Quand vous donnez de l'argent à une association d'intérêt général ou d'aide aux plus démunis, une large partie finance directement leur mission... et une part finance logiquement les frais de collecte et de fonctionnement. Combien ? Le magazine 60 millions livre des chiffres pour 20 grandes associations.

C'est mathématique : 100% de l'argent que vous donnez à une association ne peut pas servir la mission de cet organisme. Car toute association a des frais de fonctionnement, et engage parfois des dépenses pour attirer les dons. Rassurez-vous : « Concrètement, la majeure partie du don va à la mission de l'association, ses actions pour la cause qu'elle soutient », insiste le magazine 60 millions de consommateurs, qui publie une enquête sur l'utilisation des dons par les grandes associations (Restos du cœur, AFM-Téléthon, Fondation Abbé Pierre, Secours populaire, etc.).

Pour chacune des 20 grandes associations, le magazine détaille le montant collecté auprès du grand public en 2020, la part versée directement à la mission, la part servant aux frais de collecte et celle dirigée vers les frais de fonctionnement. Prenons l'exemple de l'AFM-Téléthon, qui réalise souvent (mais pas en 2020) les plus grosses collectes de l'univers caritatif en France : 84 millions d'euros collectés, dont 76,6% finançant la mission, 13,3% dédiés aux frais de collecte et 10,1% aux frais de fonctionnement.

Les chiffres affichés par l'AFM-Téléthon sont plutôt « dans la moyenne » des grandes associations. Celles qui grillent le moins d'argent en frais et peuvent ainsi dédier 90% - voire légèrement plus - des dons à la mission première sont Action contre la faim, Médecins sans frontières et SOS Villages d'enfants.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

A l'opposé, Greenpeace (58,5% versés à la misson) et la Ligue contre le cancer (57,7%) sont à en croire cette enquête les deux associations où les frais rognent le plus fortement les dons, suivies de près par le Secours populaire (61,1%) ou le Secours catholique-Caritas (66%). Comment l'expliquer ? Greenpeace dépense beaucoup (24% des 27 millions d'euros de collecte) en frais de collecte, autrement dit en « dépenses engagées pour solliciter la générosité du public, le marketing, les reçus fiscaux, le traitement des dons et legs », comme l'explique le magazine. L'association se justifie dans la publication en rappelant que d'autres organisations touchent des subventions de l'Etat et d'entreprises, alors que Greenpeace n'en accepte pas.

Quant à la Ligue nationale contre le cancer, qui affiche des frais de fonctionnement (ressources humaines, administration, coûts de gouvernance, etc.) de 16,9%, un porte-parole de la LNC explique dans le magazine que ces frais comprennent notamment « les frais liés au siège de la fédération et aux 103 comités départementaux », ainsi que les frais de gestion « des près de 14 000 bénévoles » et ceux des « 104 commissaires aux comptes ».

Réduction d'impôt : quels dons donnent droit à 75% ?