La carte bancaire détrônée par le smartphone, la fin du chèque, l'avènement du conseiller bancaire virtuel... Voici les résultats d'un sondage réalisé pour l'Observatoire des usages du digital d'Orange.

C’est peu dire que le numérique chamboule les usages bancaires. Une vaste étude européenne (1) publiée mardi et menée par OpinionWay, pour le compte de l’Observatoire des usages du digital d’Orange, le confirme. cBanque revient, à travers les réponses des Français, sur les trois enseignements majeurs à retenir de cette enquête.

Le smartphone remplace le chèque et les espèces

Les usages du mobile ont envahi la vie des Français et l’univers bancaire n’y échappe pas. Ceux-ci tablent même sur une accélération de la tendance : ainsi, 57% des Français interrogés estiment que d’ici 5 ans, le paiement sans contact depuis un smartphone en magasin deviendra le moyen de paiement le plus courant, devant la carte bancaire sans contact. Et la révolution ne s’arrête pas là puisque 62% vont même jusqu'à prédire la disparition des chèques dans le même laps de temps. 21% parient même sur une disparition des espèces dans l'intervalle. Un pourcentage qui grimpe à 69% chez nos voisins espagnols.

Une relation toujours plus distante avec sa banque

Pour consulter leurs comptes bancaires, de plus en plus de Français (56%) ont pris l’habitude d’utiliser une application mobile bancaire. Parmi eux, 76% pensent que celle-ci les aide à mieux gérer leur argent. La relation physique avec sa banque disparaît progressivement : 43% des sondés n’ont même jamais rencontré leur conseiller bancaire. Pour les opérations les plus courantes, 73% utilisent un moyen de contact à distance (espace client en ligne, mail ou encore téléphone) plutôt que de venir en agence (24%).

Résultat, 51% des personnes interrogées affirment pouvoir se passer d’un conseiller bancaire. Et pour cause, 62% n’aiment pas passer du temps à échanger avec leur établissement financier et veulent le moins de relations possible. L’avenir des conseillers bancaires s’annonce d’ailleurs incertain quand on sait que la moitié des Français se disent prêts à utiliser un système d’intelligence artificielle de type conseiller virtuel pour communiquer avec leur banque.

Compte pour enfant/ado : notre comparatif des offres sans risque

Une banque en ligne démocratisée

Dans ce contexte, la banque mobile fait son trou. 21% des sondés l’ont déjà adoptée et 21% de plus pourraient succomber à ses charmes. De quoi faire évoluer le profil-type du client, qui aujourd’hui n’est pas encore vraiment encore très représentatif de la population française. En résumé, c’est un homme (63%), CSP+ (41%) et qui a une moyenne d’âge de 47 ans. Au regard des personnes qui se disent intéressées par l'ouverture d'un compte dans une banque en ligne ou mobile, ce portrait-robot pourrait bien sensiblement évoluer. Le client de demain sera peut-être plus féminin (52%), plus jeune (42 ans en moyenne) et plus populaire (à 34% CSP–, contre 27% CSP+).

(1) Etude menée du 27 septembre au 13 octobre 2018 en France (2 024 personnes), en Espagne (2 015 personnes), au Royaume-Uni (1 005 personnes), en Suède (1 007 personnes) et en Roumanie (1 003 personnes). Ces échantillons ont été constitués selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. Ces 7 054 interviews ont été réalisées par le questionnaire autoadministré en ligne sur système CAWI, sauf en Roumanie où les interviews ont été menées par téléphone sur système CATI.