BPCE a annoncé ce jeudi un bénéfice net au deuxième trimestre de 1,3 milliard d'euros. Le groupe bancaire mutualiste français enregistre un résultat quasi stable sur un an (+1,6%), en dépit d'un « environnement globalement plus difficile ».

Le produit net bancaire (PNB), équivalent du chiffre d'affaires pour le secteur, s'est élevé à 6,6 milliards d'euros (+3,6%) au deuxième trimestre, porté par l'ensemble des métiers « à l'exception de la gestion d'actifs et de fortune », précise la banque, rassemblant notamment les réseaux Banque populaire et Caisse d'Épargne.

Un deuxième semestre qui s'annonce difficile

Le résultat avant impôt du pôle « Global Financial Services », abritant les métiers dits « mondiaux », dont la gestion d'actifs issue de la banque Natixis, est en baisse de 15,8% sur un an, affecté « par un contexte de marché défavorable ».

BPCE : Laurent Mignon va prendre la tête du lobby bancaire français

Il fait exception au sein d'un groupe qui « se porte bien » et qui est en conformité « avec son plan stratégique », a précisé à l'AFP le président du directoire Laurent Mignon.

Sur l'ensemble du premier semestre, BPCE affiche un revenu de 13,1 milliards d'euros (+5,5% sur un an), pour un résultat de 2,1 milliards d'euros (+13,9%).

Mais le deuxième semestre « s'annonce plus difficile », prévient Laurent Mignon, du fait d'un environnement macroéconomique qui se dégraderait, mais aussi « parce que la hausse du livret A va avoir un effet mécanique (...) significatif » dans les comptes.

Livret A, LEP : combien d'intérêts allez-vous vraiment toucher en 2022 avec les nouveaux taux ?

Pour parer au premier point, BPCE a poursuivi une politique présentée comme prudente, avec un coût du risque (sommes provisionnées pour faire face aux éventuels impayés sur les crédits) au deuxième trimestre en hausse de 37,9% par rapport à l'année dernière, à 457 millions d'euros.

Le second sera plus dur à éviter. Détenteur de près de 60 milliards d'euros d'encours de Livret A et de Livret de développement durable et solidaire (LDDS) à fin 2021, BPCE voit la facture de ses produits réglementés augmenter de 700 millions d'euros cette année par rapport à l'an dernier avec l'augmentation légale des taux.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Dans l'hypothèse d'un Livret A rémunéré au taux actuel de 2%, la charge totale en année pleine serait de l'ordre de 1,2 milliard d'euros pour la banque.

Le sujet est déjà visible dans ses comptes du premier semestre, avec une croissance moindre du résultat avant impôt des détentrices historiques du Livret A, les Caisses d'épargne (+4,2%), par rapport aux Banques populaires (+11,6%).

Sur l'ensemble de l'année 2021, BPCE avait engrangé un bénéfice net record de 4 milliards d'euros, le plus élevé de l'histoire de la banque.