La Banque centrale européenne (BCE), qui vient de dévoiler un nouveau billet de 10 euros mieux sécurisé, publie également les chiffres 2013 de saisie de fausse monnaie. Les coupures contrefaites sont en hausse, notamment celles des 10 et 20 euros.

En même temps qu’elle levait le voile sur le nouveau billet de 10 euros, ce matin à Francfort, la BCE a communiqué les chiffres de la lutte contre les faux billets en euros pour le second semestre 2013. Au cours de ces six mois, 353.000 fausses coupures ont été retirées de la circulation. Un chiffre en augmentation par rapport à la même période de 2012 (280.000) et 2011 (310.000). Plus généralement, 2013 aura été une année de hausse en la matière : 670.000 faux billets ont été saisis l’an passé, contre 531.000 en 2012 et 606.000 en 2011. Dans son communiqué, la BCE relativise toutefois « ce chiffre (…) très faible par rapport à plus de 15 milliards de billets authentiques en circulation. »

Comme en 2012, la fausse coupure la plus fréquemment saisie au second semestre 2013 reste le billet de 20 euros (43%, en hausse d’un demi-point). Le 50 euros reste deuxième mais baisse de 5 points à 35%. Suivent ensuite les 100 euros (12,9%, stable), les 10 euros (6,3%, en hausse de près de 6 points), les 200 euros (1,4%, en baisse), les 500 euros (1%, en hausse) et enfin les 5 euros (0,4%), dont la valeur faciale n’est pas suffisante pour attirer les faussaires. Ces faux billets, dans leur immense majorité (98%), ont été saisis dans la zone euro. 1,5% l’ont été dans des pays appartenant à l’Union européenne mais pas à la zone euro, et 0,5% dans le reste du monde.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Nouveaux signes de sécurité

La lutte contre la fausse monnaie est le principal argument qui a amené la BCE à renouveler la gamme des billets en euros, 12 ans après l’introduction de la monnaie européenne. La série Europe, qui a été inaugurée en 2013 avec le 5 euros et va se poursuivre cette année avec le 10 euros, propose en effet une série de nouveaux signes de sécurité (hologramme, impression en relief, filigrane, etc.) permettant de détecter les contrefaçons.

Lire aussi : Le nouveau billet de 10 euros sortira le 23 septembre 2014

Dans une campagne de communication relayée par les différentes banques centrales nationales, la BCE rappelle également au grand public les bons réflexes à connaître : « Il est facile de reconnaître les billets authentiques grâce à la méthode simple consistant à toucher, regarder, incliner(…) », explique-t-elle dans son communiqué. « Toute personne recevant un billet suspect doit le comparer avec une coupure dont elle a la certitude qu’elle est authentique. Si le doute persiste, il convient de prendre contact avec les services de police ou sa BCN, conformément aux pratiques nationales. »