Dans son rapport annuel 2014, la Banque de France rappelle qu’elle est le premier imprimeur du nouveau billet de 20 euros, dont la mise en circulation est fixée au 25 novembre prochain. L'occasion de faire le point sur son activité d'émetteur d'argent liquide.

967 milliards. C’est le montant, en euros, des billets et pièces en circulation en zone euro en 2014, avec un taux de croissance annuel de 6,4% (contre 5,3% en 2013). Cette même année, la Banque de France a livré 1,2 milliards de billets en euros, selon le rapport annuel de l'institution.

La Banque de France, la seule habilitée à émettre des billets sur le territoire français, possède deux usines dédiées à la production de billets dans le Puy-de-Dôme (une papeterie et une imprimerie). Au printemps 2014, c’est sur ces sites qu’a commencé la production du nouveau billet de 20 euros, qui se poursuivra en 2015, « positionnant la Banque de France comme le premier imprimeur européen du 20 euros de l’Eurosystème ». De plus, l'institution a été sélectionnée pour participer à la production pilote du futur nouveau billet de 50 euros, dont la mise en circulation interviendra en 2016. « A cet effet, elle fabriquera un premier lot de 20 millions de billets » pour la phase d’essais techniques, indique-t-elle dans son rapport annuel.

Recyclage des billets

Par ailleurs, outre la fabrication des billets, la Banque de France est tenue d’assurer l’entretien de la monnaie fiduciaire et de « gérer la bonne qualité de sa circulation sur l’ensemble du territoire ». En 2014, 162 opérateurs privés (comme les établissements de crédit) participant au traitement et à la remise en circulation de billets sont signataires d’une convention avec la Banque de France. L’an passé, le recyclage par les agences bancaires a progressé de 9,3%, et celui effectué en complément par les transporteurs de fonds de 48,3%.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Le recyclage provient à 65,2% des équipements de traitement des billets et des machines d’authentification (en recul de 6 points par rapport à 2013), puis des automates de dépôt avec tri qualitatif (17%), des automates d’aide au guichetier (13,6%) et des automates recyclant en libre-service (4,2%).