L'opérateur télécom Orange a en projet de réorganiser son activité bancaire. Objectif : favoriser un déploiement dans de nouveaux pays et réduire ses pertes, estimées à près de 900 millions d'euros en 5 ans d'existence.

« One Bank ». Sous ce nom se cache un projet de réorganisation de l'activité bancaire d'Orange, le premier opérateur télécom français. Dévoilé par Le Monde, il prévoit de fusionner Orange Bank France avec sa filiale espagnole ouverte fin 2019. Objectif : faire une trentaine de millions d'euros d'économies grâce à la mutualisation de certains services (informatique, gestion des risques). Il pourrait entraîner une réduction d'effectifs d'une trentaine de salariés, sur 820 au total.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

L'enjeu de « One Bank » est stratégique. Orange souhaite en effet simplifier et moderniser le système informatique hérité de Groupama Banque, entité rachetée en 2017 en prélude au lancement d'Orange Bank en France. Cette évolution lui permettrait ensuite de déployer plus facilement, et à moindre coût, son offre bancaire dans les pays européens où la marque télécom est déjà présente : en Belgique, en Pologne ou encore en Roumanie. Une manière d'accélérer le pas vers la rentabilité, prévue actuellement pour fin 2024.

En 5 ans, depuis son lancement, la banque mobile a accumulé près de 800 millions d'euros de pertes nettes, régulièrement épongées par son actionnaire unique.