Selon le quotidien économique Wall Street Journal, citant des sources proches des négociations, la banque française Crédit Agricole va devoir remettre au pot 600 à 700 millions d'euros supplémentaires pour pouvoir céder sa filiale grecque Emporiki.

Crédit Agricole avait injecté en juillet 2,3 milliards d'euros dans Emporiki mais la banque centrale grecque estime ce montant insuffisant, estimant que la filiale avait en fait besoin de 3 milliards d'euros.

Interrogé par l'AFP, Crédit Agricole s'est refusé à tout commentaire. « Les discussions sur le capital et le financement se poursuivent mais rien n'est arrêté à ce stade », a assuré à l'AFP une source proche du dossier.

Crédit Agricole, qui a englouti 10 milliards d'euros dans Emporiki depuis son acquisition en 2006, a reçu des offres de reprises de sa filiale de trois grandes banques grecques : Eurobank Ergasias, National Bank of Greece et Alpha Bank. Toutes prévoient une cession pour l'euro symbolique. La banque verte devrait aussi prendre l'engagement de maintenir la ligne de crédit existante pour pouvoir se désengager d'Emporiki.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Selon le WSJ, le Crédit agricole pourrait prendre sa décision sur la vente d'Emporiki dès cette semaine, une réunion de son conseil d'administration étant prévue ce mercredi. La banque française n'a pas encore arrêté son choix et poursuit ses discussions avec les trois établissements grecs en lice, a indiqué la source proche du dossier. « C'est vraisemblablement une question de semaines », a-t-elle précisé.