D'après Le Figaro de jeudi, la Caisse des Dépôts (CDC) va prendre 26% de l'entreprise publique La Poste, une opération qui pourrait être présentée aux autorités européennes "d'ici à quinze jours".

Plusieurs sources proches du dossier ont toutefois relativisé le caractère définitif des arbitrages, indiquant que les derniers réglages devraient être effectués dans les deux semaines à venir.

Depuis plus d'un an et demi, il est prévu que La Poste soit recapitalisée à hauteur de 2,7 milliards d'euros, dont 1,5 milliard apporté par la Caisse des Dépôts, le solde par l'Etat. « Mi-septembre, lors d'une ultime réunion sur la valeur de l'entreprise publique entre la ministre de l'Economie Christine Lagarde et le directeur général de la CDC, Augustin de Romanet, les points de vue avaient convergé sur une base de 3 milliards d'euros ».

Restait à définir les modalités d'un complément de prix, si les performances de La Poste se révélaient conformes aux attentes. « C'est chose faite: une clause prévoyant un versement supplémentaire de la CDC à l'Etat fait partie de l'accord », assure Le Figaro, citant une source proche du dossier.

Droit de veto

A l'issue de cette opération, qui devrait être présentée aux autorités européennes « d'ici à quinze jours », la CDC deviendra actionnaire de l'entreprise publique à hauteur de 26% selon le journal qui cite « un proche du dossier ». Une participation qui correspondrait à son investissement de 1,5 milliard d'euros ramené à la valeur de l'entreprise (3 milliards) augmentée de la recapitalisation de 2,7 milliards, soit un total de 5,7 milliards d'euros.

Jusqu'à 150 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif des banques en ligne

La CDC aura trois administrateurs autour de la table, un droit de veto sur les décisions importantes (pas sur la gestion courante) et sera associée aux choix stratégiques, ajoute le journal.