Hello Bank!

Carte bancaire : du « cashback » pour lutter contre la fraude fiscale ?

Femme effectuant un paiement par carte bancaire sur un terminal de paiement
© Barselona Dreams - Fotolia.com

Réduire la facture fiscale de ceux qui privilégient la carte bancaire pour payer au quotidien : C’est une des pistes du nouveau gouvernement italien pour lutter contre la fraude fiscale.

Peu encombrante, rapide et sûre : la carte bancaire présente de vrais atouts pour les achats du quotidien. Pour le consommateur, mais aussi pour les pouvoirs publics : son usage laisse en effet des traces (sur les relevés de compte, dans les caisses des commerçants, etc.) et complique d’autant le blanchiment et la fraude fiscale.

Lutter contre une fraude fiscale, estimée à au moins 110 milliards d'euros par an, c’est justement la priorité de Giuseppe Conte, le Premier ministre italien, qui prépare un plan sur le sujet dans le cadre de son projet de loi de finances pour 2020. Interrogé la semaine passée par la presse transpalpine, il y voit en effet « le problème central [du] système économique [italien] ».

L’Italie en retard sur la CB

L’un des leviers choisis serait d'encourager l'usage de la carte bancaire, aux dépens de l'argent liquide. Les Italiens, en effet, ont tendance à moins utiliser leur CB que leurs voisins européens. En 2018, elle était impliquée dans 47,4% des paiements, hors cash, contre 56,6% en France ou 57,5% en Espagne. Et en volume annuel, les paiements par carte y représentent moins de 200 milliards d'euros, contre plus de 500 milliards d'euros en France.

Pour renverser la tendance, le gouvernement italien envisage de rembourser entre 2 et 4% des dépenses effectuées par carte, à partir d’un certain montant annuel à préciser, sous la forme d’une réduction d’impôts. Une sorte de « cashback » fiscal qui serait sans doute une première mondiale.

Partager cet article :

© MoneyVox / VM / Septembre 2019