Par clarté, mais aussi souvent par obligation légale, les autoentrepreneurs, les freelances et autres entreprises doivent ouvrir un compte professionnel. Comparatif des offres des banques en ligne et des néobanques.

Le compte professionnel, souvent surnommé « compte pro », désigne le compte bancaire que vous utilisez pour gérer la trésorerie de votre entreprise. Vous encaissez sur ce compte les règlements de vos clients. Vous y puisez les sommes nécessaires pour payer vos fournisseurs, votre comptable et bien sûr vous-même et vos éventuels salariés. Pour faciliter son utilisation, vous pouvez rattacher à ce compte des moyens de paiement, comme une carte bancaire, exactement comme vous pouvez le faire sur votre compte bancaire personnel.

Entreprise Individuelle

BanqueTarif mensuelType de carteRetrait zone €Virement &
prélèvement SEPA
Dépôt de chèqueTPE/VAD 
Logo Shine
Basic
3,90 € HT
Mastercard
Mastercard Business prépayée
1 €
2 gratuits par mois
0,40 €
20 gratuits par mois
TPEVADVoir l'offre
Logo Shine
Premium
9,90 € HT
Mastercard
Mastercard Business prépayée World Debit
1 €
2 gratuits par mois
0,40 €
50 gratuits par mois
2 € par chèque - 2 gratuits par mois
TPEVADVoir l'offre
Logo Anytime
Solo
9,50 € TTC
Mastercard
Carte virtuelle possible
2 €
0,30 €
20 gratuits par mois
1 gratuit par mois
TPEVADVoir l'offre
Logo Anytime
Premium
19,50 € TTC
Mastercard
Carte virtuelle possible
2 €
0,30 €
100 gratuits par mois
4 gratuits par mois
TPEVADVoir l'offre
Logo N26
Business
Gratuit
Mastercard
Carte Business transparente
2 €
3 gratuits par mois
Gratuit
TPEVADVoir l'offre
Logo N26
Business Smart
4,90 € TTC
Mastercard
Carte Business colorée
2 €
5 gratuits par mois
Gratuit
TPEVADVoir l'offre
Logo N26
Business You
9,90 € TTC
Mastercard
Carte Business colorée
2 €
5 gratuits par mois
Gratuit
TPEVADVoir l'offre
Logo N26
Business Metal
16,90 € TTC
Mastercard
Carte Business en métal
2 €
8 gratuits par mois
Gratuit
TPEVADVoir l'offre
Logo Qonto
Solo
9 € HT
Mastercard
Mastercard Business physique et virtuelle
1 €
0,50 €
20 gratuits par mois
2 € par chèque
TPEVADVoir l'offre
Logo Qonto
Standard
29 € HT
Mastercard
Mastercard Business physique et virtuelle
1 €
0,40 €
100 gratuits par mois
2 € par chèque - 3 gratuits par mois
TPEVADVoir l'offre
Logo Qonto
Premium
99 € HT
Mastercard
Mastercard Business physique et virtuelle
1 €
0,25 €
500 gratuits par mois
2 € par chèque - 10 gratuits par mois
TPEVADVoir l'offre
Logo Manager One
Compte professionnel
29,99 € TTC
Visa
Visa Corporate physique et cartes virtuelles
2 €
2 gratuits par mois
0,40 €
100 gratuits par mois Prélèvements B2B illimités
20 € par chèque - 5 gratuits par an
TPEVADVoir l'offre
Logo Boursorama Banque
Boursorama pro
9 € TTC
Visa
Classic ou Premier
Gratuit
Gratuit
par courrier uniquement
TPEVADVoir l'offre
Logo bunq
Business
9,99 € TTC
Mastercard
0,99 €
10 gratuits par mois
0,10 €
TPEVADVoir l'offre
Logo bunq
Business SuperGreen
19,99 € TTC
Mastercard
0,99 €
10 gratuits par mois
0,10 €
TPEVADVoir l'offre

