Près de 7 mois après l’annonce initiale du projet, Soon, le nouveau service bancaire développé par Axa Banque, a été officiellement lancé mardi soir, avec la mise en ligne du nouveau site internet et de l’application pour smartphone. L’occasion d’en découvrir un peu plus sur ce nouveau compte entièrement pensé pour le mobile, qui a l’ambition de révolutionner la relation entre banque et client.

De Soon, on savait déjà pas mal de choses. Depuis que les grandes lignes du projet ont été dévoilées, en mai dernier, les développeurs du nouveau service bancaire mobile d’Axa Banque ont joué la carte de la transparence, en affichant sur le site internet de la marque, soon.fr, l’état d’avancement de leurs travaux. Leur promesse tenait en un mot : rupture. Dès le début, Axa Banque a affiché sa volonté de rompre avec les modèles bancaires traditionnels, y compris ceux à distance, en proposant une expérience centrée exclusivement sur le smartphone, de l’ouverture du compte à son usage au quotidien, et sur une série de services inédits en France.

Lire aussi : Axa Banque : lancement imminent pour Soon, le compte bancaire 100% mobile

Maintenant que Soon a été officiellement lancé, mardi dernier, par Nicolas Moreau, le PDG d’Axa France, que son site internet et son application pour smartphones sont disponibles, peut-on dire que la promesse a été tenue ? Pour répondre à cette question, nous avons fait un premier tour du propriétaire.

Accessible sans conditions de revenus

Première rupture : si l’expérience Soon vous tente, il faudra faire preuve de patience. A contre-courant des usages habituels de l’industrie bancaire, qui n’hésite généralement pas à mettre les moyens pour faire connaître ses nouveaux produits, Axa Banque a choisi de n’ouvrir son service qu’à une poignée d’invités. Pour bénéficier du sésame, il faut s’inscrire sur le site internet de la marque, intégrer la file et attendre son tour, selon le principe du « premier inscrit, premier servi », sans qu’on sache aujourd’hui quelle sera la durée de l’attente.

Cette formule, courante dans le monde du web, a l’avantage de permettre une montée en régime progressive, Axa Banque conservant ainsi une marge de manœuvre pour corriger d’éventuels dysfonctionnements. Elle permet aussi de compter sur le bouche-à-oreille et la viralité des réseaux sociaux pour faire connaître le produit, évitant ainsi de coûteux investissements publicitaires. En attendant, les curieux peuvent déjà tester (en mode démo) le service en téléchargeant l’application mobile, disponible sur iPhone (1) et Android. Les possesseurs d’un Windows Phone devront attendre : le portage de l’application sur cet OS n’est encore qu’à l’étude.

Quelles conditions, enfin, faut-il remplir pour pouvoir ouvrir un compte ? Classiquement, Soon est réservé aux particuliers, majeurs, résidant fiscalement en France. Autre impératif, qu’on retrouve généralement dans les banques à distance : ne pas avoir « fait l’objet d’une interdiction bancaire ou judiciaire d’émettre des chèques », précisent les conditions de souscription du service. Soon introduit par contre une rupture par rapport aux pratiques des banque en ligne classiques en n’exigeant ni revenu minimum, ni versements réguliers pour accéder au service : la seule condition pour en valider l’ouverture est d’effectuer un premier versement de 40 euros minimum.

Tarifs : la bonne surprise

C’était la principale interrogation, Axa Banque n’ayant pas encore communiqué sur la question : combien faudrait-il débourser pour accéder aux services innovants promis ? Au final, la grille tarifaire est une bonne surprise : conformément aux pratiques majoritaires dans les banques en ligne, les moyens de paiement (une carte Visa Classic compatible NFC et, sur demande, un chéquier) sont offerts, ainsi que les opérations courantes (retraits aux distributeurs en zone euro, virements et prélèvements s’ils sont passés via l’appli, etc.). Seule exception : l’assurance perte et vol des moyens de paiement, qui est facturée 24 euros par an.

Comme les autres comptes courants en ligne, Soon ne facture pas non plus les commissions d’intervention, dans le cas d’un incident de fonctionnement du compte. Mais il ne propose pas non plus de découvert autorisé : au 1er euro dans le rouge, des agios seront facturés, au taux nominal annuel de 9%. Enfin, pour les opérations plus exceptionnelles, c’est la tarification habituelle d’Axa Banque qui s’applique : il faudra par exemple compter sur une commission de 2,50% pour les paiements en devises, 7 euros pour une réédition de code confidentiel de carte ou 7,30 euros pour un envoi de chéquier en recommandé.

Crédit immobilier : découvrez les taux les plus bas pour votre projet

Des services innovants

Comme promis, le design et l’ergonomie de Soon tranchent avec la concurrence. Exit le traditionnel solde : Soon le remplace par un « reste à dépenser » qui prend en compte non seulement les opérations passées, mais aussi anticipe certaines opérations à venir, si elles sont récurrentes. Reste à tester à l’usage la pertinence de l’outil. Le classique relevé d’opérations disparaît aussi, au profit d’une « timeline » plus ergonomique et qui autorise l’ajout de photos et de données de géo-localisation. Soon propose également par défaut la récupération automatique des factures correspondant aux opérations. Il permet enfin de coupler son compte courant avec un compte PayPal, pour effectuer des petits paiements entre particuliers.

Autre démarche originale pour un compte bancaire : la mise en place d’un service « meilleur prix ». Pour chaque bien acheté à l’aide de la carte bancaire Soon, Axa Banque s’engage à rembourser la différence de prix si un client trouve moins cher chez un autre marchand, à condition qu’il présente les mêmes conditions de garanties et de services. Là encore, il faudra juger sur pièces.

Un catalogue limité

Si la promesse faite par Soon semble globalement tenue, le service a aussi ses limites. Riche en nouveaux services, il l’est ainsi beaucoup moins en produits, notamment d’épargne. Le service d’Axa Banque propose bien un système d’épargne automatique par projet, qui permet de mettre automatiquement de l’argent de côté pour atteindre à une date donnée la somme nécessaire à un achat planifié : un voyage par exemple. Pas question, toutefois, de choisir le support sur lequel cette épargne va être virée : ce sera obligatoirement un livret Axa Banque, ouvert d’office au moment de la souscription et qui ne brille pas par son rendement : 1% brut si le solde est inférieur ou égal à 15.300 euros, 1,20% s’il dépasse ce montant. A choisir, on aurait préféré un Livret A. Mais il est absent du catalogue, comme les autres produits d’épargne réglementée ou l’assurance-vie.

C’est sans doute là que réside le principal frein à l’adoption de Soon : il est de fait très difficile d’en faire sa banque principale, y compris pour les jeunes adultes technophiles, cible principale du produit. On peut toutefois supposer qu’Axa Banque saura, dans l’avenir, proposer aux nouveaux clients conquis grâce à Soon les produits qui leur manquent.

(1) A l’heure où nous écrivons ces lignes, l’application iPhone est encore en cours de validation par les services d’Apple, et donc indisponible.