Voici les taux des crédits immobiliers, à taux fixe, pratiqués actuellement en France sur 10, 15, 20 ou 25 ans. Retrouvez également les taux pratiqués par les banques en ligne et des conseils pour bien négocier son taux de prêt immo.

Quels sont les meilleurs taux de crédit sur 10 ans, 15 ans, 20 ans... ?

Vous venez de signer un compromis de vente et cherchez désormais le meilleur financement possible pour votre achat immobilier ? Le premier réflexe à adopter est évidemment de demander à sa banque d’établir une simulation de prêt. Mais n’hésitez pas à comparer le taux proposé par celle-ci avec ceux d’autres établissements, car les taux pratiqués peuvent varier fortement d’un établissement à un autre selon la qualité de votre dossier. Le tableau ci-dessous recense les taux en vigueur constatés par le courtier Meilleurtaux (1). Ils sont actualisés chaque semaine et reflètent donc bien l’état du marché du crédit immobilier. Le tableau distingue les taux « bons », « très bons » mais aussi « excellents » (ces derniers étant rares et décrochés par des emprunteurs présentant un dossier particulièrement attractif pour les banques).

Ce baromètre des taux immobiliers peut vous permettre d’évaluer la qualité de la proposition faite par votre propre banque et constitue un indicateur de ce que vous pouvez espérer en cherchant un autre partenaire financier pour votre achat immobilier (que ce soit par vous-même ou en ayant recours à un courtier).

 Durée de l'emprunt
 7 ans10 ans15 ans20 ans25 ans
Bon taux0,61%0,66%0,82%1,02%1,28%
Très bon taux0,41%0,52%0,66%0,86%1,15%
Excellent taux0,30%0,40%0,56%0,67%0,92%

Mise à jour le 11/01/2021

Et le meilleur taux sur 30 ans ?

Les crédits sur 30 ans ont quasiment disparu de la circulation. Rares sont en effet les établissements à proposer aux ménages des prêts sur cette durée. Le courtier Meilleurtaux compile toutefois chaque semaine le taux moyen obtenu par les rares emprunteurs concluant un tel crédit. Au 11/01/2021, ce taux est de 2,59%.

Quel taux pour votre projet immobilier ?

Vous souhaitez mettre en concurrence les différentes banques pour savoir laquelle vous propose le meilleur taux mais n’avez pas beaucoup de temps à y consacrer ? Notre partenaire Meilleurtaux.com, courtier en immobilier, négocie à votre place les meilleures conditions d’emprunt auprès d'une centaine d'établissements.

Faire examiner mon dossier

L’analyse de janvier 2021 : quels taux immobiliers en ce moment ?

Ce mois de janvier 2021 s'inscrit dans la droite lignée de fin 2020. Les taux bas restent d'actualité. Ils sont en moyenne de 0,85% sur 15 ans, 1,05% sur 20 ans et de 1,30% sur 25 ans, d'après les calculs du courtier Meilleurtaux.com basés sur les barèmes que lui ont envoyés les banque. Et les meilleurs dossiers (les emprunteurs en CDI, apportant au moins 10% d'apport et ayant encore de l'épargne) peuvent obtenir jusqu'à 0,60% sur 15 ans, 0,75% sur 25 ans et 0,95% sur 25 ans.

A l'origine de ces taux immobiliers canons, le contexte monétaire ! La BCE injecte toujours plus de liquidités sur les marchés et cela permet aux banques de prêter à faible taux. Mais ce n'est pas la seule raison. La concurrence acharnée que se livrent les établissements bancaires rend l'augmentation de leurs taux d'intérêt difficile, au risque sinon de faire une croix sur de nouveaux clients. Preuve en est la décision d'une dizaine de banques, nationales ou régionales, de baisser leur taux pour le mois de janvier, de 0,05% à 0,20% selon les enseignes, comme le rapporte Vousfinancer.

