Pourquoi les prix de l'électricité ne cessent d'augmenter ? Les consommateurs devront-ils payer la facture de l'installation des compteurs Linky ? La réforme d'EDF va-t-elle se concrétiser ? Le président de la Commission de régulation de l'énergie, Jean-François Carenco, a fait le point sur tous les sujets épineux du moment dans « Les Echos ».

« Les prix de l'électricité ne cessent d'augmenter. Pourquoi ? » A cette question, posée par Les Echos, le président de l'instance de régulation de l'énergie en France renvoie, dans cet entretien publié ce jeudi 17 juin, à deux explications. La première : la transition énergétique, qui provoque notamment une « hausse des coûts de transport et de distribution de l'électricité », développe Jean-François Carenco dans Les Echos. La deuxième est l'investissement dans les sources d'énergie : « Jusque dans les années 1990, on a investi dans nos centrales nucléaires (...) désormais, on doit réinvestir dans le nucléaire comme dans les énergies renouvelables. » Le président de la CRE appuie toutefois sur le fait que les tarifs réglementés « sont équivalents à ceux de 1998 », tout en prenant soin de préciser « hors taxes ».

Il juge par ailleurs que la concurrence n'a pas pour objectif de faire baisser les prix : « Ce n'est en tout cas pas l'objectif de la CRE. » L'objectif de la concurrence, sur le marché de l'électricité, est de son point de vue en premier lieu d'offrir une « liberté de choix aux consommateurs ».

Qui paiera la facture de Linky ?

Le quotidien économique amène aussi la question épineuse de la facture du déploiement du compteur Linky. Début juin, Le Parisien a mis le feu aux poudres en affirmant - sur la base de chiffrages globaux de la Cour des comptes - que la mise en place coûte « 130 euros par boîtier, fabrication et pose comprises, auxquels il faut rajouter des frais annexes ». Et Le Parisien affirme qu'Enedis doit récupérer une partie de la facture de ce déploiement dès 2022 et ce jusqu'en 2030. Faux, selon Enedis : « Linky n'aura aucun impact sur leur facture, ils (les clients ndlr) n'auront aucun euro supplémentaire à payer à cause de Linky », a répondu Marianne Laigneau, la patronne d'Enedis, sur BFM Business. La facture sera selon elle payée grâce aux « économies » (pilotage du réseau, baisse des fraudes, etc.) réalisées grâce à Linky.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

La Commission de régulation de l'énergie avait elle-même répondu dès le 1er juin par voie de communiqué en affirmant que « le chiffre évaluant l’impact de Linky à 15 euros par an sur la facture du consommateur et qui a pu être repris dans la presse est infondé », et en rappelant là encore les économies réalisées grâce au compteur. Interrogé à nouveau par Les Echos à ce sujet, le président de la CRE Jean-François Carenco reprend les mêmes éléments que dans le communiqué diffusé début juin : « C'est un investissement, donc ce n'est pas gratuit, mais cela rapporte aux consommateurs à long terme. La CRE a vérifié que les économies de charges d'Enedis compenseront bien le coût de l'investissement Linky. Les consommateurs ne paieront donc pas un coût supplémentaire sur leur facture à cause du compteur Linky. »

Dernier point épineux soulevé concernant les usagers abordé lors de cet entretien : la réforme d'EDF. Une réforme que Jean-François Carenco juge « indispensable » et qu'il espère voir aboutir « avant l'élection présidentielle » de 2022.

Lire aussi : Electricité, tarif bleu d'EDF et concurrence : pourquoi la CLCV veut tout changer