Société

BanqueTarif mensuelFormes juridiquesType de carteRetrait zone €Virement &
prélèvement SEPA
Dépôt de chèqueTPE/VADMulti-utilisateurs 
Logo Anytime
Premium
19,50 € TTC
EURL, SA, SAS, SASU, SARL, SCIMastercard
Carte virtuelle possible
2 €
0,30 €
100 gratuits par mois
4 gratuits par mois
TPEVAD
Voir l'offre
Logo Anytime
Professionnel
99 € TTC
EURL, SA, SAS, SASU, SARL, SCIMastercard
Carte virtuelle possible
2 €
0,30 €
500 gratuits par mois
8 gratuits par mois
TPEVAD
Voir l'offre
Logo Anytime
Entreprise
249 € TTC
EURL, SA, SAS, SASU, SARL, SCIMastercard
Carte virtuelle possible
2 €
Gratuit
10 gratuits par mois
TPEVAD
Voir l'offre
Logo Shine
Basic
7,90 € HT
EURL, SASU, SAS, SARLMastercard
Mastercard Business prépayée
1 €
2 gratuits par mois
0,40 €
20 gratuits par mois
TPEVAD
Voir l'offre
Logo Shine
Premium
14,90 € HT
EURL, SASU, SAS, SARLMastercard
Mastercard Business prépayée World Debit
1 €
2 gratuits par mois
0,40 €
50 gratuits par mois
2 € par chèque - 2 gratuits par mois
TPEVAD
Voir l'offre
Logo Qonto
Solo
9 € HT
EURL, SA, SAS, SASU, SARL, SC & SCI, SEL, HoldingMastercard
Mastercard Business physique et virtuelle
1 €
0,50 €
20 gratuits par mois
2 € par chèque
TPEVAD
Voir l'offre
Logo Qonto
Standard
29 € HT
EURL, SA, SAS, SASU, SARL, SC & SCI, SEL, HoldingMastercard
Mastercard Business physique et virtuelle
1 €
0,40 €
100 gratuits par mois
2 € par chèque - 3 gratuits par mois
TPEVAD
limité à 5 utilisateurs
Voir l'offre
Logo Qonto
Premium
99 € HT
EURL, SA, SAS, SASU, SARL, SC & SCI, SEL, HoldingMastercard
Mastercard Business physique et virtuelle
1 €
0,25 €
500 gratuits par mois
2 € par chèque - 10 gratuits par mois
TPEVAD
Voir l'offre
Logo Manager One
Compte professionnel
29,99 € TTC
EURL, SA, SAS, SASU, SAR, SC, associationsVisa
Visa Corporate physique et cartes virtuelles
2 €
2 gratuits par mois
0,40 €
100 gratuits par mois Prélèvements B2B illimités
20 € par chèque - 5 gratuits par an
TPEVAD
Voir l'offre
Logo bunq
Business
9,99 € TTC
EI, SARL, EURLMastercard
0,99 €
10 gratuits par mois
0,10 €
TPEVAD
2,99 € par mois par utilisateur
Voir l'offre
Logo bunq
Business SuperGreen
19,99 € TTC
EI, SARL, EURLMastercard
0,99 €
10 gratuits par mois
0,10 €
TPEVAD
2,99 € par mois par utilisateur
Voir l'offre

Qui doit ouvrir un compte professionnel ?

Ouvrir un compte pro vous permet de séparer vos recettes et dépenses professionnelles de vos finances personnelles et de l’argent de votre famille. Cela facilite le suivi de la situation financière de votre société. Cela vous aide également à tenir la comptabilité de votre entreprise. Mais c’est aussi, souvent, une obligation légale. A leur création, toutes les sociétés à capital social – société anonyme (SA), société par actions simplifiées (SAS), société à responsabilité limitée (SARL) et entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) – doivent ouvrir un compte courant professionnel. C’est la condition sine qua non pour obtenir d’une banque le certificat de dépôt de fonds, document indispensable pour l’immatriculation de la société.

