La Banque de France a abaissé mardi sa prévision de croissance de l'économie française à 0,25% pour le premier trimestre, contre +0,5% précédemment, conséquence des premières répercussions de la guerre en Ukraine, notamment sur l'industrie.

« Après avoir retrouvé son niveau d'avant-crise durant le troisième trimestre 2021, plus tôt que la moyenne européenne, le PIB (produit intérieur brut) resterait en croissance », mais de façon « plus modérée, du fait de l'environnement international », estime la Banque de France dans son enquête mensuelle de conjoncture. Au quatrième trimestre 2021, le PIB avait progressé de 0,7%.

« Le mois de mars a été marqué par la guerre en Ukraine dont les premières conséquences se font sentir sur l'économie française. En outre, face au regain de l'épidémie de Covid-19, la Chine a réinstauré des mesures de confinement dans certaines régions, ce qui a pu renforcer les difficultés d'approvisionnement » des entreprises, souligne la banque centrale française.

Mi-mars, l'Insee avait indiqué tabler sur une croissance de 0,3% au premier trimestre, avec une consommation des ménages attendue en recul de 0,5%, alors que leur pouvoir d'achat devrait avoir baissé de 1,4% du fait de l'inflation.

Si l'activité économique a continué de progresser au premier trimestre, c'est surtout dans le secteur des services, notamment dans l'hôtellerie-restauration, qui se remet progressivement de la fin des restrictions sanitaires liées à l'épidémie.

Inflation record, baisse du pouvoir d'achat... Ces sombres prévisions pour les ménages

Situation contrastée dans l'industrie

En revanche, dans l'industrie, la situation est plus contrastée. Dès février, la production industrielle française avait pris par surprise les économistes, en reculant de 0,9%, selon les données de l'Insee, et la situation se serait encore aggravée en mars.

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

L'automobile, dont les chaînes d'approvisionnement sont très affectées par le conflit en Ukraine, a vu son activité se replier. Et 89% des entreprises interrogées par la Banque de France affirment désormais faire face à des difficultés d'approvisionnement, soit 10 points de plus qu'en février.

Autre conséquence de la guerre en Ukraine, les entreprises de l'agroalimentaire subissent elles aussi des problèmes d'approvisionnement, le pays étant un fournisseur important, notamment d'huile et tourteaux de tournesol. Elles sont désormais 59% à rapporter des difficultés, contre 45% en février (+14 points), souligne la Banque de France.

Pour le mois d'avril, la banque centrale souligne la situation de « forte incertitude », notamment dans l'industrie, même si les entreprises s'attendent toujours à une légère croissance de leur activité. Les services resteraient bien orientés, alors que les entreprises du bâtiment entrevoient une « très légère baisse » de leur activité.