Si l'assurance n'est pas obligatoire pour aller à l'école, il est dans les faits très difficile de ne pas en souscrire une pour son enfant, car l'établissement peut l'exiger pour toute activité en dehors du temps scolaire.

La rentrée est là. Ce jeudi 1er septembre, 12,2 millions d'écoliers, collégiens et lycéens vont retrouver les bancs de l'école. Vous avez acheté les fournitures et les livres, les cartables sont prêts... Mais avez-vous pensé à souscrire une assurance scolaire pour votre enfant ? Ce contrat, qui peut se prendre seul ou parfois en complément de l'assurance habitation, protège l'enfant, s'il est auteur d'un accident mais surtout s'il en est victime.

« Chaque année, il y a environ 25 000 accidents recensés, sans compter ceux qui ont lieu sur le trajet entre la maison et l'établissement scolaire », détaille Dominique Filsjean, directeur groupe production à la Matmut. Parmi les principaux accidents relevés par l'Observatoire de la MAE sur les risques d'accidents des enfants de 3 à 18 ans, 45% sont des blessures sans séquelles (dent cassée, fractures bénignes, entorses...). Et dans 23% des incidents, les lunettes sont cassées. Mieux vaut donc prévenir que guérir !

65% des accidents ont lieu pendant la récré

Mais alors, l'assurance scolaire est-elle obligatoire ? « Elle est censée ne pas être obligatoire, mais dans les faits elle l'est plus ou moins, expose Ralph Ruimy, cofondateur de l'assurance en ligne Acheel. À la rentrée, les professeurs vont la demander à tous les enfants car elle est obligatoire pour tout ce qui est extra-scolaire ou périscolaire. »

« Il n'y a pas besoin d'assurance pendant le temps scolaire et donc elle n'est pas demandée pour l'inscription de l'enfant à l'école, mais elle reste conseillée, complète Dominique Filsjean. En revanche, pour tout ce qui ne relève pas de l'emploi du temps de l'élève, comme les voyages ou une sortie au musée par exemple, l'établissement peut soumettre la participation de l'élève à la souscription d'une assurance. » Les parents doivent également souscrire une assurance scolaire si l'enfant déjeune à la cantine.

Ce que couvre l'assurance scolaire

En premier lieu, les dommages que pourrait causer l'écolier à ses camarades, à un enseignant, aux bâtiments et au matériel de l'école... C'est la garantie responsabilité civile. Le contrat couvre aussi les dommages que l'enfant pourrait subir dans le cadre de l'école (qu'il y ait un responsable identifié ou non). C'est la garantie accident corporel.

Parmi ce que couvre l'assurance scolaire, on peut ainsi citer une vitre brisée par un ballon pendant la récréation, une bousculade entraînant des lunettes cassées ou encore une fracture d'un bras lors d'une sortie à la piscine.

« Si l'assurance scolaire n'est pas obligatoire pendant le temps scolaire, deux tiers (65%) des accidents relevés par la MAE se produisent pourtant lorsque les enfants sont en récréation. C'est pourquoi nous conseillons fortement aux parents de prendre une assurance scolaire », relève Philippe Bénet, président de la MAE.

Assurance auto : économisez jusqu'à 340 € grâce à notre comparateur en ligne

Attention toutefois : comme pour toute assurance, les garanties varient d'un contrat à l'autre. À quoi faut-il alors faire attention au moment de la prendre ? « À la MAE, le sinistre moyen est de 572 euros, dévoile Philippe Bénet. Pour autant, il y a beaucoup de petits remboursements, de l'ordre de 50 à 60 euros. Ce qui est important donc, c'est qu'il n'y ait pas de franchise, sinon l'assuré devra s'acquitter d'une partie. Ensuite, bien évidemment il faut vérifier le contenu des garanties. »

Il n'est pas trop tard pour en prendre une

Par exemple, certains contrats ne prévoient pas l'assurance sur les trajets entre le domicile et l'établissement scolaire. Pourtant, ce type d'accidents est fréquent : toujours selon l'Observatoire de la MAE, le risque d'un souci sur le trajet de l'école pour un collégien est 2,5 fois supérieur par rapport à un élève de primaire.

Côté prix, l'assurance scolaire varie de 8 à 12 euros par an chez Acheel, de 11,90 à 38,50 euros pour la MAE et de 12 à 42 euros pour la Matmut, en fonction du niveau de couverture et de remboursement en cas de problème. Par exemple, si tous les contrats de base couvrent la responsabilité civile de l'enfant, le contrat « complet » de la MAE couvre ce dernier 24h/24, même en dehors du temps scolaire.

Assurance scolaire et assurance habitation, un doublon ?

Si l'assurance scolaire peut-être souscrite via son assurance habitation, les deux se complètent. Si la seconde couvre également votre enfant pour les dommages causés à autrui, l'assurance habitation ne l'assure pas forcément si c'est lui la victime de l'accident.

De son côté, l'assurance scolaire permet ainsi de prendre en charge les frais médicaux, pharmaceutiques, chirurgicaux et d'hospitalisation... Sans parler de la couverture en cas d'accident plus grave entraînant une invalidité permanente.

Enfin, si vous n'avez pas encore souscrit d'assurance scolaire, pas de panique : « Les parents qui ont oublié peuvent parfaitement le faire début septembre. Au début de l'année, les professeurs demandent l'attestation d'assurance et ensuite il y a une semaine ou deux pour l'apporter », rassure Ralph Ruimy.

Rentrée scolaire 2022 : les familles vont dépenser moins malgré l'inflation, pourquoi ce paradoxe ?