Face à l'inflation galopante, le gouvernement a demandé aux banques de faire un nouveau geste pour le portefeuille de leurs clients. Un gel global des tarifs en 2023 n'a pas fait l'unanimité. Le consensus s'est porté sur un « bouclier tarifaire » de 2% de hausse maximum. Mais quelques banques s'empressent de promettre un blocage de leurs tarifs pour 2023.

« Toutes les banques ont pris l'engagement de ne pas augmenter leurs tarifs bancaires de plus de 2% sur l'année 2023 », a lancé mardi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, après s'être entretenu avec les dirigeants des groupes BPCE, Société Générale, Crédit Mutuel, BNP Paribas, Crédit Agricole et La Banque Postale. « Il y a eu un bouclier énergétique. Nous mettons donc en place un bouclier sur les frais bancaires, qui n'augmenteront pas de plus de 2% sur l'année 2023. » Voilà pour l'annonce.

Le communiqué de la Fédération bancaire française (FBF) est à l'unission, quoique plus prudent, en ajoutant la mention suivante : « Il appartient à chaque banque du comité exécutif de la FBF de prendre ses décisions, dans le respect du droit de la concurrence. » Bouclier, certes, mais rien n'est véritablement inscrit dans le marbre.

Bouclier sur les tarifs bancaires : ce que cache le petit geste des banques

Les banques qui ont annoncé un gel des tarifs 2023

« Le ministre a souhaité que certaines banques françaises gèlent leurs tarifs bancaires sur l'année 2023, pour des tarifs très courants », reconnaît la FBF dans son communiqué diffusé ce mercredi 14 septembre. Lesquelles ? Pour l'heure, quatre banques ont tenu à faire savoir publiquement leur volonté de geler leurs tarifs : le Crédit Coopératif, LCL, La Banque Postale et BNP Paribas.

« Nous souhaitons aller au-delà [du plafond de 2% à la hausse, NDLR] et annonçons ce jour le gel des tarifs de nos produits à destination de nos clients particuliers pour 2023 », écrit Benoît Catel, directeur général du Crédit Coopératif, première banque à annoncer un gel des tarifs dans un communiqué diffusé le 14 septembre. Tous les tarifs seront-ils gelés au Crédit Coopératif, sans exception, et non pas uniquement les frais « très courants » comme évoqué dans le communiqué de la FBF ? Oui, confirme à MoneyVox cette banque faisant partie du groupe BPCE : « l'ensemble tarifs bancaires 2023 à destination des particuliers » n'augmenteront pas en 2023.

Annonce similaire du côté de BNP Paribas, qui s'engage à geler « l'ensemble de ses tarifs bancaires pour ses clients particuliers », comme l'annonce la directrice de la banque commerciale en France, Marguerite Bérard, sur le réseau Linkedin. Un communiqué de l'enseigne rappelle en outre les engagements passés (pris par l'ensemble du secteur bancaire), notamment sur le plafonnement mensuel des frais d'incidents à 25 euros.

Sollicitée par MoneyVox, la banque LCL « s'engage dès aujourd'hui [mercredi 14 septembre] à geler tous les tarifs bancaires de sa clientèle particulière et ce jusqu'en septembre 2023 ». La filiale du Crédit Agricole a ajouté le 15 septembre dans un communiqué que les clients identifiés comme fragiles « bénéficieront également d'une exonération totale des frais d'incident jusqu'au 1er septembre 2023 (pour mémoire, ceux-ci sont plafonnés à 16,50 euros par mois depuis février 2019) ».

Jeudi 15 septembre, c'est La Banque Postale qui, à son tour, a annoncé bloquer ses tarifs bancaires : « En cette période de rentrée, marquée par un contexte inflationniste inédit, La Banque Postale s'engage résolument auprès de ses clients avec le gel de ses tarifs pour 2023 sur l'ensemble de ses gammes bancaires », promet dans un communiqué Philippe Heim, président du directoire de l'enseigne bancaire. Conformément à l'engagement de la FBF, l'offre clients fragiles (formule de compte Simplicité, utilisée par 260 000 clients) passe à 1 euro par mois en 2023. Et la banque rappelle dans son communiqué avoir « gelé le prix de ses formules de compte début 2022 » pour les jeunes et ses 1,6 million de clients identifiés comme en « situation de fragilité financière ».

Virement instantané : pourquoi La Banque Postale a choisi la gratuité

Les banques qui avaient déjà annoncé d'autres mesures de modération des frais

La confédération nationale du Crédit Mutuel a communiqué dès mardi 13 septembre au soir, non pas pour annoncer un gel des frais mais pour rappeler les engagements des derniers mois, dont la « tarification de l'offre clients fragiles (OCF) déjà abaissée à 1 euro par mois », un geste sur lequel les autres banques se sont engagées à s'aligner hier à Bercy.

Crédit Mutuel : les dessous du nouveau compte bancaire à 1 euro

Sollicité par MoneyVox, La Banque Postale rappelle son « engagement (...) auprès des clients fragiles et nos efforts tarifaires en 2022 » : généralisation du virement instantané gratuit pour tous les clients, gel des tarifs standards d'assurance emprunteur, « gel des prix de ses formules de compte en 2022 à destination des jeunes et des personnes en situation de fragilité financière » ou encore le bouquet de services « Pass Jeune ».

La Société Générale affirme à MoneyVox avoir « anticipé le sujet » en rappelant avoir « annoncé dès cet été un certain nombre de mesures » : « stabilité globale des tarifs en 2023 sur les services bancaires (cotisation carte, frais de tenue de compte, etc.) », « idem pour les clients fragiles ». Enfin la banque rouge et noire a déjà réduit - depuis début septembre - à 1 euro par mois l'offre dédiée aux clients en situation de fragilité. Enfin la banque souligne que les prêts étudiants sont cette année « à prix coûtant, c'est-à-dire sans marge, et donc moins cher ».

Les « Trophées de la banque » - tarifs 2022

Investissez dans la Bourse au meilleur prix ! 7 offres comparées

Celles qui se font discrètes (pour l'instant ?)

Caisse d'Epargne, Banque Populaire... A ce stade, ces grands groupes bancaires n'ont pas réagi aux annonces des engagments de la profession bancaire hier à Bercy. Il faut toutefois préciser qu'à l'instar du Crédit Mutuel ces réseaux sont des groupes mutualistes se caractérisant par plusieurs entités régionales. Or chaque fédération ou caisse régionale a la main sur ses propres grilles tarifaires. Ce qui peut expliquer que la prise de position nationale prenne plus de temps que dans les réseaux centralisés.

Crédit Agricole : pas de frais d'incident pour les clients fragiles

Le Crédit Agricole s'est d'abord fait discret sur le sujet... avant de diffuser un communiqué mercredi 14 septembre en fin de journée. La banque verte s'aligne logiquement sur le plafond de 2% de hausse, et sur l'abaissement à 1 euro par mois de l'offre clients fragiles, conformément à l'engagement de la profession à Bercy. Seule initiative du groupe allant plus loin que ces engagements : la banque supprime jusqu'à nouvel ordre les frais d'incidents pour les détenteurs de cette offre clients fragiles.

Le classement des banques les moins chères