En ce début d’année 2013, les banques proposent toujours des taux de crédit immobilier en baisse. L’Agence nationale pour l’information sur le logement (ANIL) a ainsi relevé des taux fixes allant de 2,75% à 3,35% sur 15 ans, selon les établissements.

L’Agence nationale pour l’information sur le logement (ANIL) a publié ce matin son indicateur trimestriel des taux. En février 2013, les taux transmis par les huit banques et établissements de crédits du panel de l’ANIL (1) sont tous à la baisse par rapport à novembre 2012.

LCL est la banque qui enregistre, pour ce premier trimestre de l’année, la plus forte baisse de taux : sur 15 ans, la filiale du Crédit Agricole propose au plus bas un taux fixe à 3,10% contre 3,75% en novembre 2012, soit une chute de 65 points de base. Il s'agit toutefois d'un rattrapage : LCL était nettement au-dessus des taux du marché il y a trois mois, et son taux actuel se situe dans la moyenne.

Au 15 février 2013, la Banque Postale est l’établissement bancaire qui propose le taux d’emprunt fixe le plus bas, à 2,75% après une baisse de 40 points de base ces trois derniers mois. Cetelem la talonne avec un taux fixe proposé à 3,08% dans sa fourchette la plus basse et cela malgré une augmentation de 6 points de base.

Le Crédit Foncier, la Caisse d’Épargne et le Crédit Mutuel sont dans la moyenne avec un taux fixe à 3,20% sur 15 ans pour les taux les plus bas ; le Crédit Agricole fait légèrement mieux avec un taux à 3,10%, alors que BNP Paribas affiche le taux le plus fort à 3,35%.

Économisez jusqu'à 70% sur votre assurance emprunteur

Une demande de crédits toujours en baisse

Malgré ces taux de crédits immobiliers toujours plus bas, la demande de prêts immobiliers des ménages français baisse inexorablement. En effet, selon les derniers chiffres publiés par la Banque de France, 42,9% des établissements bancaires ont constaté que la demande de crédit à l’habitat avait « diminué quelque peu » ou « sensiblement » en janvier 2013.

Pour l’ANIL, le durcissement des critères d’octroi des banques n’explique pas cette baisse. « L’explication tient aux inquiétudes sur l’activité économique pour certains, aux anticipations de baisse de prix ou aux craintes des acheteurs-vendeurs sur les délais de revente pour les autres » estime l’agence nationale pour l’information sur le logement.

(1) Les établissements retenus par l’ANIL sont le Crédit Foncier, la Caisse d’Épargne, la Banque Postale, le Crédit Mutuel, le Crédit Agricole S.A., BNP Paribas, LCL et Cetelem.