Mercredi dernier, BNP Paribas a présenté aux représentants des salariés son projet de moduler les horaires d’ouverture des agences en fonction de leur affluence. Les syndicats sont vent debout.

Face à la pression concurrentielle, les banques cherchent à rentabiliser davantage leur réseau d’agences. Et si cela peut leur permettre d’accroître la satisfaction de leurs clients, c’est une double aubaine… sauf que ces évolutions ne passent pas toujours auprès du personnel. BNP Paribas vient d’en faire les frais.

En effet, comme l’a révélé Les Echos le 27 février la banque d’un monde qui change doit faire face à l’hostilité de l’ensemble de ses partenaires sociaux. SNB/CFE-CGC, CFDT mais aussi FO, tous sont opposés au projet de BNP Paribas visant à moduler les horaires d'ouverture des agences selon leur attractivité.

Réduction du nombre de RTT

Concrètement, en fonction du nombre de clients s’y rendant, les agences seraient classées en 3 catégories, à chaque catégorie correspondrait une amplitude d’ouverture hebdomadaire différente, « allant de 33 heures à une quarantaine d'heures », explique le média économique. Côté clients, ce serait a priori une bonne nouvelle puisque certaines agences seraient encore ouvertes à 19 heures, quand d’autres, moins fréquentées, fermeraient dès 17 heures. En revanche, pour les conseillers bancaires, le tableau est plus sombre, d'après les syndicats.

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Cette amplitude horaire pourrait se traduire par une réduction du nombre de jours de congés et des inégalités entre salariés. En effet, les conseillers travaillant ponctuellement moins de 35 heures par semaine perdraient des jours de RTT, quand ceux travaillant plus en cumuleraient davantage. « La durée annuelle de travail de nos collaborateurs reste inchangée (35 heures en moyenne), seuls les horaires hebdomadaires de travail seront modifiés pour certains collaborateurs », tempère BNP Paribas, tout en soulignant effectivement que « l'adaptation des horaires hebdomadaires de travail implique un ajustement mécanique du nombre de jours de RTT pour certains de nos collaborateurs ».