En revanche, les auto-entrepreneurs, les micro-entrepreneurs, et les entrepreneurs individuels en général (s’ils doivent bien dissocier le compte de leur entreprise de leur compte courant personnel) ne sont, eux, pas obligés d’ouvrir un compte étiqueté professionnel. Légalement, un compte bancaire de particulier, différent du compte personnel, est suffisant.

Seule exception totale à l’obligation de dissocier compte pro et compte perso : les très, très petites entreprises. Depuis mai 2019, et l'entrée en vigueur de la loi Pacte, les auto-entrepreneurs réalisant un chiffre d’affaires annuel inférieur à 10 000 euros pendant 2 années consécutives sont les seuls à être dispensés de cette obligation.

Toutefois, bien qu’il ne soit pas systématiquement requis, ouvrir un compte professionnel peut, quelle que soit la forme juridique de votre entreprise, être une bonne décision. En effet, les services offerts par les banques en ligne professionnelles et les néobanques pour entrepreneurs correspondent davantage aux besoins et à l’usage d’un client professionnel qu’un package bancaire pour particulier.

Comment ouvrir un compte pro et quand ?

Si vous vous apprêtez à lancer votre activité, ouvrir un compte est la première chose à faire. Dans le cadre de la création d’une société (SA, SAS…), c’est même un indispensable pour faire le dépôt légal du capital social, obtenir d’une banque l’attestation de blocage des fonds, et faire immatriculer votre entreprise au Registre du commerce et des sociétés (RCS).

Pour ce faire, vous êtes libre de choisir la banque qui vous plaît. Vous pouvez choisir une banque traditionnelle ou ouvrir un compte pro en ligne en profitant des formulaires de souscription dématérialisés des banques en ligne et des néobanques. Toutefois, aucune enseigne n’est tenue de vous ouvrir un compte. Elle peut refuser votre demande d’ouverture, et ce sans avancer aucune explication. En dernier recours, si vous ne parvenez pas à vous faire ouvrir un compte, vous pouvez faire jouer le droit au compte en vous adressant à la Banque de France. Cette dernière désignera alors un établissement qui sera dans l’obligation de vous ouvrir votre compte professionnel.

En pratique, avant de prendre rendez-vous avec un banquier ou de souscrire en ligne à une offre de banque pro, vous devez vous munir des pièces justificatives suivantes : votre carte d’identité ou passeport, un justificatif de domicile de moins de 3 mois, les statuts de votre entreprise en cas de création de société, et éventuellement une copie de votre bail si vous louez un local professionnel ou commercial. Si vous procédez à distance, vous devez bien sûr au préalable avoir numérisé ces documents.

Si vous créez votre société, le compte ainsi ouvert est temporaire. Ce n’est qu’une fois que vous présentez à la banque un justificatif d’immatriculation (Kbis auto-entrepreneur ou société) que l’ouverture du compte pro est terminée.

Si votre entreprise est déjà active, vous pouvez ouvrir à n’importe quel moment un nouveau compte bancaire professionnel. Celui-ci peut être utilisé en complément du compte déjà ouvert ou en remplacement. Avant de vous lancer, veillez toutefois à bien comparer les offres sur la base des fonctionnalités, services, cartes bancaires… mais aussi en regardant les prix.

Le dépôt légal, qu’est-ce que c’est ?

Pour immatriculer votre entreprise au Registre du commerce et des sociétés (RCS), c’est-à-dire lui donner une existence juridique, vous devez nécessairement déposer son capital social sur un compte bancaire. Pour dire les choses simplement, il s’agit de l’argent apporté par vous et vos éventuels associés pour financer la création de l’entreprise et les premiers investissements. Il s’agit d’une sorte de patrimoine initial pour votre entreprise.

Toutes les sociétés (SA, SARL, SAS, SNC, SASU…) doivent avoir un capital social. En revanche, les micro-entreprises et plus généralement les entrepreneurs individuels n’ont pas cette obligation car leurs avoirs personnels sont confondus avec ceux de leur entreprise.

