La loi Macron qui passe au forceps grâce au recours au 49.3, des conseils pour bien choisir son contrat d’assurance-vie, les jolis bénéfices 2014 des banques françaises : voici ce qu’il ne fallait pas rater cette semaine sur cBanque.

Loi Macron en force !

Même si le sujet embrasse un large champ de sujets, bien au-delà de nos thématiques habituelles, cBanque suit avec attention les débats autour du projet de loi pour la croissance et l’activité, dite « loi Macron », par le biais notamment d’un dossier d’actualités. Plusieurs mesures nous intéressent particulièrement : la refonte de l’épargne salariale, par exemple, ou la révision des grilles tarifaires des professions du droit, qui a soulevé l’indignation que l’on sait chez les notaires. Plus récemment, nous avons aussi relayé l’adoption en première lecture (et donc l’intégration dans le projet de loi) d’un amendement UMP destiné à faciliter le changement de banque, à travers la mise en place obligatoire d’un service de redirection automatique des opérations bancaires de l’ancien compte vers le nouveau, à l’image de la réexpédition de courrier proposée par la Poste. Evidemment, rien ne dit que cette dernière mesure, imposée au gouvernement qui avait émis un avis défavorable, survive à la navette parlementaire.

Texte de sortie de crise crédible pour les uns, fourre-tout et cache-misère pour les autres, la loi Macron a en tout cas encore réussi à faire l’événement cette semaine. Mardi, après de longues semaines de discussions et d’ajustements entrecoupés de manifestations, le projet devait en effet être voté en première lecture à l’Assemblée nationale. Une formalité a priori, le parti socialiste au pouvoir y disposant de la majorité absolue. Par erreur, Bercy a même diffusé un communiqué annonçant son adoption, plusieurs heures avant celle prévue du vote.

Mais rien ne s’est vraiment passé comme espéré. Incertain de réunir suffisamment de députés autour d’un texte qui divise à gauche, le Premier ministre a eu recours à l’article 49 alinea 3 de la Constitution, qui permet d’engager la responsabilité du gouvernement, pour faire passer son texte. Une manœuvre immédiatement dénoncée comme anti-démocratique, mais qui est pourtant monnaie courante dans l’histoire de la Ve République, jusqu’à la réforme de 2008 limitant le recours au 49.3 à un texte par session parlementaire, hors lois budgétaires.

Conséquence immédiate : le dépôt par l’UMP d’une motion de censure, dans laquelle le parti d’opposition dénonce le passage en force du gouvernement et demande sa démission. Sans succès : malgré le renfort du Front de Gauche, la droite n’a pas réussi à atteindre, loin de là, les 289 voix nécessaires pour faire tomber Manuel Valls. La loi Macron va donc poursuivre son parcours parlementaire, au Sénat d’abord où la majorité de droite pourra modifier ou rejeter le texte, puis en commission mixte paritaire, avant un probable retour à l’Assemblée nationale pour le vote définitif. Manuel Valls a déjà prévenu : si nécessaire, il réutilisera « bien évidemment » le 49.3.

Assurance-vie : comment choisir le bon contrat ?

Les annonces de rendements 2014 des fonds en euros commencent à se raréfier. Cette semaine, nous avons tout de même relevé celles de la France Mutualiste, de la Banque Populaire, d’Allianz et de la Banque Accord, filiale du groupe de grande distribution Auchan. Mais l’heure du bilan est proche. Comme annoncé, les fonds en euros du marché ont dans leur immense majorité rapporté moins en 2014 qu’en 2013, avec des reculs généralement compris entre 20 et 40 points de base. Une tendance qui a malheureusement peu de chance de s’inverser en 2015.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Dans ce contexte, comment choisir le bon contrat ? Nous avons consacré un article à la question, avec quelques conseils à la clé. Ne pas hésiter, d’abord, à aller jeter un œil du côté d’internet, où l’on trouve de nombreux contrats à frais réduits. Choisir soigneusement, ensuite, son assureur, parmi les six grands qui se partagent le marché de l’assurance-vie en ligne. Tous, en effet, n’offrent pas les mêmes dynamiques de rendement. Plus de détails dans notre article : comment choisir son contrat d'assurance-vie en 2015 ?

Résultats financiers des banques : jusqu’ici tout va bien

Comme chaque année, nous consacrons un dossier aux résultats 2014 des banques françaises. Malgré le contexte de taux bas, qui tire sur les marges de la banque de détail, et parfois de lourdes dépréciations - voire de lourdes amendes - à éponger, les grands groupes français affichent tous des résultats nets en progression. C’est le cas cette semaine de Crédit Agricole SA, l’entité cotée de la banque verte (2,3 milliards d’euros de bénéfice) ou de Banque Populaire-Caisse d’Epargne (2,9 milliards).

Profitables également, les principales banques en lignes, qui n’ont jamais autant capté de nouveaux clients qu’en 2014 : 87.000 pour le leader ING Direct et plus de 110.000 pour l’outsider Boursorama Banque, qui grignote son retard.

A lire également