Mais voilà, même si les taux sont au beau fixe, les vannes du crédit immobilier, elles, ne s'ouvrent pas si facilement que cela. Les emprunteurs bénéficiant de bons dossiers (apport personnel d'au moins 15%, bons revenus, emplois stables, dans un secteur bien portant, taux d'endettement inférieur à 33%, etc) peuvent certes bénéficier de conditions d'emprunt très favorables. Mais les candidats au crédit disposant de moins bons dossiers risquent eux de se voir opposer une fin de non-recevoir. « L’incertitude de la reprise de l’économie, de la hausse du chômage et l’ombre du Covid-19 avec un possible reconfinement, inciteront à la prudence les banques », souligne en ce début d'année le courtier en ligne Pretto.

Bonne nouvelle ! Ce coup de frein sur l'octroi de prêts immobiliers devrait être un peu contrecarré par l'assouplissement décidé par le Haut conseil de stabilité financière (HCSF), qui veille à ce que les banques ne soient pas trop laxistes dans leur politique de crédit. Jusqu'à fin 2020, le HCSF les exhortait à ne pas accorder de crédit sur une durée supérieure à 25 ans et à veiller à ce que le remboursement des mensualités de prêt n'excède pas 33% des revenus nets du demandeur. Des règles auxquelles les banques pouvaient déroger, mais seulement dans 15% maximum des dossiers examinés.

Mi-décembre, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a cependant annoncé « plus de souplesse » dans la recommandation du HCSF : « Nous allons passer le volume de dérogation possible pour les banques de 15% à 20% », a-t-il précisé, « avec une priorité absolue pour les primo-accédants ». Autres assouplissements évoqués : le taux d’endettement maximal va passer de « 33% à 35% » et la durée de remboursement maximale de « 25 à 27 ans » dans certains cas.

Lire : Ce que nous réservent les taux en 2021

Quels taux de crédit dans les banques en ligne ?

Plusieurs banques en ligne ont investi le créneau du crédit immobilier ces dernières années : Boursorama, ING, BforBank, Fortuneo, Hello bank... La plupart du temps, elles financent des projets « simples », qui ne nécessitent pas de montage financier complexe. L’avantage de ces établissements (à l’exception de Hello bank) : pouvoir effectuer soi-même, sur le site Internet de la banque, une simulation de son projet immobilier.

Pour vous donner une idée des taux pratiqués par les banques en ligne, nous avons effectué une simulation à partir d’un exemple. Les taux affichés ci-dessous sont ceux proposés par Boursorama Banque, BforBank, Fortuneo et ING pour le financement d’un achat immobilier de 250 000 euros, via un apport personnel de 50 000 euros (sauf ING qui ne demande pas d'apport) et un prêt de 200 000 euros sur une durée de 7, 10, 15, 20 ou 25 ans, pour un couple d'emprunteurs de 30 ans gagnant à eux deux 4 500 euros par mois et s’engageant à domicilier leurs revenus dans la banque en ligne. La première ligne rappelle le taux moyen « bon » pratiqué au niveau national selon les données des courtiers Empruntis et Meilleurtaux. Si le prêt n'est pas possible, il est signifié dans le tableau avec un "/".

Information comparateur

BanqueDurée de l'emprunt
7 ans10 ans15 ans20 ans25 ans
Taux du marché
(au 12/01/2021)
0,51%0,58%0,75%0,93%1,19%
Logo BforBank
(au 07/01/2021)
0,80%0,84%0,95%1,04%1,16%
Logo ING Direct
(au 07/01/2021)
/0,79%0,99%1,12%1,54%
Logo Boursorama Banque
(au 07/01/2021)
//1,35%1,55%1,85%
Logo Fortuneo
(au 07/01/2021)
0,58%0,67%0,83%1,05%1,23%

Le taux fixe nominal (ou taux d'intérêt débiteur) est différent du TAEG qui tient compte de l'ensemble des frais bancaires, d'assurances et de garanties nécessaires à l'obtention du crédit. A noter que le taux proposé par les établissements de crédit peut varier selon les revenus de l'emprunteur, le montant de l'apport et le montant emprunté.

Plus d'infos sur le crédit immobilier Boursorama, le prêt immobilier proposé par ING, le crédit immobilier BforBank, le prêt immo de Fortuneo

Comment obtenir le meilleur taux immobilier ?