La plupart du temps, déposer 1 euro de capital social suffit. Sauf si vous créez une SA, il faut alors au minimum bloquer 37 000 euros. Pour un néophyte, le dépôt légal mais aussi la rédaction des statuts et même le choix de la forme juridique adaptée à la structure que vous souhaitez créer peuvent être des opérations complexes. C’est pourquoi la plupart des néobanques pour professionnels ont noué des partenariats avec des plateformes juridiques, comme Legalstart, qui facilitent ces démarches administratives.

Combien coûte un compte professionnel ?

Le prix du compte pro varie en fonction de la forme juridique de votre entreprise, du nombre de collaborateurs devant y avoir accès, ainsi que du type d’établissement bancaire à qui vous vous adressez. Dans une banque traditionnelle (BNP Paribas, Société Générale…), il n’est pas rare que le coût d’un package bancaire professionnel d’entrée de gamme (composé essentiellement d’un compte, d’une carte Visa ou Mastercard classique, d’un chéquier et d’un outil de banque à distance) atteigne 500 euros par an. Les formules dites « entreprises » pour les structures dont le chiffre d’affaires décolle (plusieurs centaines de milliers d’euros) reviennent, elles, encore bien plus cher.

En optant pour un compte de néobanque, le prix de l’abonnement varie de 0 euro avec des services de base à 300 euros mensuels pour les prestations très haut de gamme et un nombre illimité d’utilisateurs. La plupart des enseignes en ligne proposent des offres autour de 9 euros par mois, ayant un bon rapport-qualité prix pour un auto-entrepreneur.

Comme évoqué ci-dessus, les prestations incluses influent directement sur le prix du compte : nombre de virements et de retraits gratuits, opérations de paiement à l’étranger, cartes virtuelles, prise en charge du dépôt de capital, nombre de chèques encaissés sans frais…

Le type de carte bancaire choisi et le nombre de cartes rattachées à votre compte pro sont aussi des critères qui font varier le prix de l’abonnement. Si certains établissements, comme Boursorama (Visa Premier), Anytime, Sogexia (Mastercard) ou manager.one (Visa Business) ne commercialisent qu’une seule carte bancaire, la tendance est plutôt à proposer plusieurs gammes de cartes. C’est le cas chez Qonto (Carte One, Carte Plus et Carte X Metal), Shine (Mastercard Business prépayée et Mastercard Business World Elite), N26 (N26 Business, N26 Business You, N26 Business Metal) ou encore chez Revolut (Standard, Premium ou Metal).

Outre des noms différents, parfois peu évocateurs, ces cartes se distinguent par les prestations et les assurances incluses. Schématiquement, quelle que soit leur appellation, on peut distinguer deux types de carte : les cartes classiques (Visa et Mastercard Business) et les cartes premium (Visa Infinite Business ou World Elite Mastercard Business). Les cartes Metal de Qonto, Revolut et N26 sont des World Elite Mastercard Business, mais ont la particularité esthétique d’être fabriquée avec une feuille métallique, ce qui les rend plus lourdes mais surtout leur confère une valeur statutaire.

En choisissant une formule avec une carte classique (Carte One et Carte Plus de Qonto, Mastercard d’Anytime, de Revolut et de N26…), vous bénéficiez d’un nombre limité de retraits gratuits en France et en Europe. Les paiements et retraits en dehors de la zone euro sont, eux, fréquemment facturés dès la première opération. Elles contiennent également des assurances intéressantes pour les professionnels qui se déplacent fréquemment en France ou à l’étranger (retard d’avion, perte des bagages, location de voitures, frais médicaux à l’étranger, protection contre le vol de la carte…).

Les montants couverts par ces assurances, précisés dans la notice des cartes, sont plus élevés avec les World Elite Business et Visa Infinite. De plus, ces dernières sont souvent assorties de services de conciergerie. C’est-à-dire que vous pouvez contacter un assistant pour gérer vos tâches professionnelles facilement délégables : livraison, réservation, commande en ligne… Cartes haut de gamme obligent, les paiements et les retraits en France et à l’étranger deviennent alors généralement gratuits et illimités, avec un plafond d’utilisation rehaussé. Elles peuvent également s’accompagner d’un service de cashback : lorsque vous utilisez votre carte dans un commerce ou une enseigne partenaire, un pourcentage du montant réglé vous est remboursé sur votre compte bancaire.

