C-zam, le compte de paiement lancé par Carrefour, a mis la clé sous la porte le 15 juillet dernier. Six semaines plus tard, certains clients n’ont toujours pas récupéré leur argent.

Décidément, la courte existence de C-zam n’aura pas été une sinécure. Lancé en 2017, le compte de paiement était une réponse au succès de Nickel, dont il s’inspirait fortement : une carte bancaire prête à payer, vendue dans un coffret. Seul le réseau de distribution changeait : les bureaux de tabac pour Nickel, les magasins Carrefour pour C-zam.

Pourtant, alors que Nickel est en route pour atteindre les 2 millions de clients, C-zam n’a jamais vraiment trouvé son public, plafonnant autour des 120 000 comptes ouverts. Il faut dire que le service a rapidement eu mauvaise réputation, accumulant les dysfonctionnements : service client aux abonnés absents, virements hors délais, refus de paiement injustifié…

Deux mois pour se retourner

Le 12 mai dernier, Carrefour Banque a fini par annoncer la fermeture du service. Les choses n’ont pas traîné : elle est effective depuis le 15 juillet. Les clients de C-zam n’ont donc eu que deux mois pour se retourner : ouvrir un autre compte - plus de 10 000 sont d’ailleurs partis chez Nickel -, vider leur compte et changer les domiciliations de leurs virements et prélèvements. Sans surprise avec un délai aussi court, tous n’ont pas eu le temps de le faire.

Le Parisien rapporte ainsi le témoignage d’un de ces retardataires, Fabrice Thomas. Depuis le 15 juillet, il essaie de récupérer les 230 euros qu’il a laissés sur le compte. Sans succès : Carrefour Banque n’a dans l’immédiat pas donné suite à ses multiples demandes. Il n’est pas le seul dans ce cas. Fabrice Thomas anime en effet un groupe Facebook d’entraide entre clients C-zam qui, malgré la fermeture du service, reçoit encore de nombreuses demandes de membres…

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Remboursement intégral « dans les prochains jours »

Leur problème, toutefois, devrait être rapidement réglé. Interrogé par Le Parisien, Frédéric Collardeau, directeur général de Carrefour Banque, a promis que « tous seront intégralement remboursés jusqu'au dernier centime par chèque dans les prochains jours ».

A consulter : le meilleur des néobanques mobiles