Vous comptez voyager prochainement à l’étranger ? Attention aux frais que vos paiements et retraits peuvent entraîner. Heureusement, il existe sur le marché des cartes bancaires qui permettent de ramener la facture à zéro, ou presque.

Voyager à l’étranger ? Pas évident par les temps qui courent… La crise sanitaire, en effet, a compliqué les franchissements de frontières. Avec la progression de la vaccination et l’accès aux tests, la solution s’améliore toutefois petit à petit et vous êtes nombreux, cet été, à avoir des envies d’ailleurs.

Si c’est votre cas, il y a un élément que vous devrez prendre en compte dans votre budget avant de quitter la France : les frais bancaires liés aux paiements et aux retraits en devises. Si vous restez dans la limite de la zone euro (1), parfois étendue à la zone SEPA (2) dans quelques banques traditionnelles, pas de souci : il n’y aura pas de surfacturation par rapport à la France. Si, en revanche, vous quittez la zone euro, y compris en restant en Europe — par exemple au Royaume-Uni, au Danemark ou en Croatie — vous devrez sans doute vous acquitter de frais supplémentaires :

  • Une commission proportionnelle sur vos achats par carte à l'étranger : il vous en coûtera ainsi, selon notre comparateur de tarifs, de 1,95 à 7,35 euros, selon votre banque, pour un paiement équivalent à 100 euros effectué avec une carte bancaire classique Visa ou Mastercard.
  • Une commission proportionnelle et, souvent, une commission fixe sur vos retraits hors zone euro, pour un coût de 1,50 à 7,90 euros à chaque retrait équivalent à 100 euros, toujours avec une Visa ou une Mastercard classique. Les commissions avec une carte de gamme supérieure délivrée par une banque traditionnelle peuvent être différentes, souvent plus basses.

En résumé, payer en devises, ça n’est pas donné. Heureusement, le marché français s’est enrichi ces dernières années de nouvelles offres, visant ouvertement les voyageurs, et permettant d’alléger considérablement l’addition. Voire, pour les meilleurs, de réduire ces frais bancaires à zéro.

Les meilleures cartes bancaires pour un voyage à l’étranger

Les cartes gratuites et sans frais à l’étranger

Carte Aumax - Aumax pour moi, la néobanque du Crédit Mutuel Arkéa, a élargi sa gamme de cartes bancaires fin 2020, avec deux nouvelles cartes payantes. Elle a toutefois maintenu à son catalogue une carte entièrement gratuite, sans conditions et sans frais, y compris hors zone euro : aucune commission, ni sur les paiements, ni sur les retraits. Cerise sur le gâteau, il n’est pas nécessaire de recharger cette carte : elle est en effet « agrégatrice », c’est-à-dire qu’elle est capable de répercuter les paiements et retraits sur une autre carte que vous possédez. Résultat : vous payez avec la carte Aumax, mais c’est votre compte principal qui est débité. Ne cherchez pas à comparer : il n’y a rien d’équivalent actuellement sur le marché français. Un bémol toutefois : depuis le lancement des offres payantes, la carte Aumax gratuite n’embarque plus d’assurances premium, comme la couverture de votre responsabilité civile à l’étranger.

Carte Boursorama Ultim — Mi 2019, Boursorama Banque a secoué le marché en lançant Ultim. Une carte Visa premium destinée aux voyageurs, incluant un package complet d’assurances et la gratuité sur les opérations en devises. Ultim est gratuite, mais elle est aussi accessible à tous, sans conditions de revenus : une aubaine, donc. Deux contraintes : un versement minimum d’au moins 300 euros à l’ouverture et la nécessité de faire au moins une opération carte par mois pour éviter de payer un forfait mensuel de 9 euros. Une précision enfin : depuis le lancement d’Ultim Metal, déclinaison payante, Boursorama a légèrement durci ses conditions tarifaires. Les retraits en devises sont facturés à partir du 4e par mois, à hauteur de 1,69% du montant retiré.

