La banque en ligne Fortuneo, propriété du Crédit Mutuel Arkéa, a atteint fin 2014 les 310.000 clients, en France et Belgique. L’encours des dépôts sur ses comptes a dépassé les 10 milliards d’euros à cette date.

Dans un communiqué, Fortuneo explique qu’elle est en avance sur son tableau de marche. Selon son plan stratégique « Horizons 2015 », ce chiffre de 310.000 clients, qui correspond à un quasi-doublement de sa clientèle en quatre ans (160.000 clients fin 2010), devait être atteint fin 2015. Sur le marché de la banque 100% en ligne, la filiale d’Arkéa reste toutefois un peu en retrait, derrière ING Direct, qui approche du million de clients, et Boursorama Banque, qui en revendique 600.000.

Selon Pascal Donnais, le directeur général de Fortuneo interrogé par l'AFP, Fortuneo est rentable depuis sa création en 2000, à l'exception d'une année au plus fort de la crise financière. Il indique également « qu'un tiers [des clients] ont domicilié leurs revenus chez nous », sans plus de précisions sur le nombre de comptes ouverts dans les livres de l'enseigne, spécialisée à l'origine dans le courtage en ligne.

40 ans d'âge moyen

Qui sont les clients de Fortuneo ? Majoritairement des hommes (65% de la clientèle) d’âge moyen : 40 ans en moyenne. La banque note toutefois que le pourcentage de femmes progresse fortement, de 15% en 2009 à 35% actuellement. L’encours moyen par client atteint 32.000 euros. C’est la performance de ses produits de placement qui pointe à la première place des critères de choix, devant le prix des produits et services. La banque affirme d’ailleurs que 60% de ces clients n’ont payé aucun frais en 2014.

Crédit immobilier : découvrez les taux les plus bas pour votre projet

Selon Pascal Donnais, la prochaine étape sera le lancement de nouveaux produits bancaires, comme le crédit immobilier ou le crédit à la consommation, ainsi que de nouveaux services liés aux « nouveaux moyens de paiement ou [aux] nouvelles formes d’échanges entre particuliers ». « Dans les années à venir, la banque en ligne devrait connaître une croissance en moyenne de 15 à 20 % par an », espère-t-il.