La Banque de France a rendu public mardi ses préconisations sur l'accès au paiement des personnes en situation de handicap, dont la mise à disposition de distributeurs de billets à hauteur des personnes en fauteuil ou le maintien de claviers sur les terminaux de paiement.

« L'accessibilité des personnes en situation de handicap à des services de paiement de qualité constitue un enjeu important de la politique d'inclusion sociale », estime le Comité national des moyens de paiement (CNMP), présidé par la Banque de France.

L'enjeu de ces préconisations est notamment de veiller à ce que les innovations technologiques en matière de paiement soient bien adaptées aux personnes en situation de handicap.

Ce n'est par exemple pas le cas des cartes à cryptogramme dynamique (dont la série de 3 chiffres au verso change régulièrement de manière aléatoire), difficiles à utiliser en cas de déficience visuelle, ou, pour le même public, les terminaux de paiement tactiles et les claviers virtuels qui n'offrent pas de repères au toucher.

Le CNMP insiste également sur la mise à disposition de distributeurs automatiques de billets (DAB) et de terminaux de paiements à bonne hauteur pour les personnes en fauteuil roulant.

Le milieu bancaire, par l'intermédiaire d'un représentant de la fédération professionnelle, la FBF, est signataire de la charte.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

La banque centrale a par ailleurs entériné la fusion de deux entités : le Comité national des paiements scripturaux (CNPS) et le Comité de pilotage de la filière fiduciaire (CP2F). Leurs prérogatives seront désormais portées par CNMP, nouvellement créé.

Ces travaux sur l'accessibilité ont été portés par le CNPS avec des représentants de la Fondation Valentin Haüy et de l'association France Handicap.