La Banque Postale affirme « accueillir 1,6 million de clients reconnus comme financièrement fragiles », sur les 3,4 millions recensés par la Banque de France. Elle assure aussi avoir mis en place un « plafonnement automatique des frais d’incidents » pour cette clientèle spécifique.

Dans son rapport annuel, publié en juin dernier, l’Observatoire de l’inclusion bancaire (OIB) recense 3,4 millions de clients catégorisés comme « fragiles ». L’ensemble de cette population est censée faire l’objet d’un engagement des banques pour plafonner leurs frais d’incidents à 25 euros par mois maximum. Un engagement pris en décembre 2018 dans le contexte de la crise des Gilets jaunes, mais qui est très insuffisamment mis en œuvre par les banques selon le magazine 60 millions de consommateurs et l’Union nationale des associations familiale (Unaf).

Lire aussi : Les banques accusées de ne pas tenir leurs certains engagements sur les frais d’incidents

Dans ce contexte, la Banque Postale a diffusé jeudi quelques données chiffrées sur ses pratiquesen la matière. Car la filiale bancaire de la Poste accueille une large part de cette clientèle fragile : 1,6 million de clients selon elle, soit près de la moitié de l’ensemble des clients fragiles recensés par l’OIB. L’enseigne explique « identifier les clients ‘‘fragiles’’ conformément à la règlementation et en tenant compte de toutes les dimensions de la fragilité financière : surendettement, interdiction bancaire, service bancaire de base, niveau de ressources, fréquence des incidents ».

Dans certaines banques, le plafonnement n’est pas automatique

Le 23 octobre, la Fédération bancaire française (FBF) a affirmé dans un communiqué que « deux solutions » sont déployées par les banques depuis février 2019 pour mettre en place le plafonnement des frais d’incidents : « soit les frais d'incidents sont automatiquement remboursés, a posteriori, soit ils ne sont pas prélevés, solution en cours de généralisation », détaille la FBF, en reconnaissant ainsi implicitement que le non-prélèvement des frais une fois le plafond dépassé, de façon automatique, était la solution à privilégier pour soutenir cette clientèle fragile.

La Banque Postale figure dans la catégorie d’établissements ayant mis en place ce plafonnement automatique, « sans avance de trésorerie par le client ». Elle affirme ainsi avoir mis en place ce plafonnement automatique des frais liés au découvert dès janvier 2019 pour « tous les clients fragiles » concernés par le plafonnement des frais d’incidents à 25 euros par mois.

Compte pour enfant/ado : notre comparatif des offres sans risque

En parallèle, la filiale de la Poste rappelle proposer la « formule de compte simplicité », dans le cadre de l’offre spécifique clientèle fragile (OCF), dispositif existant lui depuis 2014. Les clients ayant opté pour cette « formule de compte simplifiée » (à 2,30 euros par mois) bénéficient d’un plafonnement à 20 euros par mois, pour lequel la Banque Postale déclare avoir mis en place un plafond automatique de non-prélèvement en mai 2019.

Plus de 500 000 clients auraient bénéficié de ce plafonnement automatique des frais au premier semestre 2019, 1,1 million de clients « fragiles » n’ayant eux jamais atteint le plafond en question.

Plus d’infos sur les tarifs à la Banque Postale