L'agence de notation D-Rating a comparé les performances digitales des acteurs du marché pro sur plus de 350 critères. Sans surprise, Anytime, Blank, Boursorama, Qonto et Shine raflent les premières places du classement.

Artisans, freelances et professions libérales ont longtemps été relégués au second plan par les banques. Mais l'arrivée d'une nouvelle génération d'acteurs spécialistes de la banque pro a changé la donne. Et désormais le marché évolue vite. Très vite, même.

Pourquoi un tel revirement ? D'abord parce que les professionnels paient en moyenne 10 fois plus de frais bancaires que les particuliers. Leur facture s'élevait en moyenne à 1 700 euros par an, d'après un rapport de l'Observatoire du financement des entreprises (OFE). Mais aussi et surtout parce que le nombre de comptes pro explose depuis quelques années. Fin octobre 2021, on comptait ainsi plus de 6,6 millions de comptes pro actifs en France, selon les estimations de D-Rating.

Les nouveaux acteurs captent aujourd'hui une part importante de la clientèle professionnelle. A elle seule, Qonto, qui vient de réaliser une nouvelle levée de fonds de 486 millions d'euros, représente par exemple 200 000 comptes ouverts depuis sa création, en 2016.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Services para-bancaires

Leur secret ? Le beyond banking. « On parle de beyond banking lorsqu'une banque ou une institution financière propose à ses clients, par l'intermédiaire de son application ou de son écosystème digital, des services non-financiers, donc qui vont au-delà de son métier initial, mais dans une expérience utilisateur totalement intégrée dans l'univers de la banque », détaille Geoffrey Laloux, consultant Square, sur le plateau de 3'ECO.

Le succès de ces nouveaux acteurs s'explique ainsi, au moins en partie, par leur capacité à étendre leur offre au travers de partenariats avec des acteurs tiers. Une approche agile du beyond banking qui leur permet de proposer à leurs utilisateurs un large panel de fonctionnalités avancées au sein d'une même interface.

Compte pro : une néobanque en plus de sa banque principale, pour quoi faire ?

Logique partenariale

Qonto, par exemple, ne se présente plus comme une simple banque mobile, mais comme une « solution de gestion financière tout-en-un ». Et pour y parvenir, la fintech s'est associée avec Legalstart pour accompagner ses clients dans la création de leur entreprise et la rédaction des statuts, ou encore avec Agicap, qui propose un suivi en temps réel et prévisionnel des flux de trésorerie.

Même son de cloche du côté d'Anytime, qui travaille avec Dimpl pour fournir à ses clients une assurance pour les factures impayées, ainsi qu'avec Mansa, une offre de financement pour les indépendants, et SumUp, un terminal de paiement mobile et connecté. Shine n'est pas en reste et propose des intégrations avec divers services tiers, comme Assurup, une assurance professionnelle ou Shopify, une solution pour créer sa boutique en ligne.

Compte pro : que valent vraiment les assurances de votre carte bancaire ?

Les banques en retard

Par contraste, rares sont les enseignes historiques qui proposent aujourd'hui à leur clientèle professionnelle des services para-bancaires. « Les banques traditionnelles ont encore tendance à se concentrer sur les services bancaires à proprement parler. Les néobanques adoptent, quant à elles, une approche plus transversale et centrée sur le besoin de l'utilisateur », confirme Sylvain Deniau, responsable des études chez D-Rating.

Résultat : Anytime, Blank, Boursorama, Qonto et Shine raflent les 5 premières places du classement 2021 de l'agence D-Rating. Mais pour combien de temps ? Car, « compte tenu des enjeux croissants attachés à ce segment de clientèle, cette nouvelle concurrence devrait stimuler les acteurs historiques dans la mise à niveau de leur performance numérique », conclut D-Rating. Reste à voir si les banques traditionnelles adopteront, elles aussi, une approche partenariale du beyond banking, ou si elles préféreront développer ces fonctionnalités en interne.

Compte pro : les banques sont-elles larguées ?