Le nombre de fausses pièces en euros détectées a diminué de 4% en 2013 selon des statistiques publiées hier par la Commission européenne. Avec 119.000 contrefaçons retirées de la circulation dans la zone euro en un an, la pièce de 2 euros reste de très loin la cible préférée des fossoyeurs.

Une pièce sur 100.000 actuellement en circulation dans la zone euro serait une contrefaçon selon une estimation de la Commission européenne. Bruxelles a diffusé hier un communiqué annonçant les chiffres 2013 de la lutte contre les fausses pièces en euros, deux semaines après avoir publié les statistiques concernant les billets.

Lire : Billets en euros : la saisie de fausse monnaie en hausse en 2013

L’an passé, le nombre de fausses pièces retirées de la circulation par les autorités nationales de l’ensemble des pays de la zone euro a diminué de 4% par rapport à 2012. 175.900 contrefaçons ont été saisies, un nombre à mettre en parallèle avec les 16,8 milliards de pièces authentiques actuellement échangées dans la zone euro. S’il est en revanche impossible de quantifier le nombre de fausses pièces encore échangées à ce jour en Europe, la Commission européenne s’appuie sur cette évolution pour se réjouir d’« avancées dans le retrait des fausses pièces en euros en circulation ».

2 euros : deux fausses pièces sur trois

Cette baisse de 4% peut cependant apparaître comme une compensation de la forte hausse du nombre de contrefaçons saisies en 2012. De 157.000 en 2011, le nombre de pièces retirées de la circulation avait bondi à 184.000.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Dans le détail, en 2013, la proportion de fausses pièces détectées est en baisse dans toutes les catégories : 50 centimes (29.400 contre 31.000 en 2012), 1 euro (27.500 contre 32.000) et 2 euros (119.000 contre 121.000). La pièce de 2 euros reste ainsi de très loin la préférée des faux-monnayeurs puisqu’elle représente les deux tiers des contrefaçons avérées.