Le ministère des Finances et la direction générale de la Caisse des dépôts (CDC) ont finalisé l'accord sur l'entrée au capital du groupe La Poste, dont la CDC prendra 26,3% du capital en échange de l'injection de 1,5 milliard d'euros.

Cet accord s'inscrit dans un projet qui apportera 2,7 milliards d'euros à La Poste avant la fin de l'année, le solde provenant de l'Etat (1,2 milliard). Il sera présenté dans les prochaines semaines à la Comission européenne.

La Poste est devenue le 1er mars 2010 une société anonyme à capitaux publics, un changement de statut dont son patron Jean-Paul Bailly avait lancé l'idée en 2008. Ce nouveau statut a ouvert la voie à l'augmentation de capital qui doit permettre à l'établissement de financer son développement et de faire face à l'ouverture totale à la concurrence en Europe le 1er janvier 2011. Il s'agit de la dernière étape d'un processus entamé en 1997 et qui a déjà vu Bruxelles réduire progressivement les services non encore soumis à la concurrence.

En apportant 1,5 milliard d'euros, la CDC s'assure 26% du capital de La Poste, actuellement valorisée 3 milliards d'euros avant sa recapitalisation. En cas de réalisation du plan stratégique du groupe public, qui s'achève en 2015, la Caisse serait amenée à verser un complément de prix de 338 millions d'euros. Dans l'hypothèse où La Poste dépasserait les objectifs du plan, un deuxième complément de prix est prévu, à hauteur de de 184 millions pour la CDC. En cas de dépassement des prévisions du plan stratégique, la valeur de La Poste atteindrait 5 milliards d'euros. A cela s'ajouterait les 2,7 milliards injectés par la CDC et l'Etat en 2010, soit 7,7 milliards au total.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Le plan stratégique, baptisé Ambition 2015, a été présenté mi-avril. Il vise un chiffre d'affaires de près de 22 milliards d'euros à cette échéance et une marge opérationnelle de 8%. La marge opérationnelle de La Poste a fortement décru depuis 2007, où elle atteignait 6,3%. Elle a été de 4,3% en 2008 puis 3,7% en 2009. Les termes de l'accord prévoit qu'aucune décision stratégique ne pourra être prise par La Poste sans validation des représentants de la CDC.