Plan du site Rechercher
Orange Bank

Carte bancaire : le match entre Visa et Mastercard

Pile de cartes bancaires Visa et Mastercard
© PixieMe - stock.adobe.com

Deux grands réseaux internationaux de paiement se partagent l’essentiel du marché de la carte bancaire : Visa et Mastercard. Comment choisir entre les deux ? Voici quelques clés pour tenter de les départager.

Disponibilité dans les banques : avantage Visa

Visa ou Mastercard : certaines banques de détail ne vous laissent pas le choix, puisqu’elles ne travaillent qu’avec un seul des deux réseaux d’acceptation. D’autres, à l’inverse, vous laissent arbitrer : c’est le cas des enseignes du Crédit Mutuel Alliance Fédérale (y compris le CIC), du Crédit Agricole, de la Société Générale ou encore de HSBC.

Au global, c’est toutefois Visa qui domine le marché français. La rançon de l’histoire sans doute : avant son rachat par Visa Inc, son cousin américain, en juin 2016, Visa Europe était détenue par une association de banques européennes, dont la plupart des enseignes françaises. Ainsi, sur les 128 enseignes recensées dans notre comparateur de tarifs, la carte Visa Classic est présente dans 124, contre 75 pour la Mastercard Standard. Même chose pour les cartes premium : la Visa Premier est fournie dans 126 enseignes, contre 66 pour la Gold Mastercard.

A consulter : la disponibilité des cartes bancaires classiques et haut de gamme dans les banques françaises

Prix : match nul

Vous cherchez à payer votre carte bancaire le moins cher possible ? Malheureusement, le prix n’est pas le critère qui vous permettra de trancher entre Visa et Mastercard. Comme le montre notre relevé tarifaire, les prix moyens pratiqués par les banques pour les cartes des deux réseaux sont en effet très proches.

Au 1er février 2020, la carte Visa Classic coûte en moyenne 43,54 euros par an en débit immédiat et 44,48 euros en débit différé, dans les 121 banques où elle est payante, contre 42,77 euros (débit immédiat) et 44,11 euros (débit différé) pour la carte Mastercard Standard (74 enseignes).

A la même date, la carte Visa Premier, payante dans 122 banques, coûte en moyenne 126,30 euros par an en débit immédiat et 126,96 euros en débit différé, contre 124,75 euros (débit immédiat) et 125,84 euros (débit différé) pour la Gold Mastercard (64 banques).

Ces chiffres ne signifient pas, bien sûr, que toutes les banques facturent leurs cartes au même prix. Dans les banques traditionnelles, le coût annuel d’une carte Visa Classic à débit immédiat, par exemple, varie de 37 à 55 euros selon les enseignes et, surtout, selon les régions. Mais ils montrent tout de même que la concurrence entre banques joue à plein sur le prix des cartes et gomme ainsi l’essentiel des écarts.

Assurances : match nul

80 euros par an environ : c’est l’écart de prix entre une carte classique et une carte premium. Pourquoi choisit-on de payer plus ? Principalement pour obtenir des assurances supplémentaires : responsabilité civile à l’étranger, annulation de voyage, retard d’avion, dommage à un véhicule loué…

De ce point de vue, existe-t-il des différences entre les cartes Visa et Mastercard ? Oui, mais ce n’est pas le fait des réseaux d’acceptation : ce sont les banques, en effet, qui composent la liste des garanties adossées aux cartes qu’elles émettent. « Côté assurances, il n’y a pas de socle commun », nous confirme un professionnel de la monétique préférant rester anonyme. « Les deux réseaux se contentent d’imposer aux banques de couvrir l’assurance des personnes, en cas de décès ou de rapatriement notamment » En optant plutôt pour Visa ou Mastercard, vous n’aurez donc pas l’assurance d’être mieux couvert. Les packs proposés par les banques, pour une même gamme de cartes, sont d'ailleurs généralement très proches.

Il peut y avoir des nuances, deux en particulier. La première concerne les conditions de déclenchement des garanties : pour dédommager, par exemple, les pertes consécutives à une annulation de voyage, certaines banques vont exiger qu’au moins une prestation liée à ce voyage (le transport, l’hébergement, etc.) ait été payée intégralement avec la carte, quand d’autres se contenteront de demander un paiement partiel. La seconde concerne les plafonds de prise en charge : les montants remboursés pour chaque sinistre couvert sont en effet limités, et ses limites peuvent varier d’une banque à l’autre.

Il n’y a qu’une manière de faire le bon choix : se reporter aux notices d’information des assurances, disponibles sur les sites web des banques ou en agence, et les comparer.

Acceptation dans les points de vente : match nul

Dernier critère de différenciation : l’acceptation. Si je prends une Visa plutôt qu’une Mastercard (ou vice versa), ma carte sera-t-elle plus facilement acceptée aux distributeurs automatiques ou dans les magasins ?

En France, la question ne se pose pas vraiment. CB, le réseau d’acceptation domestique français, se charge en effet d’assurer l’universalité du paiement par carte. Si votre carte est « co-badgée », c’est-à-dire si elle affiche à la fois le logo CB et celui de Visa ou Mastercard - ce qui est le cas de la grande majorité des cartes émises dans l’Hexagone - elle passera partout et à tous les coups. Si en revanche elle est seulement Visa ou Mastercard - c’est le cas des cartes des néobanques et de certaines banques en ligne, comme ING - vous risquez d’être empêché de payer si le réseau tombe en panne. Ce qui est rare, mais peut arriver.

A l’étranger, c’est une autre paire de manches. Tous les pays, en effet, n’ont pas la même culture de la carte bancaire. Dans certains pays, y compris proches de France, les commerçants privilégient les réseaux locaux - Girokarte par exemple en Allemagne, l'équivalent de CB - au détriment de Visa et Mastercard : vous risquez alors de devoir vous rabattre sur le cash pour régler vos achats.

Au final, « les 2 réseaux se valent pour l'acceptation », estime le professionnel de la monétique, qui conseille aux voyageurs de s’équiper de plusieurs cartes pour éviter les déconvenues : « une Visa, une Mastercard, éventuellement une American Express. »

Bilan : surtout une question d’image de marque

Prix, assurances, acceptation : aucun de ces critères ne permet vraiment de trancher entre Visa et Mastercard. En forte concurrence, les deux réseaux présentent des produits aux caractéristiques très proches. Et se différencient au final surtout sur le marketing, l’image de marque et éventuellement sur certains services annexes au paiement : les programmes de fidélité, l’assistance, etc. Si vous changez de banque, il n’est donc pas conseillé de choisir la nouvelle en fonction du réseau avec lequel elle travaille, mais plutôt sur d’autres critères : la tarification, la qualité du service, la variété des produits disponibles…

L’idéal, enfin, notamment si l’on voyage, est de posséder une carte de chaque réseau, si possible en version Crédit (c’est-à-dire à débit différé), ces cartes bénéficiant d’une meilleure acceptation que les Débit (débit immédiat). Cela peut d’ailleurs se faire à moindre coût : les banques en ligne et les néobanques ont musclé récemment leurs offres de cartes destinées aux voyageurs, qu’elles proposent souvent gratuitement, et parfois sans conditions de revenus.

A consulter : notre comparatif des cartes bancaires gratuites

Partager cet article :

© MoneyVox / VM / Février 2020

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox