BNP Paribas a enregistré une progression de 3,7% du volume de ses crédits en France en 2009 et tenu ainsi l'engagement pris vis-à-vis du gouvernement, qui avait fixé une fourchette située entre 3 et 4% pour les banques ayant bénéficié du plan de soutien au secteur.

Hors filiales spécialisées, notamment Cetelem (crédit à la consommation), Arval (gestion de flotte d'entreprise) et Lease Group (financement des investissements), BNP Paribas a vu ses encours augmenter de 5,1%, a indiqué à l'AFP une porte-parole.

Dans le détail, le crédit aux ménages a connu une hausse de 4,1%, notamment grâce à la "très bonne tenue du crédit immobilier".

Quant au crédit aux entreprises, la progression a été plus mesurée, à l'instar de l'ensemble du marché, à 2,5%, avec une accélération en fin d'année, notamment grâce à l'opération, lancé mi-septembre, qui vise à allouer 5 milliards d'euros de crédit aux entreprises, commerçants et artisans sur 15 mois.

Autre banque ayant bénéficié du plan de soutien, la banque BPCE, née du rapprochement entre Caisse d'Epargne et Banque Populaire, a annoncé mardi une progression de 3,7% également de ses encours de crédit en 2009.

Les données publiées fin janvier par la Banque de France pour l'ensemble du marché font état d'une hausse de seulement 1,8%, essentiellement soutenue par le crédit aux ménages.

Quant aux chiffres portant seulement sur les banques qui s'étaient engagées auprès du gouvernement, la Fédération bancaire française (FBF) avait alors prévenu qu'ils afficheraient une croissance "significativement supérieure à 2%".

Ces chiffres doivent être publiés cette semaine, mais BPCE a indiqué dans son communiqué que la croissance devrait atteindre 2,7% pour les douze établissements concernés.