Les néobanques et banques mobiles, comme Orange Bank, Revolut, N26 ou Nickel, vous permettent de gérer votre argent depuis un smartphone, en toute simplicité, grâce à des applications fonctionnelles. Elles proposent les services bancaires essentiels avec un compte, une carte de paiement et des frais bancaires réduits, notamment sur les opérations internationales.

Info comparateur
Ma French Bank
Ma French Bank
2,90 €
par mois
  • Offre sans condition de revenus
  • Paiements et retraits sans frais supplémentaires à l'étranger
  • Assurances Visa
Voir l'offre
Logo Orange Bank
Orange Bank
Gratuit
si 1 paiement par mois
  • Paiements et retraits gratuits en France et en zone euro
  • Solde en temps réel
  • Paiements sans contact avec son mobile ou sa carte
  • Offre complète avec crédit conso et livret d'épargne possibles
Voir l'offre
logo Lydia
Lydia Bleu
4,90 €
par mois
  • Paiements gratuits dans le monde entier
  • Virements instantanés gratuits
  • Souscription rapide en ligne
  • Garantie des fonds (100 000 €)
Voir l'offre
aumax pour moi
Aumax pour moi
Gratuit
  • Paiements et retraits gratuits partout
  • Cashback intéressant
  • Virements instantanés gratuits
  • Offre sans engagement
Voir l'offre
Logo Hello bank
Hello One
Gratuit
  • Offre sans condition de revenu ou de domiciliation
  • Paiements à l'étranger sans frais
  • Carte Visa à autorisation systématique
80€
offerts à l'ouverture
logo globe trotter credit agricole
Globe Trotter
2 €
par mois
  • Retraits et paiements gratuits et illimités partout
  • Offre sans condition de revenu
  • Souscription rapide en ligne
Voir l'offre
Logo N26
N26 Standard
Gratuit
  • Paiements par carte sans frais dans le monde
  • 3 retraits gratuits par mois en euros
  • Carte Mastercard virtuelle
Voir l'offre
Pumpkin
Pumpkin
Gratuit
  • Cashback simple et instantané
  • 200€ de cashback en moyenne par an
  • 2 retraits gratuits par mois
  • Paiements à l’étranger sans frais et sans limite de plafond
Voir l'offre
Crédit Agricole Eko
Eko by CA
2 €
par mois
  • 25 retraits annuels gratuits en zone euro
  • 10 retraits annuels gratuits en devises étrangères
  • Accès à une agence et aux produits d'épargne Crédit Agricole
Voir l'offre
Vivid
Vivid Standard
Gratuit
  • Carte en métal gratuite
  • Paiements sans frais dans le monde entier
  • 10% de cashback
Voir l'offre
Logo Orange Bank
Orange Bank Premium
7,99 €
  • Retraits et paiements à l'étranger gratuits
  • Cashback de 5% sur les achats et factures Orange
  • Carte Mastercard Premium
Voir l'offre
aumax pour moi
Aumax Premium
6,99 €
  • Paiements et retraits sans frais
  • Cashback boosté
  • Assurances premium et garanties élargies
Voir l'offre
aumax pour moi
Aumax Metal
13,99 €
  • Paiements et retraits gratuits dans le monde
  • Carte de paiement en métal
  • Cashback boosté
  • Assurances et garanties élargies
Voir l'offre
Logo Hello bank
Hello Prime
5 €
  • Paiements et retraits illimités et gratuits à l'étranger
  • Assurances pour les voyages à l'étranger (retard, bagages, couverture médicale, responsabilité civile...)
  • Carte équivalente à une Visa Premier
80€
offerts à l'ouverture
Logo N26
N26 Smart
4,90 €
  • Paiements sans frais en France et à l'étranger
  • 5 retraits gratuits par mois en zone euro
  • Carte Mastercard disponible en 5 coloris
Voir l'offre
Logo N26
N26 You
9,90 €
par mois
  • Paiements et retraits sans frais dans le monde
  • Assurances voyages
  • Carte Mastercard type World Elite
Voir l'offre
Logo N26
N26 Métal
16,90 €
par mois
  • Paiements et retraits sans frais dans le monde
  • Assurances élargies pour les voyages
  • Service client dédié
Voir l'offre
Voir plus d'offres

Qu'est-ce qu'une néobanque ?

Dans le langage courant, une néobanque (ou « banque mobile ») est la nouvelle génération d’acteurs bancaires, apparue au cours des années 2010, après les « classiques » banques de réseau et les banques en ligne. Ces établissements misent sur une relation avec leurs clients essentiellement articulée autour du smartphone et des applications mobiles. Il peut s'agir de véritables établissements de crédit, comme Orange Bank, Ma French Bank ou N26, ou bien d'établissements de paiement ou de monnaie électronique qui, eux, ne proposent que des comptes de paiement sans pouvoir faire de crédits. Enfin, les agents prestataire de services de paiement passent par un mandat confié à une banque agréée. Cette appellation générique de « néobanque » regroupe donc de nombreux acteurs au même objectif : offrir une expérience de compte bancaire entièrement dématérialisée, rapide, et sans paperasse.

Toutefois, comme l'a précisé l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) dans une publication du 8 avril 2021, ce terme ne peut légalement être utilisé que par les établissements de crédit, notamment dans leur communication. Un agent prestataire de services ne peut donc se qualifier de néobanque.

Lire aussi : Néobanques : l'ACPR siffle la fin de la récré

Ce terme de « néobanque » étant cependant largement utilisé pour qualifier un type d'acteurs au même modèle économique (que nous détaillons plus bas), nous continuons à l'utiliser sur le site MoneyVox. Mais sur chacune de nos pages dédiées aux offres de ces établissements, vous trouverez la précision de leur statut légal.

Résolument mobiles, les néobanques misent sur une relation avec leurs clients essentiellement articulée autour du smartphone et des applications mobiles. L'idée étant que les utilisateurs puissent gérer leurs opérations en toute autonomie et avec des outils simples d'accès, pratiques et ludiques à l'usage. Toutes les opérations des clients doivent être réalisées via le téléphone (elles sont parfois aussi réalisables via un site internet).

Dans ce but, les banques mobiles proposent des interfaces très ergonomiques et simples d’utilisation. De même, l’ouverture d’un compte y est rapide (en quelques minutes seulement) et facile : tout le processus (par exemple, le téléchargement ou la prise en photo des pièces d’identité) se fait souvent directement avec le smartphone. Parce qu'il existe des situations où joindre un chargé de clientèle peut s'avérer nécessaire, elles disposent de services clients et/ou de chat. Bémol, l'engorgement de la hotline fait partie des critiques souvent adressées aux néobanques.

Cette quête de l'autonomie du client est aussi intrinsèquement liée au modèle économique de ces « nouvelles banques ». Pour développer leurs offres, parfois proposées gratuitement, les néobanques limitent leurs frais de structure. Elles n’ont ni agence, ni conseiller personnel. Parfois, elles limitent l'accès de leur plateforme téléphonique à certains clients. C'est le cas de la néobanque allemande N26 chez qui seules les personnes ayant un compte N26 payant peuvent contacter par téléphone le service client.

Néobanque et banque mobile : quelle différence en fait ?

Les termes « néobanque » et « banque mobile » sont souvent utilisés comme des synonymes. Leur émergence est contemporaine de l’explosion des usages du smartphone. Cependant, toutes n'accordent pas la même importance au mobile et c'est cette légère différenciation dans leur définition qui peut nous faire privilégier le terme « néobanque » à « banque mobile ». Car certaines, comme Aumaxpourmoi et Lydia, ne sont présentes que sur smartphone, de l'ouverture du compte à sa gestion (dans ce cas, néobanque et banque mobile sont vraiment synonymes). D’autres enseignes (N26, Orange Bank) privilégient le mobile, mais disposent également d’espaces client sur le web (accessibles donc depuis un ordinateur et pas uniquement un smartphone). Certaines enfin (comme Nickel) sont distribuées en magasins (chez les buralistes), même si l’essentiel de la relation client se fait ensuite sur mobile.

Du point de vue réglementaire, comme nous l'avons expliqué plus haut, une néobanque, au sens de l'ACPR, est un établissement de crédit. Toutefois, lorsque l'on regarde les acteurs communément appelés « néobanques » ou « banques mobiles », on retrouve plusieurs statuts juridiques. Prenons l'exemple d'Aumaxpourmoi et Nickel. Tous les deux sont des établissements de paiement et peuvent donc émettre des cartes bancaires, gérer eux-mêmes les opérations de paiements et de retraits. En revanche, Aumaxpourmoi n'est accessible que depuis une application mobile, alors que Nickel propose aussi un espace client en ligne.

Certains acteurs comme Moneway ou Onlyone, en tant qu'agents prestataires de services de paiement, doivent passer par un tiers pour gérer les opérations de leurs clients. Souvent, il s'agit de la fintech française Treezor, filiale de la Société Générale. D'autres, enfin, comme Orange Bank ou Ma French Bank ont les agréments de banque de plein exercice. Elles peuvent donc proposer du crédit et leurs propres produits d'épargne.

Quelles offres dans les néobanques ?

