Société Générale s'est désistée vendredi de son action en diffamation contre Jean-Luc Mélenchon, initiée en 2016 après de vives critiques du leader de la France insoumise contre la banque au moment de la révélation des Panama Papers.

Assurance auto : économisez jusqu'à 340 € grâce à notre comparateur en ligne

En avril 2016, Jean-Luc Mélenchon avait affirmé sur France Info que les dirigeants du groupe bancaire étaient des « menteurs » qui devaient « être châtiés », au moment des révélations de la presse dans ce dossier. A l'audience, devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, l'avocat de la banque a annoncé ce désistement, éteignant de fait l'action contre Jean-Luc Mélenchon.

La Société Générale faisait partie des banques mentionnées dans l'affaire Panama Papers pour avoir ouvert pour le compte de clients 979 sociétés offshore, en faisant appel au cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca en une quarantaine d'années. La banque française s'était défendue en affirmant que quelques dizaines de ces sociétés seulement étaient encore en activité et qu'elles étaient gérées de façon « totalement transparente ».