Boursorama Banque, filiale 100% internet de la Société Générale, a dévoilé la semaine passée des résultats 2014 encourageants d’un point de vue commercial, avec un gain net de plus de 110.000 clients, dont 97% ont ouvert un compte courant. Certains indices (encours, nombre de paiements par carte, etc.) laissent également penser qu’ils sont de plus en plus à utiliser leur banque en ligne comme banque principale. Qu’en pense Benoît Grisoni, le directeur de Boursorama Banque ?

Lire par ailleurs : Boursorama Banque : 37,5 millions d'euros de bénéfice en 2014

Benoît Grisoni, selon une étude IFOP datée de septembre 2013 (1), seuls 2% des Français utilisaient une banque 100% en ligne comme banque principale au quotidien. Les données plus récentes que vous détenez sur vos clients montrent-elles une évolution de ces usages ?

« Nous suivons effectivement quelques indicateurs sur le sujet, dont certains que nous ne pouvons pas communiquer. Toutefois, lorsque nous interrogeons nos clients au moment de l’ouverture de leur compte courant, 40% nous disent vouloir l'utiliser comme compte principal. Un autre bon indice, c’est l’encours des dépôts sur ces comptes, qui suit une progression en ligne avec celle du nombre de comptes courants [+26% pour Boursorama en 2014, NDLR]. On ne met pas du cash sur un compte qu’on ne veut pas utiliser, c’est donc une preuve indirecte que les clients nous font confiance. Il y a enfin le nombre d’opérations par carte bancaire, 17 par mois par client en moyenne, qui nous semble indiquer une activité réelle. »

Devenir la banque principale de vos clients, est-ce vraiment un objectif pour vous ?

« Chez Boursorama, nous parlons avant tout de clients actifs. Le monde bancaire évolue et nous pensons que la notion de banque principale, qui avait sans doute sa raison d’être lorsque les clients étaient peu multibancarisés, est aujourd’hui dépassée. Qu’est-ce qu’une banque principale d’ailleurs ? Je ne suis pas sûr que les banques soient capables de s’entendre sur une définition… Vous pouvez recevoir votre salaire sur un compte, sans qu’il soit pour autant celui que vous utilisez au quotidien. »

Quel type de relation bancaire souhaitez-vous mettre en place avec vos clients ?

« Nous voulons changer le paradigme. Avec la multibancarisation, l’enjeu n’est plus de savoir si un compte est le compte principal d’un client, mais s'il présente un réel intérêt pour lui. Nous ne sommes pas dans une logique de contrainte, c’est pourquoi nous ne demandons pas à nos clients de domicilier leurs revenus pour bénéficier de notre offre. Nous les encourageons au contraire à nous tester avant de nous adopter, ce qu’ils font d’ailleurs naturellement. Nous leur permettons même d’importer dans leur espace client les données issues de comptes détenus dans d’autres enseignes (2). Car si nous sommes convaincus de la qualité de notre offre, nous ne sommes pas arrogants au point de penser que nous proposons systématiquement le meilleur produit pour tout le monde et tout le temps. »

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget
De quels arguments disposez-vous pour retenir vos nouveaux clients, une fois qu’ils ont touché la prime promise à l’ouverture ?

« Effectivement, la prime ne suffit pas à fidéliser un client. La clé de notre modèle, et plus généralement de la logique du low-cost quel que soit le secteur, est ailleurs : elle réside dans notre capacité à fournir un ensemble opérationnel de produits et de services en cohérence avec la promesse faite aux clients, c’est-à-dire performant, pas cher et 100% en ligne, donc accessible aussi le dimanche. »

40% des clients de Fortuneo l’utilisent comme banque principale

Chez Fortuneo, la filiale du Crédit Mutuel Arkéa, on avance comme Boursorama le chiffre de 40% de clients utilisant leur compte courant en ligne comme compte principal. « Les clients sont de plus en plus nombreux à faire de ce compte leur compte principal, puisque près de 40% en font le lieu de transit principal de leurs prélèvements et de leurs flux créditeurs, que ce soit le revenu ou les charges mensuelles (ex : EDF, impôts, etc.) » nous a expliqué la communication de l’enseigne.

(1) Lire à ce propos : Pourquoi les Français boudent-ils toujours les banques en ligne ?

(2) Lire à ce propos : Boursorama Banque rénove son espace bancaire en ligne