Le nouveau billet de 10 euros, lancé en septembre dernier, a rapidement pris le pas sur son prédécesseur. Début 2015, il représentait déjà 43% des billets de 10 euros en circulation en France. En attendant le nouveau billet de 20 euros, le 25 novembre prochain.

Le premier billet de la génération « Europe », celui de 5 euros, a été introduit le 2 mai 2013. Au 31 décembre 2014, 92% des billets de 5 euros revenant aux guichets de la Banque de France étaient des billets de la série « Europe », selon une étude sur la monnaie fiduciaire en 2014 publiée dans le dernier bulletin trimestriel de l’institution. Ce qui permet aussi de constater que certains rares « vieux » billets de 5 euros s'accrochent encore aux portefeuilles des Français.

Ces mêmes données issues du tri (1), c’est-à-dire lorsque les billets retournent à la Banque de France, montrent aussi que le nouveau billet de 10 euros a très rapidement fait sa place dans l’Hexagone, et par extension dans la zone euro. Lors de la première semaine de l’année 2015, le billet « Europe » représentait 43% des coupures de 10 euros dans le tri en France. En l’espace de seulement 15 semaines d’existence.

6,5 milliards de nouveaux billets de 20 euros

Comme le souligne la Banque de France dans son rapport, le billet de 10 euros est la « deuxième coupure la plus utilisée en France ». La première ? Celle de 20 euros. Or un nouveau billet de 20 va être introduit le 25 novembre 2015, avec des signes de sécurité renforcés comme pour les autres coupures de cette génération « Europe ».

En vue de cette échéance, 6,5 milliards de billets de 20 euros « Europe » sont produits dans six pays (France, Allemagne, Itailie, Espagne, Autriche et Portugal) afin d’être répartis dans les 19 Etats membres de la zone euro. Un enjeu « non négligeable » pour la Banque de France qui insiste sur la « place dominante de la coupure de 20 euros » dans son rapport.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

L'institution a fait part fin juillet de la signature d’un protocole d’accord entre la Banque centrale européenne (BCE) et ses partenaires pour ce nouveau billet. Elle en a détaillé les termes pour la France dans un autre document, les signataires s’engageant à adapter les machines de traitement de billets, automates de vente ou autres distributeurs de tickets afin qu’ils soient prêts le 25 novembre.

(1) La Banque de France met en circulation des billets auprès des établissements de crédit mais trie aussi les coupures qui lui sont reversées. Elles les remet ensuite en circulation après avoir retiré les billets impropres à la circulation (usure, contrefaçon).