Qui dit « taux faible » dit réduction du coût total des intérêts à payer à la banque pendant la durée du prêt immobilier. Et pour obtenir des conditions avantageuses, mieux vaut présenter un bon dossier.

L’importance de l’apport personnel

Disposer d’une épargne pour financer une partie de l’opération est quasi nécessaire pour que les banques financent votre projet. En général, l’apport requis tourne aux alentours de 10%, voire 15%. Cette somme permet souvent de couvrir les frais de notaire, les frais de dossier facturés par la banque ou les frais d’agence immobilière. Plus votre apport personnel sera important, plus votre profil d’emprunteur est intéressant pour l’établissement prêteur. Un dossier avec un faible apport personnel peut cependant être accepté, surtout si le(s) emprunteur(s) sont au début de leur vie professionnelle et n’ont pas encore eu le temps de se constituer une épargne importante.

Des comptes bien tenus, gage de fiabilité

Lorsque vous allez demander un prêt immobilier à votre propre banque, celle-ci va examiner vos habitudes bancaires. Ainsi, dans les mois précédant la sollicitation du crédit, évitez si possible les découverts, agios, commissions d’intervention, mensualités de crédits (conso par exemple) rejetées et autres incidents bancaires. Un client qui gère bien son budget bénéficiera d’une meilleure image qu’un client qui multiplie les passages “dans le rouge”. La banque associera au premier un risque plus faible de non-remboursement des mensualités.

La solidité de votre projet immobilier

Faire financer un bien sur une commune dynamique, où une revente sera facile voire générera une belle plus-value, sera toujours plus aisé que de solliciter un crédit pour un bien peu attractif. Plus votre projet sera cohérent (surface, adéquation à la composition de votre foyer, localisation, prix en phase avec le marché…), plus votre dossier sera rassurant pour la banque. N’hésitez pas également à détailler à votre interlocuteur la fiabilité de votre situation professionnelle le cas échéant (emploi stable, peu soumis aux soubresauts de l’économie…)

La souscription d’autres produits dans la banque

Dans la négociation pour obtenir un meilleur taux, vous allez pouvoir actionner certains leviers (si votre banquier ne le fait pas déjà à votre place...). L’établissement prêteur vous demandera en général de domicilier vos revenus chez lui. Mais il peut également vous proposer de souscrire des produits d’épargne (s’il vous reste encore de quoi mettre de côté), des assurances habitation ou auto, voire une alarme pour protéger votre domicile… A vous de juger si la souscription de ces produits annexes fait fortement baisser la facture du crédit immobilier ou non. Sachez par ailleurs que vous pourrez facilement résilier le contrat d’assurance habitation ou automobile après la première année si vous le souhaitez.

Le taux mais pas que le taux…

Si le taux est une composante essentielle du coût d’un crédit immobilier (puisque c’est lui qui fonde le calcul des intérêts), il n’est pas le seul élément à prendre en compte au moment de signer une offre de prêt. L’assurance emprunteur pèse par exemple de plus en plus lourd dans le coût total du prêt. Dans son Observatoire du crédit immobilier d’octobre 2019, Meilleurtaux évoquait dans certains cas « une assurance plus chère que le crédit ». « La faiblesse des taux des crédits diminue le coût total des intérêts. Contrairement au coût du crédit, l’assurance est calculée (dans la très grande majorité des cas) sur le capital emprunté et donc non amortissable. La somme acquittée par l’emprunteur reste donc identique toute la durée du prêt » expliquait le courtier. Soyez donc attentif aux conditions de l’assurance emprunteur proposée par la banque. Il s’avère parfois plus intéressant d’effectuer une « délégation d’assurance », c’est-à-dire de contracter à part, auprès d’un autre organisme, un contrat présentant un niveau de garantie équivalent à celui proposé par la banque. Pour monter votre prêt immobilier, la banque facturera aussi des frais de dossier. N’hésitez pas à les négocier s’ils vous paraissent élevés.

Pour rappel, pour comparer deux offres de prêt immobilier entre elles, vous devez regarder avant tout le TAEG (taux annuel effectif global), qui intègre tous les frais liés au crédit : intérêts, caution, assurance emprunteur, frais de dossier de la banque, etc.

