Adieu la banque à la papa ! En 2021, le progrès technologique mais aussi les évolutions réglementaires vont vous permettre d’expérimenter de nouvelles manières plus pratiques, plus sûres et plus ludiques, de payer et d’épargner. En voici 3 exemples.

1 - Le virement instantané pour payer en ligne

2020 a été l’année du déploiement du virement instantané. Ce nouveau moyen de paiement européen, qui permet d’envoyer de l’argent vers un autre compte en moins de 10 secondes, à toute heure et tous les jours de l’année, est désormais disponible presque partout. Lorsqu’il est d’un montant inférieur à 300 euros, le virement instantané est même généralement gratuit. Résultat : il concurrence le chèque et les espèces pour les paiements de personne à personne, qu’il s’agisse de rembourser un collègue ou un ami, de donner de l’argent à ses enfants ou de régler un achat de seconde main.

Toutefois, les usages potentiels du virement instantané vont bien au-delà. En 2021, le virement instantané va s’insinuer un peu plus dans notre quotidien, en devenant une vraie alternative à la carte bancaire pour payer sur internet. Floa (ex Banque Casino), qui compte parmi ses clients Cdiscount, SFR ou encore Selectour, a déjà commencé à déployer son offre de virement dit « open banking », en partenariat avec Bridge, une technologie développée par le spécialiste de la gestion budgétaire Bankin’. Cette nouvelle offre de Floa vous permet d’autoriser le commerçant à initier, directement auprès de votre banque, un virement instantané à son propre bénéfice, en règlement de votre achat. Avantage pour vous : vous pouvez régler des achats de montant important sans craindre d’atteindre le plafond de paiement de votre carte bancaire, le tout avec la promesse d’un haut niveau de sécurité.

Payer en magasin par virement… pas avant 2022

Cette année a vu l’émergence d’un nouveau projet basé sur le virement instantané. Porté par une vingtaine de banques et soutenu la Commission européenne, l’EPI (pour European Payment Initiative) vise à utiliser l’infrastructure technique du virement instantané pour proposer une alternative européenne aux réseaux de paiement états-uniens Visa et Mastercard. En résumé, le virement instantané devrait vous permettre de payer aussi dans les magasins physiques. Ce ne sera pas pour 2021, toutefois, mais plutôt pour 2022.

Lire aussi : L’Europe veut-elle la peau de Visa et Mastercard ?

2 - Le paiement sans contact pour toute la famille

En 2020, les comptes bancaires pour enfants ont poussé comme des champignons. C’est Boursorama Banque qui avait lancé la mode avec son compte Kador. La banque en ligne a depuis été imitée par certaines néobanques (Revolut, Ma French Bank) mais aussi par des nouveaux acteurs spécialisés, comme Pixpay, Xaalys ou encore Kard. Parmi les points forts de ces offres : elles permettent de « dématérialiser » l’argent de poche que vous versez à vos enfants, qui peuvent ainsi payer par carte bancaire sans contact plutôt qu’en espèces. Rassurant en période de pandémie.

À consulter : notre comparatif des offres de comptes bancaires pour vos enfants

Ces comptes, toutefois, ne sont généralement accessibles qu’à partir de 12 ans. Que faire si vous souhaitez commencer à confier un peu d’argent à vos enfants plus jeunes, mais que vous n’êtes pas à l’aise avec l’idée de les voir transporter du liquide ? Une jeune entreprise française esquisse une solution, en partenariat avec Mastercard et Treezor. Money Walkie propose à la vente un petit porte-monnaie sans contact, qui peut prendre la forme d’une baleine, d’un panda, d’un ours ou d’un perroquet (voir l'illustration de cet article). L’objet, qui tient dans la main, permet de payer dans les points de vente physiques (à la boulangerie, chez le libraire, au magasin de jouets) équipés d’un terminal de paiement sans contact, exactement comme une carte bancaire. Il est relié à une cagnotte que vous pouvez alimenter à tout moment par carte bancaire, depuis une application mobile qui permet également de suivre en temps réel les dépenses effectuées. Prix du Walkie ? 30 euros.

3 - L’épargne sans y penser

Mettre de l’argent de côté sans y penser : c’est le principe de l’arrondi, qui permet d’augmenter à l’euro (ou à la dizaine d’euros) supérieur le montant de chaque achat, et d’épargner la différence, sur un compte ou une cagnotte. Jusqu’ici, rien de bien nouveau : ce type de services est proposé de longue date à ses clients par plusieurs banques, et plus récemment par des néobanques comme N26 ou Revolut.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Grâce aux évolutions technologiques et réglementaires, certaines jeunes pousses entreprennent toutefois de perfectionner le principe de l’épargne automatique, en s’appuyant notamment sur l’analyse des données transactionnelles de vos comptes bancaires. Avec un objectif en particulier : aider les usagers les plus jeunes, ceux qui ont généralement le plus de mal à épargner, à mettre un peu d’argent de côté pour financer leurs projets.

Lancée en 2019, Yeeld y ajoute une dimension ludique. L’application vous propose par exemple de vous fixer un challenge annuel : vous épargnez 1 euro la 1ère semaine, 2 euros la 2ème… et ainsi de suite jusqu’à 52 euros la 52ème semaine. De quoi mettre 1 400 euros de côté en un an. Venue de Grande-Bretagne où elle revendique un million d’usagers, l’application Plum, en cours de lancement, reprend le même principe et ajoute par exemple une option baptisée « Les jours pluvieux ». Cette dernière vous permet de décider d’une somme à mettre de côté chaque fois que la météo annonce des averses.

Un peu plus sérieusement, deux services récents entreprennent, non seulement d’aider les jeunes à mettre de côté, mais aussi à placer cet argent. C’est le principe de Cashbee, une application qui analyse vos comptes pour détecter les sommes que vous pouvez épargner, mais vous permet aussi de les placer au choix sur un compte rémunéré (0,60% brut en rythme de croisière) ou un contrat d’assurance vie. Quant à Moka, venue du Canada, elle reprend le principe de l’arrondi et proposera prochainement à ses usagers de placer l’argent en bourse, sur des fonds socialement responsables.