Thierry Philipponnat, membre du collège de l'Autorité des marchés financiers, a démissionné mercredi de cette instance, qu'il ne juge plus indépendante, quelques jours après la confirmation à la présidence de Marie-Anne Barbat-Layani, ancienne cheffe du lobby bancaire.

« De mon point de vue, les conditions ne sont plus aujourd'hui réunies pour que l'Autorité des Marchés Financiers fonctionne effectivement comme une Autorité Administrative Indépendante », a-t-il écrit dans un post publié sur le réseau social LinkedIn.

M. Philipponnat était membre du collège de l'AMF, le principal organe de décision et l'autorité de poursuite, depuis neuf ans. Il est le fondateur et dirigeant de Finance Watch, crée à la suite de la crise de 2008 afin d'instaurer un contre-lobby à la finance.

S'il ne la cite jamais dans sa prise de parole expliquant sa démission, sa décision suit la ligne des critiques adressées après la confirmation de Marie-Anne Barbat-Layani à la présidence de l'AMF.

Celle qui succède à Robert Ophèle a été directrice générale de la Fédération bancaire française et de l'Association française des banques, le lobby du secteur, entre 2014 et 2019, après avoir fait des allers-retours entre le public et le privé tout au long de sa carrière.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Ces navettes avaient suscité des réserves sur sa candidature, plusieurs députés s'étant interrogés sur d'éventuels risques de conflit d'intérêts que ce « mélange des genres » pourrait engendrer, au cours de son audition à l'Assemblée nationale.

« Ce n'est pas la personne qui est en cause. C'est une question de principe », a ajouté M. Philipponnat auprès du journal Les Echos.

« Cette question dépasse de loin la gestion des conflits d'intérêts tels qu'ils sont définis par la loi : la capture des régulateurs est un phénomène insidieux », a-t-il aussi écrit sur LinkedIn pour justifier sa décision.