Environ 300 salariés de la papeterie de la Banque de France à Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme) étaient en grève mardi pour dénoncer le changement de statut des futurs salariés, entraîné par la prochaine filialisation du site, a-t-on appris auprès du syndicat CGT.

A partir du 2 novembre prochain, la papeterie de Vic-le-Comte deviendra une filiale de la Banque de France, baptisée Europafi (Européenne du papier fiduciaire), dans le cadre d'un partenariat avec d'autres banques centrales de la zone euro. Cette filialisation a pour but notamment de faire de la papeterie le principal producteur de papier fiduciaire de la zone euro, selon le rapport annuel 2014 de la Banque de France.

Question de convention collective

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, avait fait le déplacement mardi pour soutenir le personnel en grève qui dénonce un « statut au rabais » pour les futurs salariés. « Le personnel déjà en place gardera son statut mais les nouveaux agents seront embauchés sous contrat de droit privé dans le cadre de la convention collective papier-carton-cellulose, une des plus régressives du droit social français », a déclaré à l'AFP la secrétaire générale de la CGT Banque de France, Fabienne Rouchy.

Jusqu'à 120 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Selon le syndicat majoritaire, « les nouveaux salariés devraient être payés 25% moins cher que les agents de la Banque pour faire le même travail ». Ils devraient également « disposer de 20 jours de congés en moins ». « La direction veut faire payer au personnel son dernier investissement : 75 millions d'euros dans une machine ultra-moderne. Elle veut des salariés low-cost pour fabriquer un produit hi-tech », a dénoncé Fabienne Rouchy, qui craint par ailleurs une « privatisation et une externalisation » du site dans les prochaines années.