La forte inflation, dont on sait désormais qu'elle sera durable, fragilise déjà le budget de nombreux ménages français. Voici 6 conseils à mettre en œuvre pour éviter les fins de mois de plus en plus difficiles. Avec un maître-mot : la proactivité.

C'est l'un des principaux enseignements du sondage exclusif réalisé avec notre partenaire YouGov : un Français sur deux s'attend à subir des découverts plus fréquents dans les mois à venir. La conséquence, évidemment, de la dégradation du pouvoir d'achat, sur fond d'inflation forte et, on le sait désormais, durable.

Si cette montée de stress financier est largement partagée par la population, ses conséquences ne seront évidemment les mêmes pour tous. Pour certains, elle risque de s'accompagner de difficultés financières croissantes, à mesure que les fins de mois se feront plus difficiles. Voici une série de conseils à mettre en œuvre d'urgence, pour éviter d'atteindre le point de non-retour.

EXCLUSIF. Inflation : un Français sur deux a peur pour son budget

Conseil n°1 : n'attendez pas le premier impayé

C'est malheureusement une constante : lorsque les ménages commencent à chercher des solutions pour améliorer leur situation budgétaire, il est généralement trop tard. Une question de culture, sans doute. « La France est un pays où l'on craint de parler d'argent », témoigne Jean-Louis Kiehl, directeur de Crésus, un réseau d'associations d'accompagnement et de prévention du surendettement. « Les personnes s'adressent à nous quand la maison brûle déjà, que toutes les portes se ferment. »

En clair, n'attendez pas de subir un premier impayé ou un premier incident de paiement pour reprendre votre budget en main, au risque d'entrer très vite dans une spirale négative. Il faut le rappeler : les dépassements de découverts autorisés coûtent très cher et risquent de dégrader encore votre solde bancaire. Ils vous exposent également à une inscription du Fichier central des chèques (FCC), et donc à une interdiction d'émettre des chèques et/ou d'utiliser votre carte bancaire. Et ne parlons pas des impayés de cotisations d'assurances, qui peuvent entraîner des résiliations, et donc une absence de couverture en cas de souci avec votre automobile ou votre logement.

Votre assureur peut mettre fin à votre contrat au bout de 40 jours d'impayés

Conseil n°2 : n'attendez pas que votre banque vous dise « stop »

Etre proactif, cela veut aussi dire ne pas attendre que votre banque vous contacte pour vous dire « stop ». Sous la pression des pouvoirs publics, les banques ont certes amélioré leurs dispositifs de détection de la fragilité financière de leurs clients. Mais ils se déclenchent souvent trop tard, alors que des premiers incidents de paiement ont déjà eu lieu.

« La banque ne peut pas tout faire, c'est aussi au citoyen de trouver la confiance d'aller voir le banquier rapidement », conseille ainsi Jean-Louis Kiehl. Si vous sentez que la situation vous échappe, contactez sans attendre votre conseiller pour signaler vos difficultés. Cela vous permettra d'enclencher un accompagnement et de bénéficier, notamment, d'un plafonnement des frais d'incidents.

Fragilité financière : les offres bancaires pour les clients fragiles

Conseil n°3 : calculez votre reste à vivre

Il n'est pas nécessaire d'attendre un rendez-vous avec son banquier, un point conseil budget ou une association d'accompagnement, pour commencer d'assainir sa situation budgétaire. Vous pouvez, en autonomie, engager la démarche, en commençant par calculer votre reste à vivre. Comment ? On vous expliquait tout dans cet article.

Comment maîtriser son budget

Pour analyser vos dépenses, récurrentes ou non, un bout de papier et un crayon suffisent. Les outils numériques peuvent aussi vous y aider. Toutes les banques disposent désormais de sites web et d'applications mobiles vous permettant d'accéder en un clin d'œil à votre historique de compte bancaire sur plusieurs mois. La plupart proposent également des outils de catégorisation budgétaires, automatiques ou non, et certaines même des soldes prédictifs, qui calculent, sur la base du passé, l'évolution de votre solde sur le mois à venir, parfois plus. Si les outils de votre banque ne vous conviennent pas, vous pouvez regarder du côté d'applications spécialisées dans l'agrégation de comptes (Bankin' ou Linxo pour les plus connus) et le coaching budgétaire (BGV, développée par Crésus et proposé, notamment, par La Banque Postale).

