La croissance du crédit est particulièrement forte pour les PME avec 15,4%, contre 9,7% pour les entreprises de taille intermédiaire (entre 250 et 5.000 salariés) et 6,4% pour les grandes entreprises.

Les crédits aux entreprises en France ont progressé de 11,3% sur un an pour atteindre un encours total de 1.154,1 milliards d'euros à la fin juin, a rapporté mardi la Banque de France. En mai, la croissance avait été de 10,8%. En avril elle avait été de 8,2%. La croissance du crédit est portée notamment par les secteurs les plus affectés par la crise sanitaire. L'endettement grimpe ainsi de 27,1% à la fin juin dans le secteur de l'hébergement et de la restauration, de 16% dans la construction et de 15,9% dans le transport et l'entreposage. Il augmente également de 21,4% dans le conseil et les services aux entreprises.

La croissance du crédit est particulièrement forte pour les PME avec 15,4%, contre 9,7% pour les entreprises de taille intermédiaire (entre 250 et 5.000 salariés) et 6,4% pour les grandes entreprises. Les taux d'intérêt moyens de nouveaux crédits remontent en juin « car le poids relatif des prêts garantis par l'Etat (PGE) a moins pesé dans le mix des crédits mis en place par les banques », explique la Banque de France.

Les PGE ont un taux de 0,25% la première année pour les PME

Les PGE ont un taux de 0,25% la première année pour les PME, et de 0,5% pour les entreprises réalisant plus de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires, tandis que le taux moyen des crédits bancaires accordé aux entreprises était de 0,97% pour les prêts de moins d'un million d'euros et de 1,08% pour les autres.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

La dette élevée des entreprises françaises est un handicap pour la relance car elle obère leur capacité d'investir. La Banque de France a fait état il y a une semaine d'une très forte augmentation des demandes de crédits de trésorerie au deuxième trimestre et à l'inverse d'un recul des demandes de crédit d'investissement.

Financement obligataire en hausse

Le financement de marché (obligations), qui est lui réservé aux grandes entreprises ou à celles de taille intermédiaire, progresse pour sa part de 14,7% sur un an à fin juin, marquant là aussi une accélération par rapport à mai (12,7%) a indiqué dans un document séparé la banque centrale.

L'encours de ce financement de marché atteint 696 milliards d'euros fin juin, portant le financement des sociétés non financières en France à 1.866 milliards d'euros, en hausse de 13% sur un an, les crédits pris en compte dans ce calcul incluant ceux d'établissements bancaires basés à l'étranger (non-résidents).