Les deux Crédits Mutuels, Alliance Fédérale et Arkéa, sont, selon Les Echos, en lice pour racheter le portefeuille de clients d'ING, qui veut quitter le marché français. Chacun veut renforcer sa banque en ligne, Monabanq pour le premier et Fortuneo pour le second.

Qui va récupérer les clients français d'ING ? La question se pose depuis que la banque néerlandaise a dévoilé, en juin dernier, son intention d'effectuer une revue stratégique de sa banque en ligne. Une manière de préparer son départ du marché français, et d'ouvrir les enchères pour son fonds de commerce.

Six mois plus tard, la situation s'est un peu éclaircie. Trois banques, selon Les Echos, sont en lice pour racheter le portefeuille de clients d'ING en France : la Société Générale, le Crédit Mutuel Alliance Fédérale et, plus récemment, le Crédit Mutuel Arkéa. Le Crédit Agricole se serait en revanche retiré de la course, à laquelle BNP Paribas, La Banque Postale ou BPCE n'ont, semble-t-il, pas souhaité participer.

Vers un duel Fortuneo - Monabanq ?

Les 3 groupes en lice ont en commun de posséder chacun une marque de banque en ligne. La Société Générale est l'actionnaire unique du large leader du secteur, Boursorama Banque, qui a dépassé les 3 millions de clients. Les Crédits Mutuels, eux, contrôlent chacun un de ses concurrents. Fortuneo côté Arkéa, qui revendiquait près de 900 000 clients en Europe fin 2020 ; Monabanq côté Alliance Fédérale, qui n'a plus communiqué sur son nombre de clients depuis octobre 2015, où elle en comptait 290 000.

Jusqu'à 130 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Le départ d'ING du marché français pourrait ainsi prolonger, sur le champ de la banque digitale, la lutte fratricide entre l'Alliance Fédérale et Arkéa. Il pourrait aussi permettre à un des deux outsiders, largement distancés par Boursorama, de revenir dans la course à la taille. A condition, bien sûr, de réussir à conserver et fidéliser les clients venus d'ING, dont nombre n'y détiennent qu'un livret d'épargne, parfois ouvert dans les années 2000.

Banque en ligne : le comparatif des offres