A l’occasion de son premier anniversaire, Kwixo, la filiale de paiement électronique du Crédit Agricole, tire un premier bilan positif de son activité et fournit quelques statistiques sur ses usages.

Lancé en juin 2011 comme une réponse européenne à PayPal, leader incontesté du marché des paiements sur internet avec plus de 5 millions d’utilisateurs revendiqués en France, Kwixo annonce un an plus tard avoir convaincu 240.000 membres. Un modeste premier pas : il y a un an, Jean Philippe, président de Fia-Net Europe, la filiale du Crédit Agricole qui porte le projet, espérait de 4 à 5 millions de clients « dans les 4 à 5 ans ».

Pour espérer atteindre de tels chiffres, Kwixo va devoir être présent sur un grand nombre de sites marchands. Et c’est encore là que le bât blesse : selon le communiqué publié par Fia-Net Europe, seulement 720 e-commerçants ont embarqué à l’heure actuelle la solution de paiement sur leur site. C’est à peine 120 de plus qu’il y a un an.

Des paniers supérieurs à la moyenne

Le e-commerce représente néanmoins deux tiers de l’activité de Kwixo, « avec des paniers bien supérieurs à ceux du marché (90 euros) : 160 euros pour un paiement classique (en une fois), 590 euros pour un paiement à crédit » explique le communiqué. 59% de ces achats profitent du service phare de Kwixo, la possibilité de payer après réception de l’achat. Dans ce cas, le panier moyen monte à 270 euros.

Autre service proposé, notamment via l’application mobile de la marque, le transfert d’argent entre particuliers a, selon le communiqué, « été [adopté] par la population française. » Le montant moyen se situe autour de 35 euros, « nettement au-dessus de celui envisagé au lancement. »

Regroupez vos crédits ! Jusqu'à -60% sur les mensualités. Réponse en 48h

Enfin, Kwixo fournit un portrait-robot de ses clients. Comme pour les autres services internet, il s’agit d’un « homme actif de 32 ans, vivant en zone urbaine ». Les 20–34 ans représentent 40% des usagers. L’ouverture « vers de nouveaux publics », moins naturellement conquis, ainsi que le développement d’un « aspect communautaire » font d’ailleurs partie des projets de développement du site.