L’innovation présentée il y a un an par Oberthur Technologies semble convaincre les banques françaises : après le groupe Banque Populaire-Caisse d’Epargne en mai dernier, c’est au tour de Société Générale d’annoncer l’expérimentation de la carte bancaire à code de sécurité dynamique mise au point par le spécialiste de la sécurité numérique.

Le principe de cette carte nouvelle génération est assez simple : le cryptogramme visuel (dit code CVC) statique, habituellement placé au dos de la carte, est remplacé par un mini-écran, qui affiche toutes les heures un nouveau code, généré par un algorithme et synchronisé avec les serveurs de la banque. Le gain en termes de sécurité est important : à l’occasion d’un achat à distance (sur internet notamment), ce code CVC sert en effet à s’assurer que l’acheteur est bien en possession de la carte bancaire qui sert au paiement. Statique, il a toutefois ses limites : il est en effet visible au moment d’un paiement en magasin, et peut donc être détourné par un commerçant indélicat. Il peut aussi être assez facilement « craqué » par un pirate un peu expérimenté.

Comme BPCE en mai dernier, Société Générale a été conquise par cette innovation, qui a l’avantage de ne pas modifier les habitudes des consommateurs, et s’apprête à l’expérimenter dans son réseau, sans plus de détails dans l’immédiat sur la forme que prendra ce test. Dans son communiqué, la banque s’affiche ainsi comme le « leader du e-commerce en France » et explique que cette carte va lui permettre d’afficher « l’offre de solutions de paiement la plus complète du secteur ».

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Pour mémoire, selon le dernier rapport de l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, le taux de fraude sur les paiements à distance en France est en baisse constante depuis 2011, mais son volume représentait encore 156 millions d’euros en 2014.

Lire aussi : La fraude à la carte bancaire a baissé en France en 2014, une première depuis 12 ans