BNP Paribas

Tarifs bancaires : déterminez si votre banque est trop chère

Une calculatrice sur un relevé et des billets
© PhotographyByMK - Fotolia.com

Dernièrement votre banque vous a envoyé votre relevé annuel de frais bancaires. Celui-ci vous laisse pantois : comment savoir si le montant facturé est cher par rapport à la concurrence ? Voici 5 tarifs à regarder pour savoir si, globalement, votre banque est compétitive ou non.

De 66 euros pour un petit client à 210 euros par an pour un gros consommateur de produits bancaires : d’après le dernier observatoire de l’association de consommateurs Consommation Logement Cadre de vie (CLCV), les frais bancaires payés chaque année varient ainsi du simple au triple selon votre profil. Cette forte disparité rend complexe l’évaluation de la politique tarifaire de votre banque. Dans ce contexte, impossible, en effet, de vous comparer à vos proches.

Pour savoir si votre banque est gourmande en frais bancaires, l’une des solutions est d’inspecter sa plaquette tarifaire, disponible en agence et sur son site internet. Mais la tâche est rude. Les brochures des banques comportent certes, en en-tête, un extrait standard des tarifs (EST) qui reprend sur une page les 11 services les plus couramment facturés. Mais, malheureusement, il ne donne qu’une vision parcellaire des prix pratiqués. Illustration avec le découvert bancaire. Sur ce poste de dépense, l’EST ne mentionne que les commissions d’intervention. C’est peu compte tenu de la diversité des frais occasionnés par un compte débiteur (lettres d’information, agios, frais de rejet…). C’est aussi peu révélateur dans la mesure où les frais prélevés au titre des commissions d'intervention sont réglementés. Nous y reviendrons plus bas.

Ensuite, passé l’extrait standard, sortez la loupe ! Vous êtes alors confronté à des centaines - environ 300 - de ligne tarifaires aux dénominations parfois obscures et auxquelles il peut être difficile de donner du sens. Sans référentiel en tête, comment savoir si votre carte bancaire est onéreuse ou abordable ? Toutefois, ne mettez pas tout de suite à la poubelle la plaquette de votre banque ! Si décrypter chaque ligne risque de vous prendre des heures, quelques-unes peuvent suffire à vous donner une idée du positionnement tarifaire global de votre établissement bancaire. En effet, les banques traditionnelles les moins chères ont des points communs : certains produits y sont proposés gratuitement alors que les banques les plus chères les facturent.

Des lignes tarifaires « totem »

C’est le cas tout d’abord des frais de tenue de compte, censés rétribuer le suivi du compte bancaire au quotidien. Ils coûtent en moyenne 24,50 euros par an au 1er février 2020. Or, d’après notre comparatif (1), 9 des 10 établissements avec agences les plus modérés en frais ne facturent pas la tenue de compte. Parmi eux, il y a le Crédit Coopératif, la Macif ou encore plusieurs caisses du Crédit Agricole (dont Ile-de-France, Touraine Poitou, et Normandie-Seine). En revanche, les dernières enseignes de notre classement sont aussi celles qui font payer au prix fort le suivi du compte bancaire, à l’image de la Banque Palatine (76 euros par an), de la Banque Marze (71,80 euros) ou encore de la BPE (48 euros).

La pratique de votre banque face à un découvert bancaire peut aussi être révélatrice de son engouement pour les frais bancaires. Mais, outre les commissions d’intervention, penchez-vous aussi sur le prix des lettres d’information. En effet, depuis 2014 et le plafonnement à 8 euros des commissions d’intervention, les banques traditionnelles se sont presque toutes alignées sur ce prix maximal (à de rares exceptions près dont La Banque Postale, le Crédit Coopératif et la Macif). Cette ligne tarifaire n’est donc plus vraiment discriminante. En revanche, en parallèle du plafonnement des commissions d’intervention, les banques ont développé de nouvelles lignes tarifaires qui renchérissent le coût d’un compte dans le rouge : les lettres d’information.

C’est le cas du courrier prévenant le client d’un découvert, appelé dans le jargon bancaire « lettre d’information pour compte débiteur non autorisé ». Alors qu’en février 2014 la moitié des établissements bancaires ne mentionnaient pas cette ligne tarifaire ou ne la faisaient pas payer, désormais près de 8 enseignes sur 10 facturent son envoi, pour un prix moyen de 13 euros. Du coup, si votre banque ne facture pas la lettre d’information pour compte débiteur non autorisé ou applique un tarif nettement en-deçà de la moyenne, c’est plutôt bon signe. Pour les mêmes raisons, consultez aussi le prix de la lettre d’information pour rejet de chèque. En 2014, cette ligne était mentionnée et payante dans 6 banques sur 10. Désormais, ce courrier est facturé par presque 90% des établissements bancaires.

La carte bancaire et les frais connexes

Outre le découvert bancaire, la carte bancaire est un autre poste de frais prépondérant. Pour savoir si votre carte bancaire vous coûte plus chère que la moyenne, voici quelques référentiels à connaître. Dans une banque avec agences, une Mastercard ou une Visa Classic est facturée en moyenne 43 euros par an en débit immédiat et 44 euros en différé. Quel que soit le débit, la cotisation annuelle d’une Visa Premier atteint 126 euros et environ 125 euros par an pour une Gold Mastercard.

En ce qui concerne les retraits aux distributeurs automatiques (DAB) en zone euro, la norme veut qu’ils soient totalement gratuits avec une carte haut de gamme. Il en va de même pour les retraits d’argent avec une carte classique mais seulement dans les distributeurs de votre banque. En revanche, si vous retirez des billets aux DAB d’enseignes concurrentes, les 4 premiers retraits effectués dans le mois sont habituellement gratuits mais les suivants sont facturés 1 euro.

Rappelons que, s'agissant des cartes comme des retraits, les banques en ligne sont souvent sans frais. Sous conditions d'utilisation ou de revenus minimum, elles proposent ainsi des cartes bancaires gratuites.

Ce qu’il faut retenir :

Malgré la mise en place de l’extrait standard des tarifs et dernièrement du Document d’information tarifaire, évaluer le prix du compte courant dans votre banque et le comparer à la concurrence reste compliqué.

Pour vous faire un avis rapidement, sans éplucher toute la grille tarifaire de votre banque, vous pouvez scruter quelques lignes « stratégiques », souvent révélatrices de la politique tarifaire de l'enseigne. Par exemple, l’absence de frais de tenue de compte ainsi que l’absence de facturation des courriers vous prévenant d’un découvert bancaire ou d’une opération irrégulière sont de bon augure.

Pour compléter votre analyse, les comparateurs personnalisés peuvent vous aider à mettre à plat vos frais bancaires.

Retrouvez notre comparateur des banques les moins chères

(1) Profil standard du classement des banques les moins chères

Partager cet article :

© MoneyVox / MEF / Février 2020

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox