Un enfant et sa mère faisant les comptes

Donner de l'argent de poche à ses enfants est un moyen de les aider à apprendre à gérer de l'argent. Mais quelle somme faut-il leur donner, à quelle fréquence, et à partir de quel âge ? Voici des statistiques et des arguments pour vous aider à définir votre pratique.

A quel âge commencer à donner de l'argent de poche ?

Les statistiques les plus récentes de l'Insee remontent à 2001. A l'époque, les chiffres montraient qu'à 10 ans, un enfant sur deux touchait de l'argent de poche. Et qu'à 12 ans cette proportion grimpait même à deux sur trois. C'est donc l'entrée dans l'adolescence qui marque l'âge où une large majorité d'enfants reçoivent de l'argent de poche.

Et aujourd'hui ? Les pratiques ont peu évolué. Mais plusieurs sondages récents livrent des informations complémentaires. Ainsi l'âge moyen du tout premier argent de poche serait légèrement après 7 ans (source OpinionWay pour Money Walkie), et parmi les ados de 10-18 ans, seul 1 sur 2 reçoit régulièrement de l'argent de poche.

Quand les Français commencent-ils à donner de l'argent de poche à leurs enfants ?

Combien donner à vos enfants ?

Il n'existe aucune règle écrite à propos de l'argent de poche. Le montant (et la régularité) de l'argent donné aux enfants reste une affaire propre à chaque famille. A chaque parent ou représentant légal de juger ce qui est mieux pour l'éducation financière de son ou ses enfants.

De plus, rares sont les études réellement exhaustives à ce sujet. Si les Français semblent donner de l'argent de poche dès 6 ou 8 ans selon plusieurs enquêtes, le fait de donner très régulièrement intervient plus tard, vers 10 ans, selon ces mêmes études. Qui notent aussi que le montant octroyé est évidemment différent selon l'âge.

Voici un ordre d'idées des sommes données aux enfants, selon le baromètre « Les adolescents et l'argent » réalisé par le Teenage Lab de Pixpay et publié en septembre en 2022 :

  • 23 euros par mois pour les 10-12 ans ;
  • 26 euros par mois pour les 13-14 ans ;
  • 31 euros par mois pour les 14-16 ans ;
  • 41 euros par mois pour les 16-18 ans ;
  • 45 euros par mois pour les 18 ans et plus ;
  • 33 euros par mois, en moyenne, pour les ados de 10 à 18 ans.

Si les pères donnent souvent quelques euros de plus selon la même étude, on note aussi des disparités régionales : les jeunes corses touchent ainsi 50 euros en moyenne quand les jeunes Bretons et Normands perçoivent, eux, 28 euros.

Faut-il donner chaque mois ou chaque semaine ?

Tout dépend de l'âge et du choix des parents. Quand les enfants sont plus jeunes, avant 10 ans, donner très peu mais chaque semaine peut les aider à comprendre la valeur de 1 ou 2 euros (comprendre, donc, ce que l'on peut s'acheter avec une petite somme). Cette méthode peut ainsi les aider à apprendre à économiser, afin d'acheter un bien d'une valeur plus importante au bout de x semaines.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Faut-il donner de l'argent en l'échange de « missions » ?

Reste à savoir s'il faut donner de l'argent de poche en l'échange de services rendus. Là encore, les principes éducatifs sont l'affaire de chaque famille. Les deux méthodes peuvent coexister. L'apprentissage de l'argent de poche peut commencer dès l'école élémentaire, comme le montre l'étude d'opinion évoquée ci-dessus. En revanche, l'argent de poche récompensant la réalisation de tâches ménagères, petits bricolages ou autres missions domestiques convient probablement plus aux collégiens.

Il est préférable que l'enfant garde à l'esprit qu'aider ses parents dans la réalisation de certaines tâches ménagères est une simple participation à la vie familiale, et non une mission rémunérée. Selon une étude effectuée en 2021 par PixPay sur son panel de clients, la première « mission » synonyme d'argent de poche pour les ados est le fait d'avoir de bonnes notes au collège, devant du bricolage, la participation à la cuisine ou au ménage. La version 2022 de la même étude souligne que les adolescents peuvent aussi garder leurs frères et sœurs contre la somme de 15 euros ou faire le ménage contre 10 euros.