Les offres bancaires des banques mobiles sont très simples, et plus resserrées que celles des banques en ligne : un compte de paiement, une carte bancaire, une application mobile, et la possibilité d’effectuer soi-même les opérations courantes (paiements, retraits, virements, prélèvements…). Les opérations passant sur le compte sont prises en compte en temps réel, ce qui est un atout pour le contrôle de son budget. Une limite cependant : une grande part des banques mobiles ne propose ni chéquier, ni découvert.

Certaines néobanques ont toutefois élargi leur offre en proposant des petits prêts en partenariat avec des établissements de crédit, comme Lydia, ou, plus fréquemment, en lançant des cartes haut de gamme. Ces dernières sont plus chères mais donnent accès des services supplémentaires, comme du cashback étendu, des assurances et services d'assistance dignes des cartes Gold voire des carte blacks (Visa Infinite ou World Elite Mastercard) des banques traditionnelles. C'est le cas de N26 (néobanque allemande), Revolut (néobanque britannique), ou encore de Nickel (détenu par BNP Paribas) et Orange Bank.

Pour se démarquer des banques traditionnelles, les néobanques jouent la carte du service affinitaire, via les offres de cashback de plus en plus personnalisées en fonction des habitudes d'achat des clients. Cela s'observe aussi au travers de l'objet carte bancaire qui devient ultra personnalisable dans les néobanques : matière plastique ou métal, choix de la couleur, possibilité d'inscrire un message dessus (comme le propose Lydia par exemple), en plus du choix du code secret.

Pour attirer des utilisateurs ayant des centres d'intérêt spécifiques et qui ne trouvent pas leur bonheur dans les banques traditionnelles, elles lancent des fonctionnalités de niche, à l'image de Revolut et son wallet pour les cryptomonnaies, ou encore des néobanques dites éco-responsables qui proposent de calculer l'empreinte carbone des dépenses de leurs clients.

De plus en plus d'adeptes des néobanques

Dans une étude publiée début 2020, le cabinet de conseil KPMG comptabilisait, à fin 2019, 30 néobanques, françaises et étrangères, opérant dans l’Hexagone, avec 3,5 millions d’utilisateurs actifs. D'après cette étude, les clients sont attirés par les prix attractifs, les primes de bienvenue et de parrainage et l'ouverture de compte immédiate.

Quels tarifs pratiquent les banques mobiles ?

A leur arrivée, les néobanques ont bouleversé le marché, avec leur prix très attractifs. Certaines néobanques, comme N26, Revolut ou Orange Bank, délivrent leur compte d'entrée de gamme avec carte bancaire gratuite. Dans les autres enseignes, la formule de base revient à une vingtaine d'euros par an (Ma French Bank, Nickel, Eko...), soit le prix payé dans une banque traditionnelle juste pour les frais de tenue de compte. Ces formules incluent les paiements et virements gratuits en euros.

S'agissant des opérations internationales, la plupart des banques mobiles proposent à leurs clients des niveaux de tarifs très compétitifs sur les opérations : les frais pour les paiements à l'étranger et les retraits hors zone euro sont parmi les plus bas du secteur.

Surtout, les néobanques mettent en avant la transparence de leur offre, facilitée par leurs modèles freemium. Pour un usage basique du compte, la carte est accessible gratuitement, mais les opérations courantes, comme les retraits, sont alors payantes. En revanche, lorsque l'utilisateur part fréquemment à l'étranger ou veut avoir des services supplémentaires (carte haut de gamme avec plafonds accrus, assurance, conciergerie...), il doit alors débourser entre 5 et 17 euros par mois. Chez Pumpkin et Lydia (qui proposaient initalement un service pour s'échanger de l'argent sans passer par le virement bancaire), la carte bancaire est systématiquement payante.

Les principaux frais appliqués aux services des banques mobiles sont recensés dans le Document d’information tarifaire (appelé aussi « DIT »). Ce document au logo « loupe », normalisé au niveau européen, s’applique également aux banques traditionnelles et aux banques en ligne. Il permet d’avoir une vision précise des tarifs des services les plus utilisés, mais également de comparer ces tarifs entre les différents établissements.

Les avantages et inconvénients d'une néobanque

En résumé, les néobanques ont des avantages indéniables :

  • Transparence des prix
  • Tarification et services qui s'adaptent au portefeuille et à l'usage du client
  • Application mobile performante et ludique
  • Rapidité d'ouverture du compte
  • Temps réel des opérations
  • Personnalisation de la carte bancaire
  • Fonctionnalités, certes parfois de niche, mais qui répondent à des besoins non couverts par les banques traditionnelles
  • Partenariats avec d'autres start-ups pour étoffer leur gamme de produits : livret, compte à terme, mini-crédit...

