Cetelem propose depuis hier lundi sur son site internet un outil destiné à la préparation de projets, qui mixe phase d’épargne et phase de remboursement de crédit. La filiale de crédit conso de BNP Paribas poursuit ainsi sa stratégie de diversification entamée en 2011 avec le lancement de son livret d’épargne.

Mettre de côté pour financer ses futures dépenses : c’est le b-a-ba de l’épargnant, que Cetelem tente de réinventer avec un nouveau service lancé hier sur son site internet, et baptisé « Je gère mon projet ». L’outil a l’avantage de la simplicité. Vous choisissez d’abord le projet à financer parmi une liste de propositions réparties en quatre catégories : véhicules, travaux, événements de vie et amélioration de l’habitat. L’éventail est assez large, du financement de sa nouvelle voiture à la planification d’un mariage en passant par la préparation de vacances ou d’un coup de frais dans son logement.

L’interface vous propose ensuite de renseigner la date prévue de réalisation (forcément à plus de 6 mois), votre apport, le montant total de votre projet et le montant mensuel que vous souhaitez lui consacrer (avec un minimum calculé automatiquement en fonction des autres variables). A partir de ces renseignements, Cetelem calcule pour vous un plan de financement, incluant une période d’épargne jusqu’à la date de la réalisation du projet, puis une période de remboursement, si - et c’est bien sûr l’objet principal de l’outil - un crédit est nécessaire pour compléter.

Des échéances lissées

Exemple : vous planifiez de refaire la déco de votre appartement en juillet 2015, pour un montant estimé de 4.000 euros. Pour cela, vous disposez d’un apport de 1.000 euros et d’une capacité de financement de 100 euros par mois. Cetelem vous propose d’épargner 100 euros par mois pendant 14 mois (soit 13 versements), puis de rembourser 99 euros par mois pendant 20 mois, dans le cadre d’un crédit de 1.700 euros au TAEG fixe de 17,9%. Par défaut, l’interface lisse le montant des échéances d’épargne puis de remboursement de crédit, mais le service permet aussi de moduler les durées d’épargne et de crédit, ainsi que le montant à rembourser.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

L'outil a toutefois ses limites. Il ne prend pas en compte la capitalisation des intérêts dans le financement de l'opération. D'un point de vue technique, il est également perfectible, la modification dynamique de l'infographie entraînant parfois des bugs. Attention enfin : les informations fournies, en particulier celles concernant le crédit, reflètent les conditions en vigueur au moment de la simulation. Elles ne sont évidemment pas contractuelles et sont « communiquées sous réserve de l’étude et de l’acceptation » du dossier.

Stratégie de conquête et de fidélisation

Pratique pour ceux qui ne veulent pas trop se fatiguer à concevoir leur propre plan de financement, « Je gère mon projet » s’avère également un redoutable outil de conquête pour Cetelem. La filiale de BNP Paribas cherche en effet à faire d’une pierre deux coups en vendant au même client potentiel à la fois un produit d’épargne et un crédit. Sitôt la simulation validée, vous êtes encouragés à ouvrir, sur le champ, un Compte Epargne Cetelem pour y déposer votre épargne.

Cette complémentarité épargne-crédit fait par ailleurs partie intégrante de la stratégie de fidélisation de Cetelem. Au moment du lancement du Compte Epargne, en juin 2011, Michel Jouve, le responsable marketing, nous expliquait ainsi : « A la fin d’un remboursement, nous proposons à nos clients d’épargner pour de futurs projets en gardant la même mensualité, donc sans avoir rien à changer côté budget. (…) Mettre en place une offre d’épargne, c’est sortir de l’incantation en donnant au consommateur les outils concrets pour [préparer ses projets]. »

Lire aussi : Pourquoi Cetelem se lance-t-il dans les produits d’épargne ?