Quelles fonctionnalités de banque mobile sont présentes dans le compte pro ?

Comme les banques en ligne et les néobanques ne peuvent pas compter sur des agences et une présence physique sur le territoire, elles compensent avec des applications mobiles et des sites internet aux fonctionnalités étoffées. Outre la consultation du compte et l’émission de virements, parfois groupés (pratique pour le versement des salaires !), l’affichage des transactions et les notifications des dépenses, ces outils intègrent de plus en plus des aides au calcul de la TVA et à la comptabilité, des fonctionnalités de prévision de trésorerie ou encore d’encaissement à distance des chèques.

En effet, bien qu’il soit de moins en moins utilisé, il est important pour certains commerçants de continuer à accepter les règlements par chèque. C’est pourquoi Qonto, Shine ou encore manager.one ont intégré dans leur application une rubrique « Dépôt de chèque ». Ainsi, vous pouvez compléter directement dans l’appli un bordereau, photographier le chèque et envoyer l’original à l’adresse indiquée. Ce service nécessitant un traitement manuel de la part de la néobanque, il est souvent payant. Seule exception au tout numérique : Monabanq, qui permet à ses clients de déposer chéquiers et espèces dans les guichets automatiques des agences CIC.

En options payantes, les enseignes à distance offrent aussi des outils d’encaissement : terminal de paiement électronique pour les commerces, ou service de vente à distance pour faciliter l’e-commerce. Ces TPE et VAD sont proposés via des partenariats avec des entreprises spécialisées comme Slimpay ou iZettle. L’intérêt de ces outils est qu’ils ne nécessitent pas, par rapport à une banque, de payer un abonnement mensuel pour louer le boîtier. Une fois le TPE acheté (à partir d’environ 20 euros), vous payez uniquement des commissions sur les transactions réalisées. Autrement dit : si vous partez en congés, ou si votre activité est à l’arrêt, vous ne payez rien, durant cette période, au titre de vos outils d’encaissement.

Lire aussi : Terminal de paiements : que valent les solutions des start-ups ?

Pas de crédit dans les néobanques ?

Le plus souvent, les néobanques disposent seulement d’un agrément d’établissement de paiement, ce qui les empêche de proposer du crédit à leurs clients et de tolérer les découverts sur leur compte professionnel. C’est la raison pour laquelle ces comptes de paiement sont fréquemment utilisés comme compte secondaire par les entreprises. Ces dernières conservant leur compte principal dans une banque traditionnelle pour bénéficier d’un conseiller dédié et faire des crédits de trésorerie et d’investissement. Mais passer par une banque en ligne, comme Boursorama et Monabanq, qui sont des « vraies » banques, permet également de bénéficier d’une facilité de caisse, c’est-à-dire une autorisation de découvert dont le montant dépend de la trésorerie de votre entreprise.

En savoir plus sur le compte pro de Monabanq et Boursorama Pro.

Toutefois, si vous ne souhaitez pas multiplier les comptes et que vous avez ponctuellement besoin de financement, les néobanques peuvent vous proposer des solutions, via là encore des établissements partenaires, avec des sociétés d’affacturage notamment. Ces entreprises, comme Finexkap, rachètent les factures que vos clients ne vous ont pas encore réglées. Vous obtenez ainsi plus rapidement votre dû. Plus tard, une fois que vous avez été payé, vous remboursez la somme avancée par la société d’affacturage, augmentée d’une commission.

De plus, certaines néobanques, comme Memo Bank (ex Margo Bank), ont décroché des agréments d’établissement de crédit, ce qui leur donne le droit d’accorder des emprunts bancaires.

Les actualités Compte pro

Voir également sur le site : le comparatif banque en ligne, les cartes bancaires gratuites.

© MoneyVox 2018-2020 / MdB - FV / Page mise à jour le / Droits réservés