Toutefois, bien qu'elles essaient de cibler un public de plus en plus large, les banques mobiles ne peuvent convenir à tout le monde. En cause :

  • l'absence de prêt immobilier oblige les acquéreurs à conserver un compte dans une banque traditionnelle lorsqu'ils veulent acheter leur logement
  • leur présence essentiellement sur les canaux digitaux les rend inadaptées aux personnes peu connectées
  • leur Iban européen peut poser problème. Bien que ce soit illégal, certaines entreprises refusent de créditer ou de débiter les comptes des néobanques non françaises, du fait de leur Iban étranger
  • leur carte à autorisation systématique ne passe pas toujours dans les parkings souterrains ou aux péages autoroutiers

Pourquoi ouvrir un compte dans une néobanque ?

Les banques mobiles peuvent être utilisées comme banque principale, sous réserve d’accepter de gérer son compte en totale autonomie et de n’avoir pas d’opérations bancaires complexes à réaliser. Elles peuvent aussi servir de banques secondaires, en complément d’une banque traditionnelle ou d’une banque en ligne, par exemple comme compte dédié aux voyages à l’étranger ou aux paiements en ligne. L’absence de découvert (ou la possibilité de paramétrer le blocage des découverts sur le compte) et le temps réel des opérations est un atout de ces comptes, limitant les risques de fraude de grande ampleur. Enfin, les comptes des néobanques sont des outils très pratiques pour l’éducation des mineurs au compte bancaire et aux moyens de paiements.

Y a-t-il une différence entre une néobanque française et une néobanque étrangère ?

Grâce au passeport européen, des banques venues d'autres pays européens peuvent exercer en France. Les néobanques usent de cette possibilité pour étendre géographiquement leur activité. Et c'est la raison pour laquelle la britannique Revolut, l'allemande N26, la belge Anytime ou encore la néerlandaise bunq proposent leurs comptes et cartes aux clients français.

Leurs offres sont similaires. En revanche, il peut exister une discrimination, illégale, des acteurs non français s'agissant des RIB et Iban. Comme souligné plus haut, certains organismes refusent les coordonnées bancaires de ces comptes étrangers. Soulignons toutefois que les détenteurs d'un compte Nickel (pourtant français) ont pu signaler des problèmes semblables.

En cas de faillite, la réglementation est semblable en Europe. Lorsque les néobanques européennes sont des établissements de crédit, comme N26, elles cotisent au fonds de garantie des dépôts de leurs pays. S'agissant des autres établissements, les acteurs français comme européens doivent déposer les avoirs de leurs clients sur un compte de cantonnement. Toutefois, cela n'évite pas tous les désagréments, en attestent les déboires de la néobanque britannique Ipagoo.

Professionnels et enfants sont-ils acceptés par les néobanques ?

Les néobanques ne s’intéressent pas seulement à la clientèle des particuliers. Certaines (Revolut, N26, etc.) disposent également de comptes professionnels, destinés notamment aux micro-entrepreneurs et aux travailleurs indépendants. Depuis 2015, ces derniers ont l’obligation de disposer pour leur activité d’un compte distinct de leur compte personnel. Quelques néobanques se sont même spécialisées sur ce créneau : Anytime, Qonto, Shine, etc. Elles proposent, en plus, des services spécifiques : aide à la comptabilité, gestion des dépenses, encaissement par carte, etc. Des offres qui peuvent également convenir aux besoins des associations.

D'autres néobanques s'adressent exclusivement aux adolescents, comme Kard, Pixpay ou encore Xaalys avec leurs comptes enfants. Revolut dispose aussi d'une offre pour mineurs, mais accessible uniquement aux enfants de ses clients.

Enfin, un autre segment de banques mobiles commence à émerger. Il s'agit des « néobanques écolos » dont l'idée est de permettre aux clients de prendre conscience de leur empreinte carbone afin de les inciter à avoir une consommation plus mesurée. Trois néobanques de ce type (Green Got, Helios et Onlyone) sont en cours de lancement de leur offre de compte et carte bancaire.

La notation des applis des néobanques

Banque
Apple IOS

Google Android
Logo Hello bankHello bank !
3,90
4,43
Logo Orange BankOrange Bank
4,50
4,42
Logo N26N26
4,80
4,47
Crédit Agricole EkoEko by CA
3,80
3,85

Voir également notre comparatif de banques en ligne, le classement de la banque la moins chère et les offres de comptes bancaires pour les pros

© MoneyVox 2019-2021 / Page mise à jour le / Droits réservés