'autre.

Pour trouver des nuances, il faut se concentrer sur ce qui constitue encore aujourd'hui le principal produit d'appel des banques en ligne : la carte bancaire gratuite.

En entrée de gamme, Boursorama propose sa carte Visa Welcome, Fortuneo sa Mastercard Fosfo. Elles se ressemblent beaucoup : elles sont à autorisation systématique, ne fonctionnent pas sur le réseau français CB, sont accessibles gratuitement et sans conditions de revenus. Les différences sont à la marge. Les frais de non-utilisation, facturés en cas d'absence de paiement au cours d'un mois plein, sont un peu plus chers chez Boursorama (5 euros) que chez Fortuneo (3 euros). Autre avantage affiché par Fosfo : aucun retrait d'espèces n'est facturé. Avec Welcome, en revanche, ils sont payants (1,69% du montant retiré) lorsque effectués en devises autres que l'euro, à partir du 2e sur un mois calendaire.

Conditions de revenusFrais
d'inactivité
Retraits en devises
Visa Welcome (Boursorama) Non5 euros1,69% (à partir du 2e par mois)
Mastercard Fosfo (Fortuneo)Non3 eurosGratuits
Visa Ultim (Boursorama)Débit immédiat : non
Débit différé : 1 500 euros par mois
9 euros1,69% (à partir du 4e par mois)
CB Gold Mastercard (Fortuneo)1 800 euros par mois9 eurosGratuits

Les retraits d'espèces en devises : c'est également ce qui différencie les cartes moyenne gamme Visa Ultim côté Boursorama et CB Gold Mastercard côté Fortuneo. Avec la première, ils sont payants à partir du 4e sur un mois calendaire. C'est toutefois peu pénalisant, car facile à contourner en optant pour des retraits moins nombreux, mais de montants plus importants.

Jusqu'à 100 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif des banques en ligne

L'autre nuance, c'est le type de carte. Ultim ne fonctionne que sur le réseau Visa, alors la Gold est dite « cobadgée », c'est-à-dire qu'elles fonctionnent sur les réseaux CB et Mastercard. Cela peut, à la marge, améliorer sa fiabilité en France. Elle est aussi embossée (c'est-à-dire que les chiffres y sont inscrits en relief), ce qui peut améliorer son acceptation chez certains commerçants à l'étranger, comme des loueurs de voiture. Ces atouts ont un prix : pour obtenir une CB Gold Mastercard, il faut justifier de 1 800 euros de revenus nets mensuels, alors que Boursorama n'impose une condition de revenus (1 500 euros mensuels) que pour sa Ultim à débit différé.

Alignement aussi sur le chèque et les virements

Il n'y a pas que sur la carte bancaire que les tarifs proposés par les deux concurrentes sont presque identiques. Elles s'alignent aussi sur d'autres opérations relativement fréquentes.

Ainsi, elles font partie des rares banques à ne pas faire payer les virements instantanés, qui y sont proposés par défaut. Avec une nuance toutefois : Boursorama limite leur usage aux transactions de 2 000 euros et moins, Fortuneo non. Même alignement sur les chéquiers : l'envoi en recommandé est gratuit, tout comme la mise en opposition.

Finalement, pour trouver quelques différences, il faut regarder d'un côté de la tarification des frais liés aux incidents de paiement. Ce qui constitue rarement, il faut bien l'avouer, le premier critère pour choisir une nouvelle banque.

Boursorama
Banque
Fortuneo
Commissions d'interventionGratuitesGratuites
Rejets de prélèvement20 euros
maximum
20 euros
maximum
Rejets de chèque30 euros
maximum
50 euros
maximum
Lettre d'information
(chèque sans provision)
Gratuite12 euros
Découvert autorisé7%7%
Découvert non autorisé16%16%

(1) Sur la base d'un classement publié ces dernières années par le quotidien Le Monde, sur la base des chiffres fournis par le comparateur meilleurebanque.com.