Conseil n°4 : faites des arbitrages sur votre consommation

Une fois le montant de votre reste à vivre connu, le plus dur reste à faire : adaptez votre consommation à vos moyens du moment. Cela passe nécessairement par des arbitrages sur l'alimentation, l'habillement ou les loisirs.

Les 11 arbitrages budgétaires privilégiés par les Français

En mars 2022, l'institut Kantar a interrogé un panel de consommateurs sur les initiatives qu'ils envisageaient de prendre face à la montée des prix. Voici les 10 réponses les plus citées, et leur évolution par rapport à décembre 2021 :

  1. Limiter le gaspillage alimentaire pour mes courses (48%, +1 point)
  2. Privilégier le fait maison (46%, +2)
  3. Essayer d'optimiser ma consommation d'énergie (44%, +4)
  4. Acheter davantage mes produits en promotions (40%, +2)
  5. Privilégier l'hypermarché le moins cher autour de chez moi (39%, +3)
  6. Réduire l'utilisation de mon véhicule (37%, +10)
  7. Dresser une liste précise avant de faire mes courses (37%, +1)
  8. Réduire mes dépenses de produits textiles (36%, +6)
  9. Réduire mes dépenses de restaurant et livraison repas à domicile (34%, +4)
  10. Partir en vacances plus près de chez moi (33%, +4)
  11. Réduire mes dépenses de loisirs (33%, +5)

Méfiez-vous de la tentation de surconsommer. C'est d'autant plus difficile que les facilités de paiement sont désormais omniprésentes, particulièrement dans le shopping en ligne : on peut tout acheter ou presque, avec un paiement différé ou en 3 ou 4 fois. Des formes de crédit très (trop ?) facilement accessibles, sans vérification systématique de votre solvabilité, sans consultation du FICP, qui comportent donc des risques de dérapage. « Nous voyons apparaître des ménages qui ont 5 BNPL [pour Buy Now, Pay Later, achetez maintenant et payez plus tard, NLDR] en cours, n'arrivent plus à rembourser et s'exposent à des frais d'impayés importants », alerte Jean-Louis Kiehl, de Crésus.

Découvert, crédit conso, surendettement... « Une crise assez dure se profile pour les Français »

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Conseil n°5 : anticipez les impayés de charges fixes

L'autre levier pour éviter les fins de mois dans le rouge, c'est de faire baisser le poids des charges fixes dans votre budget.

Si vous remboursez un crédit immobilier ou un prêt personnel et que vous avez de plus en plus de mal à assumer vos mensualités de remboursement, ne tardez pas à contacter l'organisme qui vous a prêté l'argent pour examiner les possibilités de moduler, voire de reporter vos échéances mensuelles. Cela peut vous éviter les impayés, et donc le risque de vous retrouver inscrit au FICP, le registre des « fichés » à la Banque de France.

Crédit immobilier : puis-je zapper un mois de remboursement ?

Même logique pour les factures d'énergie, de télécom ou d'assurances : il est toujours préférable de tenter de dialoguer avec votre créancier en amont des difficultés.

Conseil n°6 : essayez de faire baisser vos factures

Dernier levier : vous pouvez activement chercher des solutions pour baisser le montant de vos factures. En jouant la carte de la sobriété d'abord, mais également celle de la concurrence. Côté gaz et électricité, le contexte actuel, très perturbé par la guerre en Ukraine, ne se prête pas au changement d'opérateur. La prudence commande plutôt d'en rester aux tarifs réglementés de vente, ceux proposés par EDF et Engie et protégés par le bouclier tarifaire instauré par le gouvernement pour contenir l'envolée des factures.

Les perspectives d'économies existent en revanche dans les télécoms (mobile, fibre) et la banque au quotidien, des secteurs qui restent très concurrentiels, mais aussi et surtout dans les assurances auto et habitation. « Nous rencontrons des publics qui sont assurés cinq fois pour la même chose, mais ne parviennent plus à mettre des aliments dans leur frigo », explique Jean-Louis Kiehl. L'exercice est fastidieux et complexe, mais la recherche des doublons peut vous permettre de faire de grosses économies.

Le classement des banques les moins chères