Sur quel support déposer son argent de poche ?

Les classiques tirelire et porte-monnaie

Tant que l'enfant est jeune, difficile de passer outre la petite monnaie, pièces et billets. A 7 ou 9 ans par exemple, la tirelire ou le porte-monnaie où l'on dépose les pièces et billets reçus permet d'apprendre à calculer les économies.

Le porte-monnaie sans contact (sous forme de baleine, de panda, d'ours, etc.), comme Money Walkie, imaginé la start-up du même nom, ou Jaab, proposé par La Banque Postale, peut permettre de faire la transition de l'argent liquide à l'argent virtuel.

Le livret, pour économiser

Plus tard, notamment à l'approche du collège, un enfant peut plus aisément comprendre le concept d'argent accumulé sur un support « virtuel », autrement dit en économisant lui-même sur un livret. Un Livret A, un livret Jeune, un livret enfant ou autre support accessible aux moins de 18 ans peut faire office de placement d'argent de poche, à condition qu'il soit présenté comme tel à l'enfant. Il faut alors expliquer que la somme existe, sur ce livret, et que l'enfant peut la retirer en accord avec vous.

Le « compte enfant », plutôt pour les ados

L'étape suivante est celle du compte bancaire pour enfant ou ado. La plupart de ces produits (comme les offres de Pixpay ou Kard) sont accessibles à partir de 10, 12 ou 13 ans. Ils comprennent une carte de retrait et/ou de paiement.

Notre comparatif des comptes enfant

Quel produit d'épargne pour un enfant ?

Il n'est évidemment pas question de « jouer » avec l'argent de vos enfants, ce qui ne vous empêche en revanche pas de prendre une dose de risque modérée et raisonnable. Le code civil décrit ainsi la mission de l'administrateur légal de l'épargne d'un enfant mineur : il « est tenu d'apporter dans la gestion des biens du mineur des soins prudents, diligents et avisés, dans le seul intérêt du mineur. » Donc pas de prise de risque inconsidérée, mais il s'agit d'épargne à long terme : un Livret A est ainsi une base logique mais qu'il est conseillé de compléter par un autre produit plus rentable à moyen ou long terme.

Livret A, PEL, assurance vie... Quel placement ouvrir pour un bébé ?

Il existe par exemple toute une gamme de contrats d'assurance vie dédiés aux enfants, ou de livrets « kids », le plus souvent pour les moins de 12 ans, avant que ces derniers ne puissent ouvrir un Livret jeune.

Le Livret jeune, plafonné à 1 600 euros et qui profite d'une rémunération supérieure ou égale au Livret A, est réservé aux ados de plus de 12 ans. A l'image du Livret A, les intérêts du Livret jeune sont totalement défiscalisés. Le Livret jeune est un placement idéal pour aider les jeunes à se familiariser avec « l'épargne projet », c'est-à-dire en vue de l'achat de biens de valeur plus conséquente.

Argent de poche : des vertus pédagogiques pour les enfants

« X euros par mois ou par semaine ». En instaurant ce type de règle, quel que soit l'âge, l'enfant va apprendre à anticiper et à économiser. Les premières semaines, il risque de vouloir dépenser tout, tout de suite, mais dans ce cas il se rendra compte qu'il est limité par le montant disponible dans son porte-monnaie. L'important est alors, pour le parent, d'expliquer à son enfant qu'il doit économiser pour pouvoir acheter ce qu'il convoite.

Aux parents aussi de décider des règles d'utilisation de cet argent de poche. Par exemple, si vous décidez que vos enfants ne peuvent pas utiliser cet argent pour acheter des bonbons, cette règle doit être claire avant de donner l'argent de poche.

© MoneyVox 2021-2022 / Benoît Léty / Page mise à jour le / Droits réservés