Les pertes cumulées des 15 principaux acteurs de la banque en ligne en France se sont creusées en 2020, malgré un nombre de clients en forte hausse, selon un rapport de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) publié lundi.

Au total, leurs pertes nettes se sont établis à 441 millions d'euros cette année-là, contre 376 millions en 2019, explique le régulateur, qui dépend de la Banque de France.

Le résultat net par client suit logiquement la tendance, passant d'un niveau médian de -45 euros en 2019 à -57 euros en 2020.

Les établissements interrogés sont les suivants : Boursorama (groupe Société Générale), BforBank (groupe Crédit Agricole), Hello Bank et Nickel (groupe BNP Paribas) , ING Direct (Groupe ING) , Monabanq (groupe Crédit Mutuel Alliance Fédérale - CIC), Orange Bank (groupe Orange), Ma French Bank (groupe La Banque Postale), Qonto, N26, Fortunéo (Groupe Crédit Mutuel Arkéa), Revolut, Manager.one, Lydia et Younited Credit.

Cinq d'entre eux se présentent cependant comme d'ores et déjà rentables.

La part de marché des 15 acteurs passés en revue progresse en revanche à grande vitesse, avec un nombre de comptes ouverts passant 8 à 16 millions entre 2018 et 2020.

« Au moins 35% des nouveaux comptes courants ouverts par la clientèle de détail en 2020 l'ont été dans l'un des établissements de notre échantillon », continue l'ACPR, notamment par des jeunes entre 18 à 29 ans.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Mais cette croissance « ne s'accompagne pas d'une amélioration de la rentabilité d'exploitation », déplore le régulateur, le produit net bancaire (équivalent du chiffre d'affaires dans ce secteur) progressant « trop peu par rapport à des frais généraux (personnel, informatique, NDLR) toujours trop élevés ».

Les primes offertes à l'ouverture de compte et les dépenses de publicité pèsent toujours beaucoup sur le coût d'acquisition de la clientèle, selon le rapport.

L'ACPR est particulièrement attentive à la rentabilité des entreprises du secteur. En mars, elle avait pointé du doigt le modèle de croissance peu voire pas rentable des nouveaux acteurs du paiement.