Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a appelé vendredi à ne pas redouter une diminution des achats de dette par la Banque centrale européenne (BCE), car sa politique restera « significativement accommodante ».

« Nous devons réduire l'intensité de nos achats nets d'actifs tout en conservant globalement une orientation significativement accommodante de notre politique monétaire », a expliqué François Villeroy de Galhau lors d'une conférence à la Banque nationale d'Autriche à Vienne. « Il n'y a aucune raison de redouter la perspective d'une réduction appropriée de nos achats nets, qui serait parfaitement compatible avec le maintien d'une orientation monétaire significativement accommodante », a-t-il ajouté, à l'approche de la réunion de la BCE du 26 octobre. Elle devra alors décider de l'ampleur et du rythme de ses achats d'actifs à partir de 2018. Actuellement, ils s'établissent à 60 milliards d'euros par mois.

Lundi, l'économiste en chef de la BCE, Peter Praet, avait laissé entendre que son institution pourrait réduire le montant de ses achats mensuels d'actifs tout en prolongeant ce plan de soutien à l'économie en raison d'une inflation encore trop faible. A ce jour, la BCE a racheté plus de 2 000 milliards d'obligations publiques et privées sur le marché pour aider l'économie en zone euro.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Le taux d'inflation en glissement annuel de la zone euro est resté stable en septembre à 1,5%, comme en août, ce qui ne le rapproche pas de l'objectif de la BCE d'un niveau proche de 2% mais inférieur à ce niveau.