Lire aussi : Prêt immobilier : 5 points clés à négocier (en plus du taux)

L’avis de notre expert en immobilier

Maxime Chipoy, président de MoneyVox.fr : « Un crédit immobilier représente une étape importante dans une vie, et un des postes les plus importants dans le budget des clients. Il ne faut donc pas hésiter à prendre son temps et à faire jouer la concurrence : chaque dixième de pourcent gagné sur le taux du crédit ou de l’assurance emprunteur signifie plusieurs milliers d’euros d’économies ! Si vous avez un peu de temps, vous pouvez faire vous-même la démarche auprès des différentes banques. Mais le plus souvent, il est plus simple de faire appel à un courtier, qui fera pour vous le tour des établissements... quitte à utiliser le résultat de simulation pour négocier avec votre banquier actuel ! »

Quelle évolution des taux immobiliers ?

Alors que les Français empruntaient encore à plus de 2% sur 15, 20 ou 25 ans en 2016 (et même à plus de 4% il y a 10 ans !), les taux de crédit immobilier connaissent actuellement un niveau historiquement bas depuis le mois d'octobre 2020. Il n'a jamais été aussi « peu cher » de réaliser un emprunt immobilier.

Le graphique ci-dessous propose l'évolution des taux immobiliers du marché. Par défaut, il affiche la moyenne des taux du marché relevés par Meilleurtaux et Empruntis. Vous pouvez choisir d'afficher l'historique d’un courtier en particulier à l'aide du menu déroulant.

Taux de crédits 2021 2020 2019 2018 2017 0% 0,50% 1% 1,50% 2% 2,50% 0% © MoneyVox 7 ans 10 ans 15 ans 20 ans 25 ans 30 ans tspan1 tspan2 tspan3 tspan4

Taux de marché (moyenne courtiers)

Comment renégocier son taux immobilier ?

L’évolution des taux montre une forte baisse ces dernières années. Si vous avez conclu un prêt immobilier en 2015 ou 2016 (voire avant), il est donc probable que le taux de votre crédit soit bien plus élevé qu’aujourd’hui. Bonne nouvelle pour vous : il est possible (voire conseillé) de renégocier les conditions de son crédit. Pour cela, deux solutions : rediscuter avec sa banque pour tenter de faire baisser le taux et le coût du prêt ; ou faire reprendre son prêt par une banque concurrente qui, pour vous attirer chez elle, vous proposera des conditions plus intéressantes sur le taux et/ou l’assurance emprunteur.

Pour déterminer si l’opération vaut le coup ou pas (car la banque que vous quittez vous facturera vraisemblablement des indemnités de remboursement anticipé), vous pouvez utiliser par exemple le simulateur de Meilleurtaux.com.

A lire aussi - Crédit immo : qui doit se précipiter pour renégocier son prêt ?

Comment renégocier son assurance emprunteur ?

On l’a vu plus haut, avec les taux en baisse, la part prise par l’assurance emprunteur peut être devenue très (trop) importante. Si vous souhaitez revoir le montant à régler pour cette garantie, trois possibilités :

  • discuter avec votre banquier pour voir s’il est possible de diminuer son montant ou de revoir les quotités en cas de co-emprunt (c’est-à-dire les taux de protection de chaque emprunteur). Pas évident car les conditions de l’assurance emprunteur déterminées à l’octroi du prêt sont contractuelles, et la banque n’a aucune obligation de les revoir.
  • opter pour une délégation d’assurance. Vous pouvez solliciter d’autres organismes pour remplacer le contrat “maison” de votre banque par un contrat aux garanties équivalentes (mais moins cher) chez un autre assureur.
  • renégocier l’intégralité de votre prêt immobilier (taux et assurance emprunteur) dans une autre banque et quitter votre établissement actuel.

Lire notre dossier complet sur l’assurance emprunteur

(1) Meilleurtaux.com et MoneyVox.fr appartiennent au même groupe.

© MoneyVox 2015-2021 / EL - FV - MRS / Page mise à jour le / Droits réservés