Fortuneo Fosfo, Gold et World Elite — La concurrence a du bon. Le lancement d’Ultim en 2019 a contraint son concurrent, Fortuneo, à réagir. Résultat : gratuité totale sur les paiements et retraits en devises, y compris avec la carte d’entrée de gamme Fosfo, gratuite et sans conditions de revenus. Si vos revenus nets mensuels dépassent 1 800 euros nets mensuels, vous pouvez prétendre à la carte Gold CB Mastercard, qui vous apportera notamment de meilleures assurances. Attention : comme chez Boursorama, il est indispensable de faire un paiement par mois minimum pour éviter des frais mensuels de 3 euros (Fosfo) et 9 euros (Gold). Enfin, les plus fortunés, prêts à verser 4 000 euros ou plus sur leur compte chaque mois, peuvent monter encore en gamme et obtenir une carte World Elite CB Mastercard, toujours sans frais.

Les cartes payantes, sans frais à l’étranger

C’est une tendance forte du marché : au cours des dernières années, la plupart des banques en ligne, néobanques et applications de paiement ont lancé des offres premium payantes. Parmi les points communs de toutes ces offres, qui proposent par ailleurs de nombreux services et avantages : la gratuité des paiements et retraits en devises, parfois avec quelques limites. Pour y accéder, il faut toutefois régler un forfait mensuel. En voici les prix :

  • Aumax Premium (6,99 euros) et Metal (13,99 euros)
  • Boursorama Metal (9,90 euros)
  • Hello Bank Prime (5 euros)
  • Lydia Noir (7,90 euros)
  • Monabanq Uniq+ (9 euros)
  • Monese Premium (14,95 euros)
  • N16 You (9,90 euros) et Metal (16,90 euros)
  • Orange Bank Premium (4,99 euros par mois)

Les cartes à frais réduits

N26 Standard et Smart — Fin 2020, N26 a surpris son monde en annonçant que son compte Standard gratuit n’intégrerait plus de carte bancaire plastique, par défaut ! Heureusement, il reste possible d’en commander une, moyennant 10 euros, pour payer sans frais, y compris hors de la zone euro. Attention, les retraits en devises sont, eux, facturés, à hauteur de 1,7% du montant retiré. C’est également le cas pour l’offre Smart à 4,90 euros par mois.

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Monese Simple et Classic — En matière de paiements et de retraits à l’étranger, Monese se distingue en appliquant des seuils de gratuité. Les clients du service de paiement britannique ne paient pas les retraits jusqu’à 200 euros par mois dans la version Simple (gratuite) et 900 euros dans la version Classic (5,95 euros par mois). Côté paiements, les 2 000 premiers euros dépensés sont sans commission avec le compte Simple. S'agissant de l'offre Classic, la borne de gratuité est également fixée à 2 000 euros mais celle-ci est mensuelle et le compteur de paiements en devises redémarre à 0 chaque mois. Au-delà de ces seuils, les frais sont de 2% du montant de l’opération, pour les retraits comme pour les paiements.

Nickel PremiumNickel, la carte bancaire distribuée en bureau de tabac, se décline en version Premium. Facturée 50 euros par an, soit un peu plus de 4 euros par mois, elle permet de bénéficier d’une gratuité totale sur les paiements en devises, et de retraits à 1 euro pièce, quel que soit le pays.

Pumpkin — Bien connue des étudiants, l’application de paiement entre amis Pumpkin, propriété du Crédit Mutuel Arkéa, a lancé en septembre 2020 une carte bancaire, d’abord facturée 2 euros par mois puis devenue gratuite. Les paiements sont gratuits, y compris hors zone euro. Les retraits, en revanche, sont facturés 1 euro pièce, à partir du 3e par mois.

Revolut Standard, Plus, Premium et Metal - Comme Monese, Revolut fonctionne par seuils. Dans les versions Standard (gratuite) et Plus (2,99 euros par mois), les paiements en devises sont facturés au-delà de l’équivalent de 1 000 euros par mois, à hauteur de 0,50% du montant payé. Pas de commission en revanche pour les forfaits Premium et Metal. Côté retraits, ils concernent toutes les cartes : au-delà de 200 euros par mois pour Standard et Plus, 400 euros pour Premium (7,00 euros par mois) et 800 euros pour Metal (13,99 euros par mois), il faut régler 2% du montant retiré, avec un minimum de perception par retrait de 1 euro.

(1) Allemagne, Autriche, Belgique, Chypre, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Portugal, Slovaquie et Slovénie. (2) Les 28 pays de l’Union européenne + la Norvège, l’Islande, le Liechtenstein, la Suisse, Monaco, Saint-Marin, Andorre et le Vatican.