Le « programme boon » va fermer ses comptes le 3 octobre 2020, comme l’a annoncé le service de paiement hier. Pourquoi ? « En raison de la situation actuelle ».

C-Zam de Carrefour, Morning de Leclerc, Ferratum, Ipagoo, Sharepay, Ditto, l’offre bancaire de la Macif… La liste des néobanques et autres services bancaires emportés par la crise économique du coronavirus s’allonge encore, avec l’annonce de la fermeture de Boon.

Ce dernier est un compte de paiement relativement discret sur le marché, mais dont l’originalité est apparue au moment du lancement d’Apple Pay, en 2016. Pour cet évènement tant attendu, à l’époque, les partenaires bancaires permettant le paiement via Apple Pay s’appelaient Caisse d’Epargne, Banque Populaire, Carrefour, Orange, Ticket Restaurant et… Boon ! La principale promesse de l’appli Boon était d’ailleurs le paiement sans contact, la compatibilité avec Apple Pay, Google Pay, Fitbit Bay ou Garmin Pay, la carte numérique, le paiement entre amis…

Ce service prend donc fin le 3 octobre 2020. Passée cette date, si vous n’avez pas vidé votre compte, Boon prévient dans son message de « au revoir » que des frais mensuels de 2,50 euros seront prélevés. L’appli conseille à ses utilisateurs de vider leur compte en réalisant des achats, plutôt qu’en demandant le remboursement du solde : « Notre équipe de service a déjà du mal à faire face au nombre élevé de demandes. Nous comptons donc sur votre propre initiative pour que vous n’ayez pas à attendre votre argent et que nos collègues puissent se concentrer sur les clients pour lesquels cela ne fonctionne pas bien. »

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Si vous souhaitez récupérer votre solde sans le dépenser, en réclamant le versement sur votre compte bancaire principal, sachez tout de même que vous en avez évidemment le droit, mais Boon prévient ainsi qu’il faut anticiper un délai éventuel. La fonction de rechargement automatique du compte a d’ores et déjà été désactivée par Boon.

Lire aussi : N26, Nickel, AXA Banque… Des offres bancaires menacées ?