Un quart des Français sont prêts à ne plus assurer leur véhicule ou leur logement pour faire des économies. On vous explique comment éviter d'en arriver là.

Dans quel poste couper quand les fins de mois deviennent difficiles ? Cette question, de nombreux Français se la posent actuellement, à mesure que l'inflation vient grignoter le budget des ménages les plus fragiles. L'alimentation ? L'habillement ? La santé ? Les loisirs ? Si l'on en croit un récent sondage (1), plus d'un quart des personnes interrogées seraient prêtes à ne plus assurer leur voiture ou leur logement pour faire des économies. « Nous observons une accélération du rejet des assurances », confirme Jean-Louis Kiehl, président de la fédération Crésus, qui accompagne les ménages en difficultés financières. « Les personnes privilégient le paiement des loyers, le remboursement des crédits et arrêtent le paiement des assurances. »

Disons-le tout net : c'est une très mauvaise idée. Certes, à court terme, cette option a l'avantage de ne pas affecter votre train de vie. Il faut pourtant le rappeler : assurer son automobile et son domicile (si vous êtes locataires ou en copropriété) sont des obligations. Rouler sans assurance, en particulier, est un délit, passible de 3 750 euros d'amende et de 10 ans d'emprisonnement. Et pour cause : les assurances auto ne couvrent pas seulement les dommages que vous pourriez subir, mais aussi ceux que vous pourriez causer à autrui avec votre véhicule. C'est ce que l'on appelle la responsabilité civile. Sans elle, l'intégralité de la facture sera à votre charge, et son coût peut être prodigieusement élevé.

Un compte à rebours de 40 jours

Que se passe-t-il concrètement si vous cessez de régler votre prime d'assurance ? Si, comme l'immense majorité des Français, vous avez mensualisé son paiement, vous avez en général un droit à l'erreur. Lors d'un premier impayé, la plupart des compagnies reportent automatiquement la mensualité sur le mois suivant. C'est le cas, par exemple, de la MAIF, qui a accepté de répondre à nos questions.

Attention toutefois : si votre situation budgétaire n'est pas rétablie le mois suivant, un second incident de paiement enclenche un processus, encadré par le Code des assurances, qui risque de vous amener, 40 jours plus tard, à ne plus être couvert. Il débute avec l'envoi d'une lettre de mise en demeure, au plus tard 10 jours après l'impayé. Une fois ce courrier recommandé reçu, vous avez 30 jours pour régler votre prime. Passé ce délai, l'assureur lance un nouveau décompte de 10 jours, au cours duquel vos garanties sont suspendues. Passé ces 10 jours, il peut résilier purement et simplement votre contrat.

Pour décaler le lancement de ce compte à rebours, certains assureurs retardent la mise en demeure. C'est le cas de la MAIF, qui envoie un courrier de pré-mise en demeure au moment du second impayé, facturé 7,10 euros.

Assurance auto : économisez jusqu'à 340 € grâce à notre comparateur en ligne

Revoir votre couverture assurantielle

Pour éviter d'en arriver là, il n'y a pas 36 solutions : il faut communiquer avec votre assureur. La suspension des garanties, en effet, peut souvent être évitée en négociant un accord de paiement. Celui-ci commence en général par un règlement partiel des primes impayées, puis par un échelonnement des sommes restant dues.

Echanger avec votre conseiller peut également vous permettre de faire un point sur vos garanties. Vérifier, notamment, que les garanties dont vous bénéficiez restent cohérentes avec la réalité de vos besoins, selon la composition de votre foyer ou l'état de vos biens...

Plus généralement, si le poids des primes d'assurance dans votre budget est trop important, il est conseillé de faire un point global sur votre couverture assurantielle. Un travail fastidieux, mais qui peut être source de grosses économies. Rechercher, par exemple, d'éventuels doublons : « Nous recevons des personnes assurées cinq fois pour la même chose et qui, dans le même temps, ne parviennent plus à mettre des aliments dans le frigo », déplore Jean-Louis Kiehl. Ou encore faire le tour du marché, pour vérifier que vous ne pourriez pas trouver moins cher ailleurs.

Comparez les offres en assurance auto

(1) Sondage Leocare / Poll & Roll, menée auprès d'un échantillon de 1 000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 à 65 ans, du 13 au 20 septembre 2022.