Le Crédit Agricole va lancer en juin un « village de l'innovation » qui a vocation à accueillir des jeunes pousses et devenir un lieu de réflexion autour de 4 thèmes : le logement, l'environnement, la santé et l'agroalimentaire.

« C'est un lieu où l'on va rassembler l'innovation sous toutes ses formes », a expliqué mercredi le directeur général de la Fédération Nationale du Crédit Agricole, Bertrand Corbeau. Situé au 55 rue la Boétie, ancien siège de l'UMP dans le 8è arrondissement de Paris, le « village » abritera une pépinière de 100 start-ups ainsi que le « Technolab » de la banque, un démonstrateur des innovations développées dans la relation client.

L'idée est d'en faire un écosystème ouvert, qui ne sera pas réservé aux clients de la banque, ni exclusivement financé par elle : une petite dizaine d'entreprises partenaires, dont Orange, Microsoft et Ingenico, se sont engagées à participer au projet. Grâce aux partenariats, les jeunes pousses sélectionnées bénéficieront d'un loyer attractif de 600 euros du mètre carré par an, services et accompagnement compris, « moitié moins que le prix du marché », selon Crédit Agricole.

D'autres partenaires sont attendus, a ajouté la banque, expliquant qu'outre la participation financière, les partenaires s'impliquent également dans la sélection des start-ups et dans l'animation du lieu en proposant notamment conférences et formations. « On veut mobiliser les grands groupes mais également la sphère publique », précise Bertrand Corbeau, expliquant que le groupe a commencé à démarcher grandes écoles et universités.

D'autres « villages » sont attendus en région

Crédit Agricole compte également louer des bureaux au prix du marché à des entreprises matures, ayant un lien avec l'innovation où les thématiques privilégiées. Le modèle économique du « village » devrait ainsi s'équilibrer, estime la banque.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Enfin, le projet compte aussi s'appuyer sur le réseau de caisses régionales et servir de vitrine aux initiatives locales et « il a vocation à être reproduit en région », selon M. Corbeau.

Les jeunes pousses peuvent déjà postuler à la future « Pépinière La Boétie » sur le site internet du projet (www.pepinierelaboetie.com).